Perte de contact avec le satellite Meteor-M

Perte de contact avec le satellite Meteor-M

Le 28 novembre, un lanceur Soyouz décollait du cosmodrome de Vostochny en Sibérie pour placer sur orbite plusieurs satellites dont le russe Meteor-M dédié à la météo. L’absence de contact radio avec les satellites fait craindre un échec.

Il s’agissait du deuxième lancement depuis le nouveau cosmodrome de Vostochny. C’est à nouveau un lanceur Soyouz qui a été employé, mais un communiqué officiel de l’agence spatiale russe Roscosmos indique qu’il n’a pas été possible d’établir la liaison radio attendue avec le satellite météo Meteor-M.

Qu’est-il arrivé à Meteor-M et autres satellites ?

Après des années de travaux et des retards, le cosmodrome de Vostochny avait connu son premier lancement le 28 avril 2016 en présence du président russe Vladimir Poutine. Ses nouvelles installations sont en effet d’une importance stratégique pour la Russie qui entend y transférer progressivement l’essentiel de ses activités de lancement afin de ne plus dépendre du célèbre Baïkonour qui est situé au Kazakhstan, donc en dehors du territoire russe (ce qui coûte une centaine de millions d’euros de «loyer» par an à l’État russe).

Ce 28 novembre marquait ainsi le deuxième décollage depuis Vostochny. La charge utile principale était le satellite météo russe Meteor-M n°2-1 de 2,7 tonnes. On compte 18 autres passagers secondaires dont Baumanets-2, un cube de 100 kg et 80 cm de côté dédié à l’observation de la Terre et conçu par l’université Bauman de Moscou. Les 17 autres sont des micro-satellites plus petits, certains destinés à tester de nouvelles technologies.

Ci-dessous, la vidéo du lancement avec un Soyouz 2.1b.

Si la première partie du vol s’est déroulée correctement, l’absence de contact radio avec Meteor-M laissait déjà entendre qu’un problème s’était produit. L’agence spatiale russe Roscosmos l’a d’ailleurs reconnu en indiquant : «il n’a pas été possible d’établir une connexion en raison de son absence sur l’orbite visée». Plusieurs sources évoquent un dysfonctionnement de l’étage supérieur Fregat employé pour cette mission et avancent même que celui-ci se serait mis en route dans une mauvaise orientation, provoquant une rentrée des satellites dans l’atmosphère et leur destruction. Roscosmos n’a pas pour le moment commenté cette hypothèse.

Précisons que le lanceur Soyouz FG utilisé pour les vols habités vers la Station Spatiale Internationale est une version différente du 2.1b qui est parti de Vostochny. De plus, l’étage supérieur Fregat qui semble en cause (une information qui reste bien évidemment à confirmer) n’est pas employé pour des vols habités.