ISS : nouveaux colocataires pour Thomas Pesquet

L’astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) Thomas Pesquet a reçu à bord de la Station spatiale internationale (ISS) deux nouveaux colocataires, l’américain Jack Fischer et le russe Fiodor Iourtchikhine, arrivés le 20 avril à bord d’un vaisseau Soyouz MS-04.

 

les nouveaux colocataires de Thomas Pesquet: l'américain Jack Fischer et le russe Fiodor Iourtchikhine, arrivés le 20 avril à bord d’un vaisseau Soyouz MS-04.

les nouveaux colocataires de Thomas Pesquet: l’américain Jack Fischer et le russe Fiodor Iourtchikhine, arrivés le 20 avril à bord d’un vaisseau Soyouz MS-04.

Les nouveaux colocataires, le cosmonaute russe, qui sera commandant de bord, et l’astronaute américain avaient décollé le matin même du centre spatial de Baïkonour, au Kazakhstan, pour un vol de six heures vers l’ISS. Il s’agit de la cinquième missions spatiale pour Fiodor Iourtchikhine, 58 ans, qui a déjà passé 537 jours dans l’espace, et de la première pour Jack Fischer, 43 ans.
Les deux hommes resteront quatre mois et demi à bord de l’ISS. Ils y ont rejoint, outre le français Thomas Pesquet, l’américaine Peggy Whitson et le russe Oleg Novitski.
Cet équipage, « Expedition 51 », sera notamment chargé de réaliser des expériences scientifiques qui seront livrées à l’ISS le 22 avril par le cargo spatial de ravitaillement Cygnus de la société Orbital ATK. Il s’agira de recherches sur les anticorps, qui pourraient améliorer l’efficacité des médicaments de chimiothérapie contre le cancer, d’études sur la pousse des plantes en microgravité, ou encore de culture de cellules.

Cygnus transporte également des CubeSats pour des expériences mises au point par des étudiants internationaux.
Les astronautes Fisher et Whitson réaliseront prochainement une sortie dans l’espace, la cinquième de l’année pour les équipages de l’ISS.
La Station spatiale internationale, qui a désormais 16 ans, a déjà accueilli à son bord plus de 200 membres d’équipage, originaires de 18 pays, qui ont mené plus de 1.900 études fournies par des chercheurs de plus de 95 pays, selon l’Agence spatiale américaine (Nasa).