La Corée du Sud vers la Lune avec Danuri

La Corée du Sud vers la Lune avec Danuri

Depuis la Floride, SpaceX a lancé le 4 août la première sonde lunaire sud-coréenne. Baptisée Danuri, elle se placera sur orbite autour de notre satellite naturel à 100 km d’altitude en décembre prochain.

Le programme spatial de la Corée du Sud monte en puissance depuis plusieurs années. Récemment, le pays a atteint l’orbite de façon autonome avec son lanceur Nuri ou KSV-2. L’agence spatiale sud-coréenne, la KARI (Korea Aerospace Research Institute), entend aussi développer une initiative d’exploration en commençant par la Lune avec la sonde KPLO pour Korea Pathfinder Lunar Orbiter, officiellement dénommée Danuri avant son envol.

Une sonde lancée par SpaceX

Même si la Corée du Sud dispose depuis juin 2022 d’un lanceur national opérationnel, l’envoi de Danuri vers sa destination a été confié à la firme américaine SpaceX depuis la Cape Canaveral Space Force Station en Floride.
Le décollage a eu lieu le 4 août à 17h08 heure locale. Ci-dessous, l’enregistrement du direct SpaceX.

D’une masse de 678 kg lors de son envol, Danuri est équipée de 6 instruments dont 5 ont été conçus en Corée du Sud et un par la NASA aux États-Unis dans le cadre d’une coopération.

Une trajectoire économe

Danuri mettra plus de temps à rejoindre notre voisine céleste qu’une mission «classique» (moins d’une semaine généralement), car la sonde sud-coréenne suit une trajectoire volontairement économe en carburant et demandant une puissance de propulsion moindre. Le schéma de la KARI ci-dessous illustre ce parcours.

La trajectoire de Danuri vers la Lune. Crédit : KARI

La trajectoire de Danuri vers la Lune.
Crédit : KARI

Dite balistique, cette trajectoire consiste à passer par le point de Lagrange Terre-Soleil L1 à 1,5 million de kilomètres de notre planète avant de se diriger vers la Lune. Suivant ce parcours, Danuri devrait arriver vers notre satellite naturel le 16 décembre prochain. La sonde accomplira alors une série de manœuvres afin de se poster sur orbite lunaire à 100 km d’altitude. De là, ses caméras et spectromètres étudieront la géologie sélène et ce sera la première mission d’exploration du Système solaire de la Corée du Sud.
Au sein des 6 instruments, l’un d’eux appelé Delay-Tolerant Networking experiment (DTNPL) consistera à tester un dispositif de télécommunication qui s’inspire des protocoles internet. Les agences spatiales savent en effet que le mouvement général de retour vers et sur la Lune (expliqué dans l’exposition Lune: Épisode II de la Cité de l’espace à Toulouse) devra s’appuyer sur un réseau global de relais des communications entre les engins présents là-bas et la Terre.

Ci-dessous, une vidéo de la KARI (en coréen) à propos de la mission de Danuri.