A/2017 U1, l’astéroïde venu de très loin

A/2017 U1, l’astéroïde venu de très loin

Découvert avec le télescope automatique Pan-STARRS1 à Hawaï, l’astéroïde A/2017 U1 suit une trajectoire qui indique qu’il vient d’en dehors de notre Système solaire. Il est passé le 14 octobre à 24 millions de km de la Terre.

Sans relâche, des télescopes automatiques photographient le ciel nocturne à la recherche des objets vagabonds de notre Système solaire. Les clichés sont traités par des ordinateurs chargés de détecter les «étoiles» qui bougent par rapport à d’autres. En fait, ce ne sont pas des étoiles, mais des astéroïdes ou des comètes. C’est avec cette méthode qui a fait ses preuves que A/2017 U1 a été découvert.

Un astéroïde d’un autre système stellaire ?

Les télescopes que nous venons d’évoquer forment une sorte de réseau de surveillance du ciel. Si un jour un objet de taille suffisamment importante pour causer des dégâts au sol se dirige vers notre planète, ils doivent le repérer suffisamment tôt pour que des mesures soient prises. Rappelons que certaines agences spatiales travaillent sur des techniques visant à modifier le parcours d’un astéroïde qui présenterait une trajectoire de collision avec la Terre.
Ce n’est pas le cas de A/2017 U1 qui ne nous fait courir aucun risque. Il a été débusqué le 19 octobre par le télescope Pan-STARRS1 (PANoramic Survey Telescope And Rapid Response System) situé à Hawaï.

Le télescope automatique Pan-STARRS1 à Hawaï. Plusieurs instruments de ce type à travers le monde sont dédiés à la surveillance du ciel. Crédit : STScI/Rob Ratkowski

Le télescope automatique Pan-STARRS1 à Hawaï. Plusieurs instruments de ce type à travers le monde sont dédiés à la surveillance du ciel. Crédit : STScI/Rob Ratkowski

Des observations additionnelles ont aussitôt été coordonnées afin d’affiner l’orbite qu’il suit, notamment avec un télescope de l’Agence Spatiale Européenne sur l’île de Ténériffe dans l’archipel des Canaries. Et le résultat fut une surprise !
Ci-dessous un schéma du CNEOS (Center for Near-Earth Object Studies) de la NASA qui montre la trajectoire de A/2017 U1 (Sun pour Soleil et Earth pour Terre).

trajectoire-asteroide

Classiquement, un astéroïde est sur orbite autour du Soleil à l’image des comètes et des planètes. Mais les paramètres de trajectoire de A/2017 U1 laissent penser qu’il n’appartient pas à notre Système solaire : il proviendrait d’un autre système stellaire. Ce serait le premier de ce genre ainsi répertorié. Il vient donc de l’espace interstellaire à la vitesse de 25,5 kilomètres par secondes, soit 90 900 km/h ! Son entrée dans notre voisinage a eu lieu en quelque sorte «par le haut», presque à la verticale de l’écliptique, le plan sur lequel la Terre et les planètes tournent autour du Soleil. Le 9 septembre, il est passé au plus près de notre étoile, plus près que l’orbite de Mercure. Son parcours a alors été fortement dévié par l’intense champ gravitationnel du Soleil, accomplissant un impressionnant «virage» pour ensuite croiser à 24 millions de km de notre planète (environ 60 fois la distance Terre-Lune) le 14 octobre. Sa taille estimée à 400 m pourrait n’être que de 160 m selon d’autres calculs.

Vous remarquerez à la lecture des dates que cet astéroïde venu de très loin n’a été détecté qu’après son passage à «proximité» (tout est relatif) de nous…

Pour Matt Holman, directeur du Minor Planet Center à Cambridge au Massachusetts (qui associe la NASA et le Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics), «ce genre de découverte démontre la grande valeur scientifique d’une observation continue et à grand champ du ciel» (ce que font en effet les télescopes du type du Pan-STARRS). De son côté, Paul Chodas du CNEOS (Center for Near-Earth Object Studies qui dépend aussi de la NASA) souligne que «jusqu’à maintenant, tout indique que c’est probablement un objet interstellaire, mais plus de données aideront à le confirmer».

A/2017 U1 suit désormais une trajectoire qui lui fera quitter le Système solaire à la vitesse de 44 km/sec soit 158 400 km/h.