Progress MS-09 : express pour l'ISS

Un vaisseau cargo russe Progress MS-09 a pour la première fois rejoint la Station spatiale internationale (ISS) en quatre heures, un voyage jusqu’à présent accompli en six heures.

 

progress MS-09 s'amarant à ISS

Le vaisseau cargo russe Progress MS-09 s’amarrant à la Station spatiale internationale (ISS) mardi 10 juillet 2018 après un vol historique record de seulement 4 heures.
Crédit : NASA

Le Progress MS-09, lancé par une fusée Soyouz 2.1a le lundi 9 juillet à 23H 51 (heure française) du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, s’est amarré au module Pirs de l’ISS mardi 10 juillet à 3H 31 (heure française), soit un peu moins de quatre heures après. Et après seulement un peu plus de deux orbites, contre quatre auparavant.

Pour ce faire, il faut que la Station spatiale soit presque au-dessus du site du cosmodrome de Baïkonour au moment du lancement, qui doit donc se produire à l’heure précise. Lundi, au moment du décollage de la fusée Soyouz, l’ISS se trouvait au-dessus d’un point situé à environ 595 km au sud-ouest de Baïkonour. Et lorsque le Progress a atteint son orbite, la Station était environ 1.615 km devant lui. Le Progress l’a ensuite rejointe à l’aide de plusieurs mises à feu de ses propulseurs, et l’amarrage s’est fait automatiquement.

« C’est très prometteur pour nos projets, dans le cadre de notre programme actuel et pour nos programmes à venir. C’est un pas de géant », s’est félicité le directeur de vol russe Vladimir Solovyov. « Nous avons attendu cette étape clé pendant longtemps, et nous espérons que ce sera désormais la règle générale », a-t-il ajouté.
Les Russes avaient déjà tenté ce rendez-vous express en deux occasions, avec les Progress MS-07 et MS-08 respectivement en octobre 2017 et février 2018, mais les lancements avaient dû être reportés.

Jusqu’en 2012, les vaisseaux russes mettaient deux jours pour rejoindre l’ISS. Quant aux américains, ils mettent toujours plusieurs jours pour aller s’amarrer à l’ISS.
Le Progress MS-09 lancé lundi transportait une charge de 2,5 tonnes, dont 1.565 kilos de cargaison sèche (expériences scientifiques, nourriture, matériel d’entretien, équipements divers), 420 kilos d’eau, 530 kilos de comburant et 52 kilos d’oxygène et d’air.