7 vols pour le B1049 de SpaceX

7 vols pour le B1049 de SpaceX

Le 24 novembre, SpaceX a procédé à un nouveau lancement pour sa constellation Starlink dédiée à la connectivité web. Le premier étage de Falcon 9 employé, le B1049, accomplissait là sa septième mission.

À 21h13 heure locale de Floride, la compagnie fondée en 2002 par Elon Musk a mené son 23ème lancement de l’année 2020. Il s’agissait aussi du 100ème envol d’un Falcon 9, son lanceur fétiche qui a connu beaucoup d’évolutions techniques depuis son premier vol le 4 juin 2010.

La réutilisation, fer de lance de SpaceX

SpaceX a commencé à tester la possibilité de contrôler le retour d’un premier étage de Falcon 9 avant d’affiner pas à pas une procédure d’atterrissage sur une barge en mer ou sur une zone au sol non loin du pas de tir. La firme américaine a toujours avancé que la réutilisation permettrait des économies.
Le vol du 24 novembre depuis le pas de tir SLC-40 de la Cape Canaveral Air Force Station était consacré à l’envoi de 60 satellites de sa constellation Starlink qui vise à commercialiser une prestation de connexion web haut débit dans le monde entier. Avec cette mission réussie, 895 de ces relais internet orbitaux sont désormais autour de notre planète (sur 955 lancés, certains étant depuis rentrés dans l’atmosphère).
Ci-dessous, la vidéo SpaceX du direct. Le décollage est à 14:50 et le largage des 60 satellites Starlink à 29:50.

Ce centième vol d’un Falcon 9* (voir précision en fin d’article) était aussi le septième pour le premier étage immatriculé B1049 qui s’est posé sur une barge en mer (vidéo ci-dessus à 23:30). C’est la première fois qu’un premier étage de Falcon 9 est utilisé 7 fois. Ce B1049 avait précédemment servi les 10 septembre 2018, 11 janvier 2019, 24 mai 2019, 7 janvier 2020, 4 juin 2020 et 18 août 2020. On notera que seulement 3 jours auparavant, le 21 novembre, SpaceX lançait avec succès le satellite européen Sentinel-6A, mais depuis une autre base (Vandenberg en Californie) et avec un B1063 neuf.
La réutilisation chez SpaceX ne s’arrête pas au premier étage. La firme privée progresse ainsi dans sa logique de récupérer la coiffe (qui se sépare en deux morceaux) de ses lanceurs. Certaines ont déjà revolé. Ci-dessous, Tweet d’Elon Musk montrant l’arrivée sous parachute d’une coiffe au sein d’un filet tendu au-dessus d’un navire.

https://twitter.com/elonmusk/status/1295847382073171970

La réutilisation pour les vols habités

De plus, les cargos automatiques Dragon de SpaceX qui desservent la Station Spatiale Internationale (ISS) pour le compte de la NASA sont eux aussi réutilisés. Et il en sera de même pour les capsules habitées Crew Dragon, également conçues pour voler plusieurs fois. On sait ainsi que la C206 baptisée Endeavour, et employée pour le vol Demo-2 vers l’ISS de mai à août 2020 avec Douglas Hurley et Robert Behnken, servira pour Crew-2 l’année prochaine. Il s’agit du vol qui transportera, avec 3 autres astronautes, Thomas Pesquet de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) pour sa mission Alpha. À cette occasion, le premier étage B1061 qui a été employé pour le vol habité Crew-1 le 15 novembre sera mis à contribution. Ce sera le premier vol habité de SpaceX avec une capsule et un premier étage réutilisés.

La capsule C206 Endeavour de SpaceX lors de sa récupération après son amerrissage le 2 août 2020 avec Douglas Hurley et Robert Behnken à bord. C’est celle-ci qui sera réutilisée pour le vol Crew-2 vers l’ISS avec Thomas Pesquet en 2021. Crédit : SpaceX

La capsule C206 Endeavour de SpaceX lors de sa récupération après son amerrissage le 2 août 2020 avec Douglas Hurley et Robert Behnken à bord. C’est celle-ci qui sera réutilisée pour le vol Crew-2 vers l’ISS avec Thomas Pesquet en 2021.
Crédit : SpaceX

D’autres sociétés de lancement s’intéressent à la logique de la réutilisation d’un premier étage. Plusieurs entreprises privées chinoises qui se réclament de la mouvance «New Space» travaillent dans ce sens. Le 20 novembre, la firme Rocket Lab qui opère son lanceur Electron spécialisé pour les petits satellites a mené une tentative réussie de retour en mer du premier étage sous parachute. Le fondateur de Rocket Lab, Peter Berg, a salué ce succès avec le tweet ci-dessous.

En Europe, le réutilisable est étudié, notamment avec l’agence française CNES et son démonstrateur Themis qui (nous citons) «préfigure ce que pourraient être les futures générations de fusée Européennes» (vidéo ci-dessous).

(*) 100 vols Falcon 9 en comptant l’échec du lancement d’un cargo Dragon le 28 juin 2015, mais sans inclure la destruction du lanceur et de son satellite Amos-6 en septembre 2016 (l’explosion a eu lieu avant le lancement, lors de préparatifs au sol). Les envols des 3 Falcon Heavy ne sont pas pris en compte non plus.

 

Crédit des images du titre : compte Twitter de SpaceX

     

     

     

    Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, la Cité de l’espace ferme ses portes du jeudi 29 octobre 18h jusqu’à nouvel ordre.

     

     

    Nous vous remercions de votre compréhension.