L’ISS accueille le Crew Dragon

L’ISS accueille le Crew Dragon

Le 3 mars, la capsule Crew Dragon de SpaceX s’est amarrée automatiquement à la Station Spatiale Internationale (ISS) et a reçu la visite des astronautes. Le vaisseau américain doit revenir amerrir vendredi prochain.

Dans le cadre de son Commercial Crew Program, la NASA a décidé de confier la desserte de la Station Spatiale Internationale (ISS) au secteur privé sur la base de contrats de prestations (nous l’expliquions un peu plus en détail dans cet article). Les firmes Boeing et SpaceX ont été sélectionnées en 2016 et c’est cette dernière qui mène en ce moment une mission appelée Demo-1 ou SpX-DM1. Il s’agit de valider la capsule Crew Dragon conçue et opérée par SpaceX pour le compte de l’agence américaine.

«La nouvelle ère du vol spatial»

Demo-1 doit donc réussir toutes les étapes d’un vol aller-retour vers l’ISS de façon intégralement automatique. Après un décollage le samedi 2 mars, la capsule Crew Dragon s’est dirigée vers son rendez-vous avec l’ISS. Le lendemain 3 mars, en milieu de journée (pour la France métropolitaine), le vaisseau de SpaceX a accompli de manière autonome un amarrage au module Harmony de la Station via le sas PMA-2 (vidéo ci-dessous).

Le précédent amarrage au sas PMA-2 remonte à 2011 lors de la dernière mission d’une navette spatiale de la NASA (Atlantis, vol STS-135). Pour accueillir le Crew Dragon, le PMA-2 a été entre-temps équipé en 2016 d’un adaptateur spécifique appelé IDA-2.
À bord de l’ISS, l’équipage de l’Expédition 58 a ensuite mené les vérifications d’usage avant d’ouvrir les écoutilles et accéder à la capsule. Le commandant russe Oleg Kononenko et le Canadien David Saint Jacques ont été les premiers à devenir des passagers d’un Crew Dragon sur orbite. Revêtus d’un masque par sécurité, ils se sont assurés que l’atmosphère dans le véhicule répondait aux normes. L’Américaine Anne McClain assistait ses collègues depuis le module Harmony.

Ces vérifications techniques achevées, l’équipage a procédé à une «Welcome Ceremony». Après un bref discours de la part de chaque astronaute, David Saint Jacques a suivi Anne McClain à l’intérieur du Crew Dragon où celle-ci, aux côtés du mannequin Ripley et de la peluche à l’effigie de la Terre, a rappelé que ce succès «ne montrait pas à quel point notre mission est facile, mais ce que sont nos capacités» (au sens de ce que savent faire toutes les équipes de l’ISS). Elle a ensuite conclu avec «Bienvenue dans la nouvelle ère du vol spatial».

Pour que tous les objectifs de la mission Demo-1 soient validés, le Crew Dragon doit quitter l’ISS ce vendredi 8 mars. La capsule se séparera de son module de service arrière puis plongera dans l’atmosphère, protégée par son bouclier thermique avant d’amerrir dans l’océan Atlantique sous 4 parachutes.
Si le retour se conclut comme prévu, la certification du vaisseau de SpaceX devra encore passer un test crucial : un essai d’éjection en phase de décollage au sommet d’un lanceur Falcon 9. Un succès ouvrira la voie au premier vol habité d’un Crew Dragon, la mission SpX-DM2 ou Demo-2 attendu pour le moment en juillet prochain. L’équipage est déjà sélectionné : les astronautes de la NASA Robert Behnken et Douglas Hurley.

Robert Behnken (à gauche) et Douglas Hurley devant une maquette taille réelle du Crew Dragon. Ils sont les astronautes sélectionnés pour le premier vol habité de ce vaisseau prévu pour juillet prochain. Crédit : NASA

Robert Behnken (à gauche) et Douglas Hurley devant une maquette taille réelle du Crew Dragon. Ils sont les astronautes sélectionnés pour le premier vol habité de ce vaisseau prévu pour juillet prochain.
Crédit : NASA