Recherche diplômé(e) en médecine pour l’Antarctique

Recherche diplômé(e) en médecine pour l’Antarctique

L’Agence Spatiale Européenne propose une mission de 6 mois en Antarctique pour une personne diplômée en médecine. Les conditions de vie au sein de la base polaire Concordia permettent en effet de préparer des vols vers la Lune ou Mars.

Lorsque vous cherchez à recruter des personnes, on fait généralement attention à régiger une offre alléchante. Un conseil que ne semble pas suivre l’Agence Spatiale Européenne (ESA) en précisant que le poste qu’elle propose consiste à vivre à l’autre bout du monde, en Antarctique, pendant 6 mois dont 4 sans lever de Soleil avec des températures descendant à -80 °C et à une altitude de 3200 m qui vous garantit un déficit d’oxygène… Ceci dit, l’attrait de vivre une aventure hors du commun et de participer à l’avenir des vols habités constitue une forte motivation !

Le chemin pour la Lune et Mars passent par Concordia

En Antarctique, la base franco-italienne Concordia est un poste de recherche permanent qui permet de mener plusieurs expériences scientifiques dans différents domaines (glaciologie, climat, astronomie, etc.). Occupée par une soixantaine de personnes en été, l’installation située sur une zone dite Dôme C à 3233 m d’altitude n’héberge plus qu’une équipe réduite à 15 en hiver.
Isolation, ressources limitées, conditions extrêmes, nécessité de respecter des procédures, vie en «équipage» multiculturel, etc. Ces contraintes s’apparentent à ce que vivent des astronautes lors de vols de longue durée.

L’équipe hivernale de Concordia en 2014-2015. Crédit : ESA/IPEV/PNRA–B. Healey

L’équipe hivernale de Concordia en 2014-2015.
Crédit : ESA/IPEV/PNRA–B. Healey

Pour l’ESA, Concordia «reproduit une grande partie des conditions attendues pour une base lunaire ou martienne». C’est pourquoi chaque année cette agence prend en charge la présence d’un médecin, homme ou femme, et en profite pour mener des études. Par exemple, vivants de façon isolée, les 15 de Concordia subiront une modification des bactéries de leur système digestif. Une étude similaire est effectuée dans la Station Spatiale Internationale. De plus, ce type de recherches peut faire avancer le traitement de maladies digestives pour des patients terrestres. L’asthme et certaines affections de la peau font aussi partie des travaux conduits à Concordia.

Toute personne citoyenne des 22 pays membres de l’ESA et diplômée en médecine peut proposer sa candidature. La date limite est le 4 février 2018. La mission au sein de la station Concordia en Antarctique se déroulera de novembre 2018 à janvier 2019.