À Houston, la NASA affronte Harvey

À Houston, la NASA affronte Harvey

La salle de contrôle de la Station Spatiale Internationale de la NASA est située à son centre Johnson à Houston. Des équipes sont restées dormir sur place pour assurer le suivi en dépit des inondations causées par la tempête Harvey.

Le Johnson Space Center est le point névralgique pour le suivi des missions habitées à la NASA. Il est situé à Houston au Texas. Sa localisation est connue de tous, au point que la ville est devenue un synonyme pour ce centre, du fait de l’appel historique «Houston, nous avons eu un problème» lancé lors d’Apollo 13. Or la plus grande ville du Texas a été frappée par l’ouragan Harvey.

Le coup de chapeau de Thomas Pesquet

Ouragan de catégorie 4 (sur une échelle de 5), Harvey est depuis le 26 août redescendu au niveau de tempête tropicale. Malheureusement, les conséquences des fortes précipitations restent catastrophiques. Les zones fortement inondées sont nombreuses et vastes. Des victimes sont aussi à déplorer. L’étendue des dégâts, déjà jugée sans précédent pour le Texas, ne sera probablement connue qu’au retrait des eaux.

Harvey photographié par le satellite GOES de la NOAA le 30 août. Crédit : NASA/NOAA GOES Project

Harvey photographié par le satellite GOES de la NOAA le 30 août.
Crédit : NASA/NOAA GOES Project

Pour d’évidentes raisons de sécurité, le Johnson Space Center de la NASA a été officiellement fermé afin que ses employés ne mettent pas leur vie en danger en tentant de le rejoindre pour travailler. Cependant des équipes minimales sont restées sur place pour mener à bien les tâches indispensables. Ainsi le télescope spatial JWST était en test au centre. Mais la NASA a assuré que le précieux instrument ne courait aucun risque. Surtout, l’agence américaine souhaitait maintenir une continuité dans le suivi au sol qu’elle mène vis-à-vis de la Station Spatiale Internationale. Pour cela, des techniciens ont donc dormi dans la salle de contrôle, les routes étant dangereuses en raison des pluies.
Les astronautes n’ont pas manqué de saluer le dévouement du personnel. Le Français Thomas Pesquet de l’Agence Spatiale Européenne, qui a récemment passé 6 mois là-haut, leur a rendu hommage sur Twitter (voir ci-dessous) en relayant des photos des lits improvisés et des inondations à proximité du centre Johnson.

La NASA a indiqué dans un communiqué que le Johnson Space Center reprendra ses opérations normales à partir du 4 septembre.