Apollo 8 : Noël autour de la Lune

Apollo 8 : Noël autour de la Lune

Il y a 50 ans, Frank Borman, Jim Lovell et William Anders devenaient les premiers hommes autour de la Lune au cours d’une historique mission de 6 jours. Pour Noël, ils adressèrent un message de paix à la Terre entière.

Voici maintenant 5 décennies, notre satellite naturel était pour la première fois visité par des terriens. Une reconnaissance depuis l’orbite qui succédait aux sondes automatiques envoyées en éclaireurs. Apollo 8 s’inscrivait bien évidemment dans la préparation des premiers pas à la surface de la Lune dans le contexte de la course à l’espace engagée entre l’Union Soviétique et les États-Unis.
La NASA se devait de célébrer cet anniversaire, d’autant plus que l’exploration habitée de la Lune est redevenue un objectif officiel avec son projet de station cislunaire LOP-G qui doit se réaliser en collaboration avec d’autres pays.
L’administrateur de l’agence américaine Jim Bridenstine a rappelé récemment dans la vidéo ci-dessous les accomplissements d’Apollo 8 en soulignant les risques pris.

Et si les Soviétiques étaient plus rapides ?

Telle était la question que les responsables du programme spatial américain ne pouvaient pas écarter. Certes, avec les vols Mercury et Gemini, la NASA avait rattrapé son retard, mais l’Union Soviétique était encore auréolé de ses prestigieuses premières (Spoutnik, Gagarine, Leonov, etc.) et des renseignements indiquaient qu’en secret un imposant lanceur lunaire, le N1 comparable au Saturn V d’Apollo, se préparait à Baïkonour…
La NASA mit alors sur pied Apollo 8 avec l’intention de placer sur orbite lunaire 3 astronautes. Le lanceur Saturn V n’avait pourtant accompli que 2 vols d’essai sans équipage et à chaque fois des problèmes furent constatés ! Les ingénieurs pensaient toutefois pouvoir les résoudre à temps.

Ci-dessous, un montage vidéo du centre Goddard de la NASA réalisé pour le cinquantenaire d’Apollo 8.

L’équipage était constitué de Frank Borman (commandant), Jim Lovell et William Anders. Les 2 premiers étaient âgés de 40 ans et avaient déjà volé. À 35 ans et sans mission spatiale précédente, Anders était le «bleu». 

De gauche à droite : Jim Lovell, William Anders et Frank Borman. Crédit : NASA

De gauche à droite : Jim Lovell, William Anders et Frank Borman.
Crédit : NASA

 

Et dans la vidéo NASA ci-dessous, l’équipage d’Apollo 8 (Frank Borman, Jim Lovell et William Anders) raconte le déroulé de la mission. Ils ont été interviewés récemment ! Un document exceptionnel.

 

Ci-dessous, nous revenons en images sur ce vol historique.
Le 21 décembre 1968 à 7h51 heure locale de Floride, le lanceur Saturn V s’arracha de la Terre, emportant pour la première fois des hommes vers la Lune.

Crédit : NASA

Crédit : NASA

Le voyage vers notre satellite naturel dura 55 heures. S’éloignant de notre planète comme personne ne l’avait fait auparavant, Borman, Lovell et Anders devinrent les premières personnes à regarder la Terre tel un globe suspendu dans l’espace de leurs propres yeux et non plus via les images acquises par des sondes.

Crédit : NASA

Crédit : NASA

 

Frank Borman, commandant d'Apollo 8 pendant le vol vers la Lune Crédit : NASA

Frank Borman, commandant d’Apollo 8 pendant le vol vers la Lune
Crédit : NASA

Noël autour de la Lune et Santa Claus n’oublie pas de passer !

Le 24 décembre, Apollo 8 s’inséra sur orbite lunaire pour 10 tours. La face cachée, jusque-là dévoilée à l’humanité via les clichés de ses émissaires robotiques, devenait un territoire scruté par des yeux d’astronautes.

Crédit : NASA

Crédit : NASA

À 15h40 Temps Universel le 24 décembre, fut prise l’emblématique photo de cette mission : la Terre semblant se lever au-dessus du paysage sélène (un effet de perspective dû au fait que le vaisseau Apollo tournait autour de la Lune).

Crédit : NASA

Crédit : NASA

En se basant sur les données de la mission et avec des images de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), le centre Goddard de la NASA a reconstitué avec précision les circonstances de la célèbre photo.

Le soir du 24 décembre (en heures pour les États-Unis), pour la veillée de Noël, Borman, Lovell et Anders décidèrent de lire à tour de rôle la Genèse issue de la Bible (une initiative qui vaudra à la NASA un procès de la part d’une activiste athée qui sera plus tard déboutée par la Cour Suprême). En sa qualité de commandant, Frank Borman conclut cette retransmission écoutée par des centaines de millions de terriens par «Joyeux Noël et que Dieu vous bénisse tous sur cette bonne vielle Terre». Un message de paix pour clore une année 1968 malheureusement marquée par des conflits (dont celui du Vietnam).
Pour revenir sur Terre, l’équipage d’Apollo 8 devait mener à bien l’allumage du moteur principal du Module de Service, derrière la Lune, sans que le centre de contrôle de Houston puisse être à l’écoute en direct. Le bon fonctionnement du propulseur soulevait à l’époque encore quelques doutes…
Le 25 décembre à 6h10 Temps Universel, le moteur fit cependant exactement ce qu’on lui demanda. 15 minutes plus tard, la communication avec la Terre reprit et Jim Lovell, après avoir confirmé la liaison radio, dit : «Soyez informés qu’il y a un Père Noël». La présence de Santa Claus (en anglais) signifiait qu’il y avait bien eu la délivrance du cadeau attendu, à savoir le succès de la manœuvre de propulsion plaçant les 3 astronautes sur le chemin du retour. Ils amerrirent dans l’océan Pacifique le 27 décembre et furent récupérés par le porte-avions USS Yorktown.

La capsule Apollo 8 hissée sur le porte-avions USS Yorktown. Crédit : NASA

La capsule Apollo 8 hissée sur le porte-avions USS Yorktown.
Crédit : NASA

 

Frank Borman, William Anders et Jim Lovell s’adressent à l’équipage de l’USS Yorktown juste après leur récupération. Crédit : NASA

Frank Borman, William Anders et Jim Lovell s’adressent à l’équipage de l’USS Yorktown juste après leur récupération.
Crédit : NASA

50 ans plus tard, la NASA se tourne une nouvelle fois vers la Lune pour des vols habités avec l’intention à plus long terme de préparer le voyage vers Mars. C’est ce qu’exprime et explique la vidéo «We Are NASA» ci-dessous.