Faible fuite d'air dans l'ISS

Mise à jour
En suivant des instructions du sol, les astronautes ont rebouché le trou d’environ 2 mm découvert le 30 août dans le module orbital du Soyouz MS-09 et déterminé comme étant impliqué dans la légère fuite d’air que subissait l’ISS (voir article original ci-dessous).
Pour le moment, la réparation donne satisfaction puisque la NASA a indiqué dans un communiqué du 31 août que la pression à bord de la Station était stable.

Photos du trou dans le module orbital du Soyouz MS-09, avant et après son colmatage. Crédit : NASA

Photos du trou dans le module orbital du Soyouz MS-09, avant et après son colmatage.
Crédit : NASA

Plusieurs médias ont assuré que la fuite était causée par l’impact d’un débris spatial ou d’une micrométéorite. Il s’agissait en fait d’une hypothèse, notamment évoquée par les contrôleurs au sol dans les échanges radio lors de la recherche de l’origine de la baisse de pression. Le trou de 2 mm ressemblant à celui effectué par un perçage, des rumeurs de sabotage ont ensuite été largement partagées. Ce qui a conduit l’agence russe Roscosmos à publier le 5 septembre un communiqué dans lequel elle «demande aux médias de ne pas publier des informations non vérifiées provenant de sources anonymes» ! Il est précisé qu’une commission d’enquête est à l’œuvre et qu’elle rendra ses conclusions à la mi-septembre.


Article original

Le matin du 30 août, l’équipage de la Station Spatiale Internationale a suivi la procédure prévue pour repérer l’origine d’une fuite d’air. Dans un communiqué, la NASA a précisé que la fuite avait été détectée par les contrôleurs au sol pendant la nuit de mercredi à jeudi. Celle-ci étant faible, il a été décidé d’attendre que les astronautes se réveillent selon leur planning normal avant de leur demander d’agir.
C’est ainsi que l’origine de cette petite perte d’air a été localisée dans le module orbital du Soyouz MS-09 amarré au module russe Rassvet (ou MRM-1). Le module orbital est la section sphérique du vaisseau russe triplace. C’est par lui que l’engin est amarré à la station. Ce module n’est pas celui dans lequel s’installent les astronautes pour le retour (il s’agit du module de descente).

Cette photo du Soyouz MS-09 amarré à l’ISS date du 29 juin. Le module orbital de celui-ci est entouré en rouge.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

Cette photo du Soyouz MS-09 amarré à l’ISS date du 29 juin. Le module orbital de celui-ci est entouré en rouge.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

Le Soyouz MS-09 est celui qui a amené là-haut le Russe Serguei Prokopyev, l’Américaine Serena Auñón-Chancellor et l’Allemand Alexander Gerst. Il servira aussi pour leur retour planifié pour décembre prochain.
Au final, les astronautes, et notamment Alexander Gerst de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), ont remarqué la présence d’un trou d’environ 2 mm dans le module orbital du Soyouz. En le colmatant à l’aide d’une bande de Kapton (polymère spécial employé en aéronautique et astronautique), la fuite a été fortement réduite, mais elle persiste. Cela semble indiquer qu’un autre trou (ou fissure) existe dans la coque du module orbital du Soyouz, peut-être à proximité de celui bouché par les astronautes mais auquel ils ne peuvent accéder.

Au rythme actuel de la fuite qui engendre donc une légère baisse de pression dans l’ISS (on ne peut fermer l’écoutille du Soyouz pour des raisons de sécurité et de procédure), il faudra 18 jours pour qu’on atteigne un niveau jugé contraire aux normes établies.
L’équipage a réalisé de nombreuses photos du trou, mais aussi de l’extérieur du Soyouz via les hublots de la station. Ces éléments et d’autres sont en cours d’examen par les techniciens et ingénieurs au sol en vue de déterminer les actions à entreprendre.
Pour le moment aucune explication n’a été donnée sur l’origine de la fuite, même si lors des échanges radio entre astronautes et le sol a été évoqué la possibilité d’un impact par une micrométéorite ou un débris.

La NASA précise que les systèmes du complexe orbital sont stables et que l’équipage n’est pas en danger.

L’équipage de l’ISS en ce moment, l’Expédition 56. De gauche à droite : Oleg Artemyev, Drew Feustel, Ricky Arnold, Sergei Prokopyev, Alexander Gerst et Serena Auñón-Chancellor.

L’équipage de l’ISS en ce moment, l’Expédition 56. De gauche à droite : Oleg Artemyev, Drew Feustel, Ricky Arnold, Sergei Prokopyev, Alexander Gerst et Serena Auñón-Chancellor.