BepiColombo a survolé Vénus

BepiColombo a survolé Vénus

En chemin pour atteindre Mercure dans plusieurs années, la sonde européenne BepiColombo a survolé Vénus le 15 octobre. Cette manœuvre d’assistance gravitationnelle a été mise à profit pour observer avec succès la planète.

Il y a 2 ans, le 19 octobre 2018, un lanceur Ariane 5 quittait Kourou et envoyait BepiColombo sur une trajectoire qui signait le début d’un long périple. Car cette sonde de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), à laquelle est associée la JAXA du Japon, mettra 7 ans pour rejoindre son objectif en 2025, à savoir Mercure, la planète la plus proche du Soleil. Les contraintes d’un tel voyage sont telles qu’elles exigent beaucoup de carburant ou faire appel à l’assistance gravitationnelle. La sonde utilise dans ce dernier cas la gravité d’une planète pour modifier «gratuitement» (disons en dépensant considérablement moins de carburant) sa trajectoire et atteindre sa cible. C’est exactement ce qu’a fait avec succès BepiColombo le 15 octobre en passant à 10 720 km de Vénus.

Assistance et science avec Vénus

Rappelons que BepiColombo a déjà profité du principe de l’assistance gravitationnelle en passant près de la Terre le 10 avril 2020. Son odyssée vers Mercure comprend 8 autres assistances de ce type, 2 avec Vénus et 6 avec Mercure ! Le 15 octobre 2020 signait ainsi la première des 2 assistances gravitationnelles s’appuyant sur Vénus (la prochaine sera le 11 août 2021).
Si la réussite du passage pour obtenir la modification de trajectoire désirée reste prioritaire, on peut aussi en profiter pour activer des instruments scientifiques et récolter des données. Une logique très fréquemment appliquée et pour BepiColombo ce sont 7 instruments qui ont été pleinement utilisés et 5 partiellement mis en route. La Monitoring Camera du Mercury Transfer Module de la sonde a alors saisi dans son champ le passage de Vénus (4 images sur les 64 sont montrées ci-dessous).

 

Images de Vénus en noir et blanc saisies par une caméra de la sonde BepiColombo qui associe l’ESA et la JAXA. Les heures sont en UTC, Temps Universel. Crédit : ESA/BepiColombo/MTM/Cité de l’espace

Images de Vénus en noir et blanc saisies par une caméra de la sonde BepiColombo qui associe l’ESA et la JAXA. Les heures sont en UTC, Temps Universel.
Crédit : ESA/BepiColombo/MTM/Cité de l’espace

Vénus a été sous les feux de l’actualité suite à la découverte d’un signal pointant la présence de phosphine dans son atmosphère. Cette molécule pourrait venir de réactions chimiques propres à cette planète (on en trouve aussi sur d’autres planètes) ou de mécanismes liés au vivant. Soulignons ici que cette possibilité reste une hypothèse. L’équipe qui a signé la découverte de la phosphine insiste d’ailleurs bien sur ce point.
Du coup, les données récoltées le 15 octobre par BepiColombo peuvent-elles permettre d’en savoir plus sur la présence ou non de phosphine dans l’atmosphère vénusienne ? Les scientifiques de cette mission avouent en toute honnêteté ne pas en être certains, car leurs instruments ont été en priorité conçus pour étudier une planète très différente, Mercure, la destination de BepiColombo. Seule l’analyse des mesures accomplies le 15 octobre apportera un début de réponse.

Ce schéma de l’ESA indique que, lors du survol de Vénus par BepiColombo à 10 720 km le 15 octobre, des télescopes au sol et la sonde japonaise Akatsuki (sur orbite vénusienne) ont réalisé des observations en coordination. Sur la droite, la liste des instruments de BepiColombo détaille ceux mis en route en totalité (en blanc et en gras), partiellement (en blanc et en italique) et ceux non-actifs (en gris). Crédit : ESA

Ce schéma de l’ESA indique que, lors du survol de Vénus par BepiColombo à 10 720 km le 15 octobre, des télescopes au sol et la sonde japonaise Akatsuki (sur orbite vénusienne) ont réalisé des observations en coordination. Sur la droite, la liste des instruments de BepiColombo détaille ceux mis en route en totalité (en blanc et en gras), partiellement (en blanc et en italique) et ceux non-actifs (en gris).
Crédit : ESA