Oumuamua, un astéroïde inhabituel

Oumuamua, un astéroïde inhabituel

Catalogué A/2017 U1 lors de sa découverte en octobre, l’astéroïde d’origine interstellaire désormais baptisé Oumuamua a été observé : il s’avère être long de 400 m pour une largeur 10 fois plus petite. Une forme unique !

Découvert par un télescope automatique en octobre dernier, la trajectoire suivie par l’astéroïde A/2017 U1 indiquait alors qu’il ne venait pas de notre propre Système solaire mais de bien plus loin. De nouvelles observations confirment non seulement que cet objet est issu d’un autre autre système stellaire et que, de plus, sa forme est inédite.

Oumuama : le visiteur autant attendu qu’inattendu

C’est le télescope Pan-STARRS1 (PANoramic Survey Telescope And Rapid Response System) situé dans l’archipel d’Hawaii qui a permis de débusquer A/2017 U1 le 19 octobre. En fait, cet astéroïde est arrivé «par le haut» (voir schéma ci-dessous) dans notre Système solaire à la vitesse de 90 900 km/h, passant à 38 millions de km du Soleil le 9 septembre puis à 24 millions de km de la Terre le 14 octobre. C’est 5 jours plus tard qu’il fut donc «remarqué»…

trajectoire-asteroide

Sa trajectoire trahissant une origine en dehors de notre système, une campagne d’observation a été mise sur pied en faisant appel aux plus puissants télescopes de la planète. Il faut dire que A/2017 U1, récemment baptisé Oumuama (en langue hawaiienne : le messager venu de loin), était aussi attendu qu’inattendu ! En effet, qu’un astéroïde éjecté de son système stellaire d’origine erre entre les étoiles et finissent par passer dans notre voisinage avait été envisagé par les astronomes mais jamais observé. C’est désormais le cas et l’attente a donc pris fin. En revanche, la forme de l’objet est pour le moins inattendue. S’il n’y a pas de photographie montrant l’aspect d’Oumuamua (il est trop loin pour ce niveau de détail), l’étude de la variation de sa luminosité montre qu’il est de forme très allongée et tourne sur lui-même en 7,3 heures. Et lorsqu’on parle de forme allongée, ne croyez pas qu’il s’agisse là d’une figure de style : long de 400 m, Oumuamua est 10 fois moins large ! Ce rapport de 1 pour 10 est inédit puisque les astéroïdes «allongés» connus sont plutôt dans la proportion 1 pour 3.

D’autres données, et notamment grâce à la spectroscopie (analyse de la lumière du Soleil réfléchie par l’objet), montrent que l’astéroïde «était de couleur rouge foncé, semblable à celle des objets situés en périphérie du Système Solaire, et qu’il était totalement inerte, aucune trace de poussière n’ayant été détectée dans son environnement proche» selon l’astronome Karen Meech (Institut d’Astronomie, Hawaï, États-Unis). La couleur sombre résulte d’une exposition aux rayonnements cosmiques sur plusieurs millions d’années. Il est estimé qu’Oumuamua est de nature rocheuse voir majoritairement métallique. La séquence vidéo ci-dessous est une interprétation d’artiste (tout comme l’image en début de cet article) de ce à quoi pourrait ressembler Oumuama. Cette vidéo se poursuit par une animation du passage dans le Système solaire.

Pour en arriver à cette illustration, les scientifiques se sont notamment basés sur la courbe de luminosité reproduite ci-dessous. Vous remarquerez en haut de ce graphique des indications comme VLT, Gemini, Keck, CFHT et UKIRT. Ce sont les noms des observatoires astronomiques qui se sont succédé pour épier l’astéroïde.

Parmi ces observatoires, il y a le VLT (Very Large Telescope) de l’European Southern Observatory (ESO). Il comprend entre autres 4 télescopes géants de 8 m de diamètre situé sur le mont Paranal dans le désert de l’Atacama au Chili. En 2013, nous vous avions fait visiter ce haut lieu de la science astronomique (voir la vidéo ci-dessous).

Comme expliqué en fin de cette vidéo, l’organisme européen ESO procède à la construction de l’E-ELT (European Extremely Large Telescope) qui sera le plus grand télescope du monde avec son miroir de presque 40 m de diamètre. Les travaux ont depuis commencé et la mise en service est prévue pour 2024.