Changement d’équipage accompli pour l’ISS

Changement d’équipage accompli pour l’ISS

La Station est passée de l’Expédition 55 à 56 entre le 3 et 9 juin avec le retour de 3 astronautes et l’arrivée de 3 nouveaux sur 6. L’Allemand de l’ESA Alexander Gerst deviendra le deuxième commandant européen de l’ISS.

À 400 km au-dessus de nos têtes, la Station Spatiale Internationale (ISS) a connu une nouvelle rotation d’équipage. Chaque Expédition du complexe orbital comprend 6 astronautes qui sont renouvelés par moitié environ tous les 3 mois. C’est ce qui s’est passé le dimanche 3 juin, le mercredi 6 juin et enfin le vendredi 9 juin.
(Article mis à jour après l’atterrissage du Soyouz MS-07 le 3 juin, l’envol du Soyouz MS-09 le 6 juin et l’arrivée à la Station le 9 juin)

De l’Expédition 55 à la 56

Avant le dimanche 3 juin, l’ISS hébergeait les 6 astronautes de l’Expédition 55. On les retrouve dans la photo officielle (prise sur Terre avant leur départ) ci-dessous.

Crédit : NASA

Crédit : NASA

De gauche à droite en haut : les Américains Richard Arnold et Andrew Feustel avec le Russe Oleg Artemyev. En bas : l’Américain Scott Tingle, le Russe Anton Shkaplerov (commandant) et le Japonais Norishige Kanai.

Le vendredi 1er juin, le commandant de l’Expédition 55, Anton Shkaplerov, a officiellement passé les rênes de l’ISS à Andrew Feustel pour l’Expédition 56.
La rotation d’équipage proprement dite a commencé le dimanche 3 juin avec le retour sur Terre de Scott Tingle, Anton Shkaplerov et Norishige Kanai à bord du vaisseau russe Soyouz MS-07. Ils se sont posé dans les plaines du Kazakhstan à 18h39 heure locale (10h40 TU et 12h40 heure française) après 168 jours dans l’espace.

La vidéo ci-dessous montre le retour des astronautes à bord du Soyouz MS-07

Ensuite, le mercredi 6 juin à 17h12 heure locale de Baïkonour, un Soyouz MS-09 s’est envolé avec 3 nouveaux astronautes en direction de l’ISS. Il était 13h12 en France et cet envol était commenté en direct à la Cité de l’espace de Toulouse.
Ci-dessous, une vidéo qui montre le décollage.

 

Ce Soyouz MS-09 emportait le Russe Sergueï Prokopyev, l’Américaine Serena Auñón-Chancellor et l’Allemand de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) Alexander Gerst.
Après 2 jours de trajet orbital, le vendredi 8 juin, ils sont parvenus à proximité de l’ISS, ont procédé à l’amarrage de leur vaisseau et ont enfin pu rejoindre leurs collègues.
La vidéo ci-dessous résume cette arrivée.

La traditionnelle liaison audio et vidéo avec le centre de contrôle russe n’a pas manqué d’humour. Notamment, à 08:55, on fait remarquer à Serena Auñón-Chancellor qu’elle a la plus belle coiffure et aussitôt Alexander Gerst se montre du doigt pour réclamer le titre (alors qu’il est complètement rasé !), appuyé par ses collègues qui désignent aussi Oleg Artemyev tout aussi peu pourvu.

Désormais, l’Expédition 56 est complète avec 6 astronautes à bord de la Station Spatiale Internationale. Ci-dessous, la photo officielle.

Crédit : NASA

Crédit : NASA

De gauche à droite : Oleg Artemyev, Andrew Feustel (commandant), Richard Arnold, Sergueï Prokopyev, Alexander Gerst et Serena Auñón-Chancellor.

La mission Horizons d’Alexander Gerst

L’astronaute de l’ESA Alexander Gerst va rester, comme ses collègues du Soyouz MS-09, environ 6 mois à bord de la Station. Sa mission est nommée Horizons, une référence aux horizons géographiques qu’il faut repousser par l’exploration, aux horizons scientifiques qu’il convient aussi de franchir et aux horizons personnels, allusion à la philosophie de dépassement de soi qui anime les astronautes.

Dans la vidéo ci-dessous, Alexander Gerst revient sur les différents horizons de sa mission.

Bien évidemment, l’un des horizons à franchir pour Alexander Gerst sera celui d’être commandant de l’ISS. À propos de cette responsabilité, il explique dans la vidéo ci-dessus que «cela ne vient pas naturellement : il faut vraiment le travailler». Il y voit aussi un message qui s’adresse à tous, à savoir «qu’il y a toujours une chance de franchir de nouveaux horizons personnels, de faire quelque chose qui n’a jamais été fait avant». En effet, Alexander Gerst prend part aux Expéditions 56 et 57 de la Station Spatiale Internationale (ISS) et commandera la 57. Il sera ainsi le premier Allemand à exercer ce poste et le deuxième Européen après le Belge Frank De Winne en 2009 (qui est aujourd’hui à la tête du Centre Européen des Astronautes de l’ESA à Cologne en Allemagne).

À l’image de ses compagnons sur orbite, Alexander Gerst est là-haut un laborantin chargé de réaliser des expériences pour les équipes de recherche au sol qui ont conçu les études scientifiques à mener là-haut et les équipements associés. Les champs d’application se répartissent entre la physique des matériaux, la biologie ou encore l’adaptation du corps humain aux voyages spatiaux. Ces expériences n’ont pas nécessairement des retombées rapides dans la vie de tous les jours, mais elles font avancer la science fondamentale sans laquelle rien ne pourrait progresser. Toutefois, certaines recherches peuvent avoir des applications plus immédiates. Pour la mission de l’astronaute de l’ESA ont citera par exemple Airway Monitoring qui va scruter la respiration et plus particulièrement l’inflammation des poumons en raison de l’inhalation de particules. Les résultats pourraient avoir des applications pour les 200 millions de personnes qui souffrent d’asthme selon Lars Karlsson du Karolinska Institute en Suède et qui dirige cette étude avec un compatriote et un confrère en Belgique.
Il ne s’agit là que d’un exemple, mais il montre bien la diversité des études accomplies là-haut dans un cadre international.

Ci-dessous, une vidéo ESA qui est l’enregistrement d’une conférence de presse du 17 avril au Centre Européen des Astronautes à Cologne en Allemagne avec Alexander Gerst et certains des scientifiques impliqués dans sa mission (cet événement s’est déroulé en allemand et en anglais).