C/2019 Q4 : une comète interstellaire ?

C/2019 Q4 : une comète interstellaire ?

Découverte par Gennady Borisov de l’observatoire MARGO en Crimée, cette comète est soupçonnée d’avoir une origine en dehors de notre Système solaire en raison de sa trajectoire et de sa vitesse relative de 150 000 km/h.

La comète C/2019 Q4 sera-t-elle le deuxième objet d’origine interstellaire observé dans notre Système solaire ? C’est la question que se posent les astronomes. Le premier était Oumuamua, un astéroïde découvert le 19 octobre 2017 et qui suivait une trajectoire qui trahissait une origine en dehors du Système solaire. La même réflexion semble s’appliquer à une comète trouvée le 30 août dernier par Gennady Borisov.

Le cas de C/2019 Q4 reste à confirmer

Pour l’instant située à un peu plus de 400 millions de kilomètres du Soleil, la comète C/2019 Q4 se dirige vers l’écliptique (le plan dans lequel la Terre orbite ainsi que les autres planètes à quelques degrés près) à 150 000 km/h et selon un angle de 40°. Ce sont justement les caractéristiques de cette trajectoire (angle et vitesse) qui font que les astronomes pensent que cet astre vagabond ne vient pas des «réservoirs» habituels de comètes de notre système, à savoir la ceinture de Kuiper et le nuage de Oort. La comète pourrait alors s’être échappée d’un autre système stellaire pour traverser le nôtre. À l’heure actuelle, cela reste cependant une hypothèse et une campagne d’observations va être menée afin de vérifier cette théorie (ou la contredire).

La comète C/2019 Q4 photographiée par le télescope Canada-France-Hawaii le 10 septembre. Crédit : CFHT

La comète C/2019 Q4 photographiée par le télescope Canada-France-Hawaii le 10 septembre.
Crédit : CFHT

C/2019 Q4 dont la taille est estimée entre 2 et 16 kilomètres est considérée comme une comète en raison de son apparence floue, classique pour un objet de ce type qui dégaze en s’approchant du Soleil. Son parcours ne présente aucun danger de collision avec la Terre ou d’autres planètes : elle restera au-delà de l’orbite de Mars. D’ailleurs, le 8 décembre 2019, lorsqu’elle sera au plus près de nous, la séparation affichera un très confortable 300 millions de kilomètres !

Les astronomes amateurs pourront avoir l’occasion de l’apercevoir dans leurs télescopes car les calculs montrent que l’éclat de la comète sera à son maximum justement en décembre prochain. Il est précisé qu’il faudra avoir au moins un télescope de taille intermédiaire, donc être relativement bien équipé. Au-delà du mois d’avril 2020, elle ne sera observable qu’avec des instruments professionnels.

Trajectoire de la comète C/2019 Q4. La position indiquée sera celle au début de l’année 2020. Crédit : JPL/Cité de l’espace

Trajectoire de la comète C/2019 Q4. La position indiquée sera celle au début de l’année 2020.
Crédit : JPL/Cité de l’espace