Le VLT montre une planète en train de naître

Le VLT montre une planète en train de naître

Le Very Large Telescope (VLT), un observatoire européen situé au Chili, a réussi à photographier une protoplanète, un monde en formation autour de son étoile. Celle-ci est située à 370 années-lumière de notre Système solaire.

Comment se sont formées les planètes au sein de notre Système solaire ? Cet événement s’étant déroulé il y a plus de 4 milliards d’années, les astronomes sont contraints de le reconstituer à partir des maigres indices qui subsistent aujourd’hui comme les astéroïdes. Considérés comme les laissés pour compte de la formation des planètes, ils témoignent des conditions qui régnaient alors.
L’autre solution est d’observer des systèmes stellaires qui en sont encore à l’époque où des mondes sont en train de naître autour de leur jeune soleil. C’est ce qu’a récemment fait une équipe internationale d’ astronomes coordonnée par un groupe de l’Institut Max Planck à Heidelberg en Allemagne. Leur outil ? Le VLT de l’European Southern Observatory (ESO) situé au Paranal au Chili.

PDS 70b, une planète géante en formation

Équipé de l’instrument SPHERE (Spectro-Polarimetric High-contrast Exoplanet REsearch instrument), l’un des 4 télescopes géants de 8 m diamètre du VLT a été pointé vers l’étoile PDS 70 à 370 années-lumière de nous. Un coronographe a été utilisé afin de bloquer la lumière venue de cette étoile car son éclat aurait «ébloui» l’instrument et empêché de voir le disque protoplanétaire. Il s’agit d’un disque de poussière qui entoure les jeunes soleils. On théorise depuis longtemps que les planètes s’y forment par agrégation de matériaux. Et c’est exactement ce que montre l’image du VLT.

Crédit : ESO/A. Müller et al./Cité de l’espace (annotations)

Crédit : ESO/A. Müller et al./Cité de l’espace (annotations)

L’organisme européen ESO souligne qu’il s’agit là de «la toute première image confirmée d’une protoplanète en formation dans le disque de poussière d’une jeune étoile». Le monde en train de naître, référencé PDS 70b, est une géante gazeuse plus massive que Jupiter (la plus grande planète du Système solaire) et qui orbite à 3 milliards de km de son étoile (soit une orbite équivalente à celle d’Uranus). La température sur ce monde serait de 1000 degrés Celsius !

C’est Miriam Keppler de l’Institut Max Planck qui a dirigé cette étude. Elle y voit une confirmation de la théorie des disques protoplanétaires : «ces disques qui encerclent les jeunes étoiles constituent de véritables cocons planétaires». Pour son collègue André Müller, «les résultats de Keppler ouvrent une nouvelle fenêtre de compréhension sur les premières étapes de l’évolution planétaire». Et d’ajouter : «Il nous était nécessaire d’observer une planète dans le disque d’une jeune étoile pour réellement comprendre les processus à l’origine de la formation planétaire».
Utilisé pour dévoiler la naissance de PDS 70b, SPHERE est l’un des instruments de pointe du VLT qui bénéficie du ciel du désert de l’Atacama protégé de la pollution lumineuse. En 2013, nous avions visité le VLT et l’astronome Christophe Dumas nous expliquait dans le reportage vidéo ci-dessous que le succès de cet observatoire reposait sur un programme de mise au point d’instruments de haute technologie comme SPHERE.