L’énigme lunaire de Yutu-2

L’énigme lunaire de Yutu-2

Fin juillet, le rover lunaire chinois Yutu-2 a détecté une substance d’une couleur inhabituelle dans un petit cratère. Plusieurs hypothèses sont avancées comme la formation de verre suite à un impact sur cette partie de la face cachée de la Lune.

Au tout début de l’année 2019, la Chine accomplissait une première spatiale en posant son atterrisseur Chang’e-4 sur la face cachée de la Lune. Maintes fois survolée par des sondes ou les missions Apollo, cette moitié de notre satellite naturel qu’on ne voit pas depuis la Terre n’avait en effet jamais fait l’objet d’une arrivée à la surface. Chang’e-4 y a déployé le rover Yutu-2 qui a parcouru à ce jour plus de 250 m et récemment fait une découverte jugée énigmatique.

Une substance comparée à du gel

Le 28 juillet, les contrôleurs au sol de Yutu-2 le préparent pour son habituelle mise en sommeil alors qu’approche l’équivalent du midi sur la Lune à l’endroit où il évolue. En effet, le Soleil étant à son point culminant, les contraintes de chaleur et de radiation sont maximales et le rover comme l’atterrisseur sont mis en veille pour éviter de les endommager. Puis ils reprennent leurs activités avant une autre mise en veille bien plus longue afin de survivre à la froide nuit lunaire qui dure 2 semaines (tout comme le jour).

Yutu-2 est un rover de 140 kg et haut de 1,5 m. Il a été amené sur la face cachée de la Lune par l’atterrisseur Chang’e-4 (cette photo est d’ailleurs issue d’une caméra de l’atterrisseur). Crédit : CNSA 

Yutu-2 est un rover de 140 kg et haut de 1,5 m. Il a été amené sur la face cachée de la Lune par l’atterrisseur Chang’e-4 (cette photo est d’ailleurs issue d’une caméra de l’atterrisseur).
Crédit : CNSA

Revenons donc au 28 juillet : en examinant les clichés transmis, les responsables de la mission constatent la présence d’une substance au sein d’un petit cratère qui est décrite dans les médias chinois comme ayant l’apparence d’un gel et d’une couleur inhabituelle.

Le petit cratère présenté par les médias chinois comme celui hébergeant une substance ayant l’apparence d’un gel. Une image accomplie par le rover Yutu-2. Crédit : CNSA

Le petit cratère présenté par les médias chinois comme celui hébergeant une substance ayant l’apparence d’un gel. Une image accomplie par le rover Yutu-2.
Crédit : CNSA

Pour le moment, la trouvaille reste sans explication ferme de la part de l’agence spatiale chinoise et, le 1er septembre, Le Quotidien du Peuple (ou People’s Daily China en anglais) demandait même à ses lecteurs sur Twitter s’ils avaient une idée !

Avec l’accord des scientifiques, les contrôleurs de Yutu-2 ont décidé de modifier son trajet programmé afin d’examiner plus avant cette «énigme» lunaire. Plusieurs pistes ont été avancées, comme la possibilité de la formation de verre lors d’un impact du fait notamment de la chaleur dégagée lors d’un tel événement.

Yutu-2, démonstrateur de la maîtrise technique de la Chine spatiale

En attendant un verdict scientifique, on remarquera que Yutu-2 fonctionne comme prévu depuis le mois de janvier, soit 9 journées lunaires (qui durent presque 1 mois avec 14 jours de nuit et 14 jours de Soleil). Son prédécesseur Yutu (celui de Chang’e-3 arrivé en décembre 2013) n’avait été opérationnel que 2 journées lunaires. Visiblement, cette performance n’était pas celle espérée et force est de constater que les ingénieurs chinois ont su appliquer les correctifs nécessaires pour augmenter de façon très significative la durée de vie de leur rover (n’oublions pas que Yutu-2 est au départ un double de Yutu).

Signataire d’une première spatiale (premier alunissage sur la face cachée), Chang’e-4 méritait d’être mis en avant à la Cité de l’espace de Toulouse. C’est désormais le cas avec la présence au sein du plus grand centre de culture scientifique d’Europe consacré à l’astronautique d’une maquette taille réelle de l’explorateur robotique chinois et de son rover Yutu-2.

Chang’e-4 s’est récemment posé à la Cité de l’espace sous la forme d’une maquette taille réelle. Crédit : Cité de l’espace/Laurent Garcia

Chang’e-4 s’est récemment posé à la Cité de l’espace sous la forme d’une maquette taille réelle.
Crédit : Cité de l’espace/Laurent Garcia

La maquette taille réelle de Chang’e-4 a été confiée à la Cité de l’espace par l’agence spatiale chinoise. Elle sera officiellement inaugurée le 18 septembre en présence de Jean-Luc Moudenc (Maire de Toulouse, Président de Toulouse Métropole, Président de la Cité de l’espace), Yang Baohua (Vice-Président de la China Aerospace Science and Technology Corporation, Vice-Président de la Chinese Society of Astronautics, Vice-Commandant en Chef du Programme et Vice-Président de l’International Astronautical Federation) et de Jean-Yves Le Gall (Président du CNES, Président de l’International Astronautical Federation).