Suivez la rentrée de Tiangong-1

Suivez la rentrée de Tiangong-1

Selon plusieurs experts, la station chinoise pourrait rentrer dans l’atmosphère durant le week-end pascal. Comment suivre ce qu’il se passe ? Pourrez-vous la voir ? Que faire si un débris atteint le sol ?

Lancée en 2011, la station chinoise Tiangong-1 devrait rentrer dans l’atmosphère durant le week-end pascal selon des estimations réalisées par plusieurs institutions (dans ce précédent article nous expliquions les raisons de cette rentrée non-contrôlée).

Estimations récentes

Space Debris Office de l’Agence Spatiale Européenne (ESA)
Estimation d’une rentrée allant de minuit le 1er avril au tout début de la matinée du 2 avril en UTC*. (date de cette estimation : 1er avril).

Center for Orbital Reentry and Debris Studies (Aerospace Corporation pour U.S. Air Force)
Rentrée le 2 avril à 02h00 UTC* (04h00 FR le 2 avril) dans une fourchette de +/- 7 heures (date de cette estimation : 31 mars).

(*) Universal Time Coordinated, ajoutez 2 heures pour l’heure légale en France.

China Manned Space (site officiel de l’agence spatiale chinoise)
Rentrée le 2 avril (heure de Pékin). Altitude moyenne de la station : 167 km (date de cette estimation : 1er avril).

Comment suivre ce qu’il se passe ?

Le début de cet article sera réactualisé autant que possible jusqu’à la rentrée effective de Tiangong-1. Vous pouvez aussi suivre le fil Twitter de la Cité de l’espace.

Voici quelques autres ressources sérieuses pour se tenir au courant des estimations les plus récentes.

Le Space Debris Office de l’Agence Spatiale Européenne publie ses calculs sur cette page web spécifique.

Pour le Center for Orbital Reentry and Debris Studies, dirigez-vous vers cette page web.
Cet organisme y maintient à jour une sorte de «tableau de bord» présenté de façon graphique.

Sur son fil Twitter, l’astrophysicien Jonathan McDowell donne aussi des informations sur la rentrée de Tiangong-1.

Autre fil Twitter à suivre : l’institut Fraunhofer (voir plus bas) qui a déjà imagé la station avec son radar.

China Manned Space avec des mises à jour sur Tiangong-1.

Pourrez-vous la voir ?

La station Tiangong-1 est surveillée par plusieurs observatoires afin notamment de tenter d’affiner les calculs de sa date et heure de rentrée. Ainsi, l’institut Fraunhofer en Allemagne a récemment utilisé à plusieurs reprises son radar pour obtenir de spectaculaires images.

Il apparaît que la station présente toujours un état normal (pas de parties manquantes), mais que son contrôle d’attitude est inopérant puisqu’elle tourne sur elle-même en 2 minutes et 23 secondes (estimation du 27 mars).

Dans ce précédent article, nous expliquions qu’en raison de son orbite, Tiangong-1 pourrait rentrer au-dessus de toute région située entre 43° de latitude Nord et 43° de latitude Sud (schéma ESA ci-dessous).

esa_esoc_tiangong1_risk_map_jan2018-1024x375

Pour simplifier, en France métropolitaine, la ville de Limoux est à 43° 03’ Nord. Cela ne signifie pas pour autant qu’en étant un peu plus au nord que Limoux vous ne pourrez pas voir Tiangong-1 se consumer dans l’atmosphère. En effet, si elle se consume à 70 km d’altitude (par la chaleur causée par sa grande vitesse d’arrivée dans l’atmosphère, soit un peu plus de 20 000 km/h) au-dessus d’un point donné, elle sera visible à 45° de hauteur dans le ciel à 70 km au nord (ou au sud) de ce point. Le problème est qu’une estimation suffisamment fiable des régions à partir desquelles on pourra voir cette rentrée pourrait n’être disponible que quelques heures avant en raison des incertitudes qui subsistent.

Si cette rentrée se produit de nuit et que vous êtes bien placé, ce que vous verrez ressemblera à une série groupée de très brillantes «étoiles filantes» persistantes (en fait la station se brisant en plusieurs morceaux qui brûlent). La vidéo ci-dessous de la rentrée d’un cargo européen ATV (20 tonnes alors que Tiangong-1 présente une masse de 8 tonnes) donne une version spectaculaire de ce qui pourrait être vu. Gardez à l’esprit que ceci a été filmé avec un téléobjectif !

Que faire si un débris touche le sol ?

Comme nous l’avions précédemment expliqué, Tiangong-1 se consumera en grande majorité lors de sa rentrée. Cependant, quelques éléments peuvent théoriquement atteindre le sol avec une vitesse allant jusqu’à 300 km/h. Rappelons que l’ESA estime que pour chaque personne, la «chance» de recevoir un débris de Tiangong-1 est 10 millions de fois plus faible que celle d’être foudroyée.
Suivons toutefois l’hypothèse improbable où un morceau du «palais céleste» (ce que signifie Tiangong en chinois) atteint le sol et que vous puissiez vous en approcher. De telles chutes d’éléments d’objets spatiaux se sont en effet déjà produites (voir la photo NASA ci-dessous d’un réservoir d’un lanceur Delta).

tank-scan-2 - copie

Il ne faudrait surtout pas faire ce que fait la personne sur la photo, à savoir s’en approcher et encore moins le toucher. Outre une éventuelle chaleur résiduelle, l’élément pourrait avoir été contaminé par de l’hydrazine, un carburant utilisé pour les propulseurs de Tiangong-1 (et d’autres satellites). Or, ce produit est hautement toxique, y compris par simple contact avec la peau ! La démarche à suivre sera donc de contacter des autorités locales comme la gendarmerie afin que les mesures adéquates de mise en sécurité du périmètre soient accomplies. Avis aux collectionneurs, au-delà d’un danger réel pour leur santé, tout morceau est juridiquement propriété de l’agence spatiale chinoise ! En clair, s’en emparer constitue un vol passible de poursuites.