SpaceX attrape au vol la coiffe de son lanceur

SpaceX attrape au vol la coiffe de son lanceur

Le 6 août, la firme américaine a lancé le satellite de télécommunications Amos-17. Au large des côtes de Floride, un bateau a pour la deuxième fois récupéré dans un filet la moitié de la coiffe qui revenait sous parachute.

En septembre 2016, une explosion au sol d’un Falcon 9 détruisait le satellite Amos-6 de la société israélienne de télécommunications Spacecom. Presque 3 ans plus tard, SpaceX a placé avec succès sur orbite le satellite Amos-17 pour son client.

Le réutilisable concerne aussi la coiffe

Pour ce lancement, la firme créée par le milliardaire Elon Musk a mobilisé un premier étage de son lanceur qui avait déjà servi à 2 reprises. Répertorié B1047, il fut employé pour lancer les satellites Telstar-19 en juillet 2018 et Es’hail-2 en novembre de la même année. Pour sa mission du 6 août 2019, en revanche, l’étage B1047 qui est parti de la Cape Canaveral Air Force Station en Floride n’a pas été récupéré (le profil de la mission ne laissait pas assez de carburant pour un retour au sol ou sur une barge en mer).

Décollage d’un Falcon 9 de SpaceX pour mettre sur orbite le satellite Amos-17 de Spacecom. Crédit : SpaceX

Décollage d’un Falcon 9 de SpaceX pour mettre sur orbite le satellite Amos-17 de Spacecom.
Crédit : SpaceX

SpaceX estime que la récupération des étages permet de baisser le prix de l’accès à l’espace. Toutefois, pour certains profils de mission, il n’est pas forcément possible de faire revenir le premier étage, ce qui fut le cas pour Amos-17. La société américaine essaye aussi de réutiliser la coiffe qui protège la charge utile au sommet et qui se sépare en deux moitiés. Un retour vers la mer sous parachute a été mis au point ainsi qu’un navire spécial doté d’un large filet tendu en l’air afin d’attraper la moitié d’une coiffe avant qu’elle ne touche l’eau. Ce 6 août, le navire nommé Ms Tree a de nouveau réussi cette incroyable manœuvre après une première réussie lors du vol Falcon Heavy STP-2 en juin dernier. Elon Musk en personne a tweeté la vidéo de la récupération (voir ci-dessous).

L’intérêt économique de récupérer le premier étage d’un lanceur pour le réutiliser a maintes fois été critiqué. Cependant, depuis quelques années, les projets de lanceurs réutilisables se multiplient, y compris en Europe avec des études menées notamment par le CNES, l’agence spatiale française. Concernant la coiffe, son coût de quelques millions de dollars comparés aux dépenses nécessaires pour l’attraper ainsi au vol pose question en ce qui concerne la rentabilité de l’opération. Si les concurrents de SpaceX commencent à envisager de faire la même chose, un début de réponse sera peut-être alors apporté !