Apollo 10 : à 15 km de la Lune

Apollo 10 : à 15 km de la Lune

Il y a 50 ans, Apollo 10 a permis de tester une ultime fois autour de la Lune les procédures à venir pour Apollo 11. Mais attention, pas question d’alunir : à 15 km de la surface sélène, le Module Lunaire est reparti !

S’approcher à 15 km de la Lune, mais ne pas s’y poser ! Une mission frustrante ? Pas pour son commandant, Thomas Stafford, venu de la Navy et vétéran de 2 vols spatiaux (Gemini 6A et 9A).

Apollo 10 sur la Lune ?

Alors qu’Apollo 7, 8 et 9 ont apporté à la NASA la confiance dont elle avait besoin après la tragédie d’Apollo 1, le directeur du bureau des vols habités, George Mueller, se demande si Apollo 10 ne pourrait pas accomplir directement la grande première historique promise par le défunt président Kennedy. Cet homme à poigne, qui a remis le programme lunaire sur la bonne voie dès 1963 en réorganisant le management de l’agence américaine, ne se pose pas la question sans savoir de quoi il parle : il est ingénieur de formation !

George Mueller (à gauche) et Thomas Stafford (à droite). L’un est directeur des vols habités à la NASA et l’autre astronaute, mais ils ne partagent pas le même avis sur l’objectif d’Apollo 10. Crédit : NASA/Cité de l’espace

George Mueller (à gauche) et Thomas Stafford (à droite). L’un est directeur des vols habités à la NASA et l’autre astronaute, mais ils ne partagent pas le même avis sur l’objectif d’Apollo 10.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

Thomas Stafford s’y oppose alors même qu’il deviendrait le premier homme sur la Lune et explique qu’Apollo 10 reste nécessaire tel quel pour une dernière répétition. George Mueller se range à cet avis. Apollo 10 vise le 18 mai pour son décollage car, autour de la Lune, les astronautes voleront ainsi dans des conditions très proches d’Apollo 11 au niveau de l’angle du Soleil par rapport à la Mer de la Tranquillité. Il s’agit véritablement de partir en éclaireur !

L’équipage d’Apollo 10. De gauche à droite : Eugene «Gene» Cernan, John Young et Thomas Stafford. Crédit : NASA

L’équipage d’Apollo 10. De gauche à droite : Eugene «Gene» Cernan, John Young et Thomas Stafford.
Crédit : NASA

Un sérieux problème à 15 km de la Lune

Le 18 mai 1969, le gigantesque lanceur Saturn V haut de 110 m arrache ses 3000 tonnes et quitte le centre spatial Kennedy en Floride. Au sommet, dans la capsule Apollo, le commandant Thomas Stafford est accompagné du pilote du Module de Commande (nom officiel de la capsule) John Young et du pilote du Module Lunaire Gene Cernan. Tous 3 ont un profil de pilote d’essai de la Navy. Né en 1934, Cernan est le plus jeune, les 2 autres étant nés en 1930.
L’ascension vers l’orbite est l’occasion de fortes secousses car le lanceur subit l’effet pogo (une instabilité dans l’alimentation des moteurs qui créée des à-coups). Au final, tout se déroule comme prévu et le troisième étage est rallumé pour envoyer les 3 hommes vers notre satellite naturel. Sur le trajet, le Module de Commande s’amarre au Module Lunaire, formant ce qu’on appelait souvent le «train Apollo».
Le 22 mai, John Young se retrouve seul dans le Module de Commande (premier homme en vol solo autour de notre satellite naturel) car Thomas Stafford et Gene Cernan s’installent dans le cockpit du Module Lunaire qui se détache et devient autonome. À bord de celui-ci, il descendent vers la surface sélène.

Le Module de Commande d’Apollo 10 fut nommé Charlie Brown, un clin d’œil à la célèbre bande dessinée mettant en vedette le chien philosophe Snoopy. D’ailleurs c’est ainsi que fut baptisé le Module Lunaire. Les astronautes rendaient ainsi hommage au fait que Snoopy était depuis plusieurs années l’emblème de la sécurité à la NASA. Ici, le Module de Commande a été photographié autour de la Lune depuis le Module Lunaire. Crédit : NASA

Le Module de Commande d’Apollo 10 fut nommé Charlie Brown, un clin d’œil à la célèbre bande dessinée mettant en vedette le chien philosophe Snoopy. D’ailleurs c’est ainsi que fut baptisé le Module Lunaire. Les astronautes rendaient ainsi hommage au fait que Snoopy était depuis plusieurs années l’emblème de la sécurité à la NASA. Ici, le Module de Commande a été photographié autour de la Lune depuis le Module Lunaire.
Crédit : NASA

A 15 km de la surface, Stafford et Cernan simulent un retour en urgence vers le Module de Commande, une procédure que pourraient être obligés de suivre leurs collègues Neil Armstrong et Buzz Aldrin en cas d’imprévu. C’est alors que le Module Lunaire se met à tourner sur lui-même. Surpris, Gene Cernan s’exclame : «fils de p… !». Un juron retransmis tel quel sur le direct de la NASA… Fort heureusement, les 2 hommes reprennent le contrôle de l’engin et peuvent revenir vers le Module de Commande dans lequel les attend John Young.

Le Module Lunaire Snoopy (et plus exactement son étage de remontée) revient vers le Module de Commande. Cette photo est d’ailleurs prise par John Young depuis le Module de Commande. Crédit : NASA

Le Module Lunaire Snoopy (et plus exactement son étage de remontée) revient vers le Module de Commande. Cette photo est d’ailleurs prise par John Young depuis le Module de Commande.
Crédit : NASA

La raison du comportement dangereux du Module Lunaire sera déterminée assez rapidement. Pour la manœuvre de retour, il fallait basculer un interrupteur dans une position précise coupant un mode où le vaisseau chercherait à s’orienter en fonction de son radar de rendez-vous. Gene Cernan fit la bascule, puis Thomas Stafford à son tour, remettant du coup l’interrupteur dans la mauvaise position. Cette erreur, reconnue par les astronautes, n’étant pas la conséquence d’un défaut de conception, le Module Lunaire passe haut la main son ultime test avant Apollo 11.

Retour sur Terre

Le trajet de retour vers la Terre s’effectue sans problème et la capsule Apollo amerrit le 26 mai 1969 dans l’océan Pacifique. Les 3 astronautes sont récupérés par le porte-avions USS Princeton.

Le trio d’Apollo 10 accueilli sur le porte-avions USS Princeton après leur récupération suite à un amerrissage réussi. Crédit : NASA/Cité de l'espace

Le trio d’Apollo 10 accueilli sur le porte-avions USS Princeton après leur récupération suite à un amerrissage réussi.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

Au sol, la NASA doit affronter la colère du médiatique pasteur Larry Poland qui juge inacceptable le juron de Gene Cernan et exprime sa désapprobation avec un courrier adressé à Richard Nixon, le président des États-Unis de l’époque. Du coup, même si les directeurs de l’agence américaine comprennent le juron de leur astronaute au vu des circonstances, Gene Cernan est contraint de présenter des excuses publiques au cours d’une conférence de presse.
Apollo 10 marque par sa réussite la conclusion de tout un effort pour préparer les premiers pas sur la Lune. La vidéo de la chaîne Stardust ci-dessous le rappelle.