Disparition de Chris Kraft

Disparition de Chris Kraft

Chris Kraft nous a quittés à 95 ans le 22 juillet, juste après le cinquantenaire d’Apollo 11. La NASA le considère comme l’architecte de son Mission Control, les installations au sol où des contrôleurs surveillent les vols habités.

«Houston nous avons eu un problème» : cette phrase prononcée lors d’Apollo 13 est vraisemblablement aussi emblématique que le «C’est un petit pas» de Neil Armstrong. Le Houston mentionné ici est le Mission Control, le centre de contrôle de mission des vols habités de la NASA où des dizaines d’ingénieurs surveillent les paramètres du ou des vaisseaux spatiaux américains. Et les principes mêmes de ce centre de contrôle ont été pensés par Chris Kraft qui nous a quittés le 22 juillet.

Un «trésor national»

Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA, n’a pas manqué de saluer la contribution essentielle de cet ingénieur au programme spatial : «L’Amérique a véritablement perdu un trésor national aujourd’hui avec le décès de l’un des premiers pionniers de la NASA, le directeur de vol Chris Kraft».
Né le 28 février 1924 en Virginie, son prénom complet Christopher Columbus semblait le prédestiner à l’exploration ! Dans ses mémoires, il explique qu’il a le même prénom que son père qui était né en 1892 lors du 400ème anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb aux Caraïbes. Et il écrivait ainsi qu’il pensait que ce prestigieux patronyme avait probablement influencé le reste de sa vie !

Chris Kraft devant l’une des consoles du contrôle de mission lors du programme Mercury (premiers vols habités américains de 1961 à 1963). Crédit : NASA

Chris Kraft devant l’une des consoles du contrôle de mission lors du programme Mercury (premiers vols habités américains de 1961 à 1963).
Crédit : NASA

Issu d’une famille très modeste, il étudia l’ingénierie mécanique au Virginia Polytechnic Institute et travailla pour la NACA (National Advisory Commitee on Aeronautics), l’ancêtre de la NASA. Lorsque les vols habités devinrent une priorité en réponse à l’avance soviétique et à la volonté du président Kennedy d’amener des Américains sur la Lune, Chris Kraft fut celui qui mit au point le concept du contrôle de mission ainsi que ses procédures.

Ci-dessous, une vidéo de la NASA qui rend hommage à celui qui fut son premier directeur de vol avant d’être le directeur des opérations de vol au Manned Spacecraft Center de Houston (aujourd’hui le Johnson Space Center).

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici

Chris Kraft fut donc l’une de ces figures moins connues, mais pourtant essentielles des premiers temps des missions spatiales habités. Il resta en poste à la NASA jusqu’en 1982, au début du programme de la navette spatiale qui avait accompli son vol inaugural en 1981. Ensuite, il travailla pour le secteur privé, reçut de nombreuses distinctions et écrivit ses mémoires avec «Flight: My Life in Mission Control». Avocat passionné de l’astronautique, il souligna à plusieurs reprises que la «NASA est le meilleur retour sur investissement que ce pays ait vu» comme dans la vidéo ci-dessous.

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici

Pour mieux comprendre l’importance du Mission Control, nous vous proposons cette vidéo de la chaîne Stardust basée sur des interviews des contrôleurs de vol venus à la Cité de l’espace au mois de mai dernier.

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici

Vous remarquerez que Chris Kraft est largement évoqué au début : «Pour nous c’était Dieu. Son influence sur nous était énorme» confie l’une des personnes interviewées.

Drapeau américain en main, Chris Kraft (au centre) célèbre la réussite d’Apollo 11 à Houston après le retour de Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins le 24 juillet 1969. Crédit : NASA

Drapeau américain en main, Chris Kraft (au centre) célèbre la réussite d’Apollo 11 à Houston après le retour de Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins le 24 juillet 1969.
Crédit : NASA