Examen du Soyouz MS-09 sur orbite

Sortie en scaphandre très inhabituelle hier 11 décembre et aussi potentiellement dangereuse. Les Russes Oleg Kononenko et Serguei Prokopyev sont sortis en scaphandre de la Station Spatiale Internationale (ISS) afin d’examiner l’extérieur du Soyouz MS-09 et plus exactement son module orbital (la partie sphérique) au sein duquel un trou avait été repéré fin août. Ce trou, qui était la source d’une fuite d’air, avait été colmaté de l’intérieur en injectant une résine spéciale (voir cet article). Une commission d’enquête fut décidée par l’agence russe Roscosmos en vue de déterminer l’origine de ce trou de 2 mm de large qui semble avoir été fait lors d’un perçage, mais des conclusions définitives restent en suspens. La sortie en scaphandre du 11 décembre s’imposait comme la seule occasion de tenter de récolter des informations supplémentaires puisque le module orbital du Soyouz brûle dans l’atmosphère au retour du vaisseau russe et tout examen au sol est du coup impossible.
Oleg Kononenko et Sergey Prokopyev ont donc découpé les couvertures externes de protection afin d’accéder au trou par l’extérieur. Une opération délicate du fait que les instruments utilisés, coupants, pouvaient déchirer les scaphandres. Au terme de longs efforts (environ 5 heures après le début de la sortie), le trou a été repéré et la résine employée pour le colmater était bien visible. Les prélèvements et images réalisés lors de cette sortie seront examinés par des experts au sol dans le cadre de l’enquête toujours en cours.

Ci-dessous, un tweet de Spaceflightnow qui montre un extrait vidéo de la sortie alors que les 2 astronautes découpent la protection.

Le principal scénario serait celui d’un perçage au sol effectué par erreur puis bouché «en cachette» (sans qu’aucune information ne soit inscrite sur le suivi qualité) afin que le compartiment passe ses tests d’étanchéité. Sur orbite, et à la longue, cette réparation de fortune céda et provoqua la fuite d’air qui révéla le trou. Il est à noter que cette explication reste uniquement une hypothèse de travail et ne constitue nullement la conclusion de l’enquête.
L’Allemand de l’Agence Spatiale Européenne Alexander Gerst, le Russe Serguei Prokopyev et l’Américaine Serena Auñón-Chancellor reviendront sur Terre avec leur Soyouz MS-09 le 20 décembre prochain. Ils seront dans le module de descente, un compartiment différent du module orbital examiné lors de la sortie en scaphandre. Rappelons que, peu avant la rentrée dans l’atmosphère, les 3 modules d’un Soyouz (de service, de descente et orbital) se séparent. Ceux de service et orbital se consument tandis que celui de descente qui abrite l’équipage est doté d’une protection thermique et se pose sous parachute.