Une épave sur Mars

Ce cliché d’Ingenuity montre le capot arrière et le parachute sous un autre angle. L’état du capot s’explique par une arrivée à 126 km/h. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Le drone hélicoptère Ingenuity a photographié en le survolant le capot arrière et le parachute du vaisseau porteur de Perseverance. Cette arrivée brutale sur Mars était prévue, mais en étudiant l’épave, la NASA compte améliorer ses technologies.

Le processus d’arrivée sur la planète rouge fait appel à plusieurs technologies qui doivent parfaitement fonctionner au moment prévu… de façon intégralement automatique. Songez que si le vaisseau rentre dans l’atmosphère à environ 20000 km/h, à peine quelques minutes plus tard son passager (atterrisseur ou rover) aura suffisamment ralenti pour se poser en douceur !

Les étonnantes images d’Ingenuity

Une séquence complexe que la NASA a surnommée «7 minutes de terreur». Bref, les personnes qui conçoivent les systèmes d’arrivée sur Mars ne refusent jamais des informations susceptibles de les aider à comprendre comment cela se passe réellement. Et Ingenuity a récemment apporté sa pierre en la matière en survolant le 19 avril la zone où le capot arrière du vaisseau porteur du rover Perseverance s’est écrasé.

Vue générale de la zone où le capot arrière du vaisseau de Perseverance s’est écrasé lors de l’atterrissage du rover le 18 février 2021. Le parachute est à droite. Une image prise par Ingenuity le 19 avril 2022. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Vue générale de la zone où le capot arrière du vaisseau de Perseverance s’est écrasé lors de l’atterrissage du rover le 18 février 2021. Le parachute est à droite. Une image prise par Ingenuity le 19 avril 2022.
Crédit : NASA/JPL-Caltech

Des clichés recueillis par Perseverance le 6 avril montraient au loin le capot arrière de son vaisseau porteur. La NASA a alors décidé de recourir au drone hélicoptère Ingenuity afin de survoler cette zone. Le vol a eu lieu le 19 avril. Passant à 8 m d’altitude, l’éclaireur aérien robotique a ramené d’étonnantes images. Pour les comprendre, revoyons d’abord l’arrivée sur Mars de Perseverance le 18 février 2021 à l’aide d’images saisies par des caméras placées à plusieurs endroits sur le vaisseau et le rover (vidéo ci-dessous, également détaillée avec cet article).

Le parachute que l’on voit se déployer au début de cette vidéo est bien celui photographié par Ingenuity le 19 avril. Il est en effet solidaire du capot arrière (backshell en anglais) auquel est accrochée à ce moment-là la grue volante (Sky Crane) chargée de poser Perseverance. Une fois que le parachute a fait son travail de ralentissement, la grue volante se détache et prend le relais avec ses propulseurs qui feront encore chuter la vitesse. Du coup, le capot continue sa descente trop rapide sous son parachute et finit par heurter la surface de Mars à 126 km/h. C’est le site de ce «crash» qu’Ingenuity a inspecté.

Ce cliché d’Ingenuity montre le capot arrière et le parachute sous un autre angle. L’état du capot s’explique par une arrivée à 126 km/h. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Ce cliché d’Ingenuity montre le capot arrière et le parachute sous un autre angle. L’état du capot s’explique par une arrivée à 126 km/h.
Crédit : NASA/JPL-Caltech

Préparer le futur

Les premières analyses des photos indiquent que les 80 suspentes du vaste parachute de 21,5 m de diamètre semblent intactes. Aucun déchirement n’a été remarqué sur la toile, du moins sur la partie visible. Il s’agit là d’une occasion rare d’examiner ce que le matériel conçu sur Terre a réellement subi dans l’environnement martien. La NASA définit clairement l’utilité de ces images en soulignant qu’elles «ont le potentiel d’aider à assurer des atterrissages plus sûrs pour les futurs engins spatiaux».
On rajoutera que ces équipements devant toucher le sol de Mars, ils répondent aux exigences des principes de protection planétaire qui visent à éviter de contaminer d’autres mondes avec des germes terrestres.
Avec son nouveau Terrain Martien, la Cité de l’espace explique les enjeux de l’exploration martienne en mettant en scène plusieurs rovers dont Perseverance taille réelle ainsi que son homologue chinois Zhurong.

Un autre cliché du capot et du parachute. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Un autre cliché du capot et du parachute.
Crédit : NASA/JPL-Caltech