Un nouveau freinage réussi pour Rosetta

Un nouveau freinage réussi pour Rosetta
Dans la nuit du 4 juin, la sonde européenne a réduit avec succès sa vitesse d’approche de la comète Churyumov-Gerasimenko, passant à 691 km/h. La prochaine manœuvre de freinage par allumage des propulseurs est prévue pour le 18 juin.


À l’ESOC (European Space Operations Centre) à Darmstadt, les « pilotes » de Rosetta surveillent la télémétrie envoyée par la sonde lors de la phase de freinage du 4 juin.
Crédit : ESA

 

C’est le 4 juin à 16h28, heure d’Europe centrale, que les propulseurs de Rosetta se sont mis en marche comme prévu. Tournés vers le sens inverse du déplacement de la sonde vers son objectif, la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, ses propulseurs fournissent donc le freinage souhaité. Rappelons qu’après le succès de ce que l’Agence Spatiale Européenne surnomme un Big Burn (un gros allumage car il dure longtemps) dans la nuit du 21 au 22 mai, l’explorateur robotique était déjà passé de 2 714 km/h à 1 667 km/h. Mais c’est bien évidemment encore trop vite !
Le nouveau Big Burn du 4 juin a duré 6 heures et 39 minutes et s’est donc achevé à 23h. Les « pilotes » de Rosetta qui opèrent depuis l’ESOC (centre européen de contrôle des satellites et des sondes) à Darmstadt en Allemagne ont constaté que cet allumage avait duré 2 minutes de moins que prévu, mais qu’il restait toutefois « bien dans les marges ». La sonde doit donc actuellement s’approcher de sa comète à environ 691 km/h. L’avantage de procéder au freinage en plusieurs étapes est d’avoir le temps de mesurer la vitesse relative réelle de Rosetta après chaque manœuvre pour faire de légères corrections lors de l’opération suivante et ainsi d’arriver aux 11 km/h d’approche souhaités pour le 23 juillet. D’ici là, 5 autres freinages doivent avoir lieu (y compris celui du 23 juillet) et le prochain est planifié pour le 18 juin. Rosetta est désormais à moins de 400 000 km de sa cible.
Pour en savoir plus, consultez notre dossier et n’oubliez pas l’exposition Explorations Extrêmes de la Cité de l’espace de Toulouse notamment consacrée à cette mission et qui présente une maquette taille réelle de Philae, l’atterrisseur transporté par Rosetta et qui se posera sur le noyau de la comète Churyumov-Gerasimenko en novembre.

Publié le 5 juin 2014