Beresheet échoue près du but

Beresheet échoue près du but

Le 11 avril, l’atterrisseur lunaire israélien a cessé de transmettre alors qu’il était à moins de 200 m de la surface de notre satellite naturel. Malgré cet échec, Beresheet est l’engin privé qui s’est le plus approché de la Lune.

Le petit engin automatique de 585 kg a décollé de Floride le 22 février dernier (il était le passager secondaire d’un lancement opéré par SpaceX). Beresheet (qui signifie «au commencement» en hébreu) et sa mission sont financés par des dons à hauteur de 100 millions de dollars gérés par un organisme israélien à but non-lucratif, SpaceIL. L’alunissage prévu le 11 avril à 22h30 heure d’Israël (1 heure plus tôt en France métropolitaine) ne s’est malheureusement pas conclu comme espéré. 

Si près de la Mer de la Sérénité

Arrivé sur orbite lunaire le 4 avril, Beresheet devait faire d’Israël le quatrième pays à se poser sur notre satellite naturel. Mais avec plusieurs orbites réussies, l’engin de SpaceIL fait tout de même d’Israël la septième nation à tourner autour de la Lune après la Russie, les Etats-Unis, l’Europe, le Japon, la Chine et l’Inde.
L’alunissage du 11 avril était retransmis en direct sur la chaîne YouTube de SpaceIL. La dernière télémétrie reçue à cette occasion indiquait que Beresheet évoluait à 149 m de son objectif, la Mer de la Sérénité. Des problèmes avec le propulseur principal furent évoqués lors du direct, mais il est trop tôt pour en tirer des conclusions.
Ci-dessous, le replay du direct du 11 avril.

«Je pense que nous pouvons être fier», sous-entendu de ce qui a été accompli, a déclaré Morris Kahn, le principal mécène de SpaceIL avec un don à hauteur de 40 millions de dollars. Présent au centre de contrôle de Beresheet à Yehud en Israël, le Premier ministre du pays, Benyamin Netanyahou, a déclaré : «Si vous ne réussissez pas la première fois, vous essayez encore».

Photo de la Lune prise par Beresheet à 22 km d’altitude. La transmission des données et donc de cette image est passée par des installations gérées par le JPL de la NASA. Sous le drapeau israélien, on remarque la phrase : «Petit pays, grands rêves». Crédit : SpaceIL

Photo de la Lune prise par Beresheet à 22 km d’altitude. La transmission des données et donc de cette image est passée par des installations gérées par le JPL de la NASA. Sous le drapeau israélien, on remarque la phrase : «Petit pays, grands rêves».
Crédit : SpaceIL

L’initiative de SpaceIL est née dans la logique du Google Lunar XPrize qui devait récompenser la première mission privée sur la Lune. Malgré plusieurs équipes motivées dans plusieurs pays, la date limite pour réussir, pourtant plusieurs fois repoussée, n’a jamais été respectée et le concours fut arrêté en 2018. SpaceIL a décidé de continuer, décidé à offrir (nous citons) «un moment Apollo» à la jeunesse israélienne et aussi pour promouvoir la science et les techniques. Beresheet s’impose toutefois comme le premier engin privé à atteindre l’orbite lunaire . Il a d’ailleurs lors de ses tours de Lune envoyé plusieurs superbes clichés.

Une photographie de la Lune par Beresheet alors qu’il était sur orbite autour de notre satellite naturel. Crédit : SpaceIL

Une photographie de la Lune par Beresheet alors qu’il était sur orbite autour de notre satellite naturel.
Crédit : SpaceIL