Hubble surveille les orages de Neptune

Hubble surveille les orages de Neptune

Le télescope spatial scrute régulièrement la géante gazeuse. Il a récemment observé un anticyclone sombre qui est en train de disparaître quelques années après sa formation. Deux autres similaires furent suivis auparavant.

Huitième et dernière planète du Système solaire par sa distance à notre étoile, Neptune est une géante gazeuse de presque 50 000 km de diamètre, soit 3,9 fois celui de la Terre. Depuis 2015, le télescope spatial Hubble y surveille un «orage», en fait une tempête anticyclonique sombre qui ne se comporte pas comme prévu et qui semble désormais s’évanouir.

Hubble, satellite météo de Neptune

En 1989, la sonde Voyager 2 traverse le système neptunien et révèle la présence d’une Grande Tache Sombre, un ouragan de 13 000 km de large pour 6 600 km de haut. Il a été estimé que les vents en périphérie y était de 2500 km/h !

La Grande Tache Sombre de Neptune observée par la sonde Voyager 2 de la NASA en 1989. Crédit : NASA (mise en page : Cité de l’espace)

La Grande Tache Sombre de Neptune observée par la sonde Voyager 2 de la NASA en 1989.
Crédit : NASA (mise en page : Cité de l’espace)

Lancé en 1990, Hubble est tourné vers Neptune en 1994 et on constate alors que la Grande Tache Sombre a disparu. Placé au-dessus de la turbulente atmosphère terrestre, le télescope spatial qui associe la NASA et l’Agence Spatiale Européenne (ESA) offre une résolution qui en effet autorise le suivi des changements de l’atmosphère de la huitième planète. Hubble est en quelque sorte le satellite (mais autour de la Terre !) météo de Neptune…

Les astronomes détectent ainsi dans les années 1990 deux autres anticyclones sombres qui prennent forme puis disparaissent en quelques années. Un troisième est remarqué à partir de 2015 et il s’étend pour atteindre presque 5000 km de large. Hubble documente alors cette tempête à 4 occasions de septembre 2015 à octobre 2017.

Suivie par Hubble de 2015 à 2017, cette tempête anticyclonique de Neptune est en train de s’évanouir. Crédit : NASA, ESA, and M.H. Wong and A.I. Hsu (UC Berkeley)/traduction des dates : Cité de l’espace

Suivie par Hubble de 2015 à 2017, cette tempête anticyclonique de Neptune est en train de s’évanouir.
Crédit : NASA, ESA, and M.H. Wong and A.I. Hsu (UC Berkeley)/traduction des dates : Cité de l’espace

Ces observations ont surpris les scientifiques qui pensaient que ce type d’anticyclone qui se forme dans les latitudes sud finit par dériver vers l’équateur où il se disloque. Or tel n’est pas le cas. Hubble montre que l’orage en question est en train de s’évanouir en allant légèrement vers le sud. Enthousiastes, les planétologues y voient surtout l’opportunité de mieux comprendre les mécanismes à l’œuvre dans l’atmosphère de Neptune. À ce titre, le télescope spatial est considéré incontournable. Michael Wong de l’University of California at Berkeley, et qui travaille sur le sujet, souligne que «seul Hubble peut fournir les données dont nous avons besoin pour comprendre si ces fascinants phénomènes météos neptuniens sont courants ou rares». C’est pourquoi il existe le programme OPAL (Outer Planet Atmospheres Legacy) qui organise chaque année des séances d’observation des planètes éloignées du Système solaire (Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune).

Le télescope spatial scrute régulièrement la géante gazeuse. Il a récemment observé un anticyclone sombre qui est en train de disparaître quelques années après sa formation. Deux autres similaires furent suivis auparavant.