Saturne : l’exploration continue

Saturne : l’exploration continue

Il y a 9 mois, Cassini plongeait dans l’atmosphère de Saturne, mettant fin à sa mission. L’exploration de la géante aux anneaux et de ses lunes continue pourtant : les scientifiques fouillent les précieuses données récoltées par la sonde.

C’était le 15 septembre 2017 : après 13 années passées à tourner autour de Saturne, la sonde Cassini rentrait dans l’atmosphère de la planète géante pour s’y consumer. La NASA mettait ainsi fin de façon contrôlée à la mission américano-européenne Cassini-Huygens avant que l’explorateur robotique ne soit à court de carburant. Une conférence à Toulouse organisée par l’Académie de l’Air et de l’Espace le 26 juin permettra de revenir sur ce qui a été appris grâce à cette mission (détails un peu plus bas dans cette même page).

La vidéo du Jet Propulsion Laboratory de la (JPL) de la NASA ci-dessous résume la journée du 15 septembre et montre bien l’émotion ressentie par les équipes au sol.

Cassini : de nouvelles découvertes sont attendues

Désormais une nouvelle phase d’exploration a commencé, celle des données. Même si les mesures accomplies par les instruments de la sonde Cassini et de l’atterrisseur européen Huygens (qui s’est posé sur Titan le 14 janvier 2005) ont déjà bouleversé nos connaissances sur Saturne, ses anneaux et ses lunes, la masse des informations est telle qu’il faudra des années, voire des décennies, pour que les scientifiques les exploitent en totalité. Linda Spilker, responsable de la mission Cassini au JPL se demande d’ailleurs : «qui sait combien de thèses de doctorat attendent d’être écrites ?»

Cette image de Saturne par la sonde Cassini a été réalisée le 6 décembre 2006. Mais elle n’a été publiée par le JPL que le 14 mai dernier. En effet, lors d’une mission spatiale, il n’est pas possible de traiter l’intégralité des clichés ou mesures accomplies avec les instruments. Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

Cette image de Saturne par la sonde Cassini a été réalisée le 6 décembre 2006. Mais elle n’a été publiée par le JPL que le 14 mai dernier. En effet, lors d’une mission spatiale, il n’est pas possible de traiter l’intégralité des clichés ou mesures accomplies avec les instruments.
Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

En fait, le portrait du système saturnien va probablement encore être progressivement affiné voire réécrit dans les années à venir au fur et à mesure que cette exploration des données continuera. Pour faire le point, l’Académie de l’Air et de l’Espace, dans le cadre de son cycle de conférences d’Air et d’Espace, vous propose ce mardi 26 juin à 18h :
L’aventure et les découvertes de Cassini-Huygens avec Michel Blanc (astronome, IRAP / Observatoire Midi- Pyrénées, UPS-CNRS, directeur exécutif, International Space Science Institute à Beijing, membre de l’AAE) et Jean-Pierre Lebreton (ancien responsable de la mission Huygens à l’ESA, chercheur associé, CNRS – université d’Orléans – LPC2E, membre de l’AAE).

Michel Blanc (à gauche) et Jean-Pierre Lebreton (droite) vous feront découvrir le système saturnien tel qu’exploré par la mission Cassini-Huygens lors d’une conférence du 26 juin à Toulouse. Crédit : DR/Espace & Exploration

Michel Blanc (à gauche) et Jean-Pierre Lebreton (droite) vous feront découvrir le système saturnien tel qu’exploré par la mission Cassini-Huygens lors d’une conférence du 26 juin à Toulouse.
Crédit : DR/Espace & Exploration

Cette conférence avec 2 acteurs majeurs de la mission Cassini-Huygens se déroule au grand auditorium de la Médiathèque José Cabanis à Toulouse. Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Superbe portrait de la lune Thétys d’environ 1000 km de diamètre. Elle est essentiellement composée de glace d’eau. On remarque l’énorme cratère d’impact de 450 km de large baptisé Odysseus. Une image publiée le 4 juin dernier et issue de plusieurs clichés récoltés le 17 août 2015. Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

Superbe portrait de la lune Thétys d’environ 1000 km de diamètre. Elle est essentiellement composée de glace d’eau. On remarque l’énorme cratère d’impact de 450 km de large baptisé Odysseus. Une image publiée le 4 juin dernier et issue de plusieurs clichés récoltés le 17 août 2015.
Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

 

Une image de novembre 2009 récemment mise en ligne en février 2018. On observe ici la lune Encelade en contre-jour avec les geysers de son pôle Sud. En arrière-plan, les lignes brillantes sont les anneaux de Saturne vus presque par la tranche. La sonde Cassini a montré que ce petit monde de 500 km de diamètre cachait sous sa couche de glace un océan d’eau liquide. On pense que celui-ci pourrait abriter une vie simple de type microbienne. Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

Une image de novembre 2009 récemment mise en ligne en février 2018. On observe ici la lune Encelade en contre-jour avec les geysers de son pôle Sud. En arrière-plan, les lignes brillantes sont les anneaux de Saturne vus presque par la tranche. La sonde Cassini a montré que ce petit monde de 500 km de diamètre cachait sous sa couche de glace un océan d’eau liquide. On pense que celui-ci pourrait abriter une vie simple de type microbienne.
Crédit : NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute