La surprenante exoplanète de V830 Tau

La surprenante exoplanète de V830 Tau

V830 Tau est une jeune étoile d’à peine 2 millions d’années dotée d’une géante gazeuse qui tourne très près d’elle. La découverte de cette exoplanète montre que de tels mondes apparaissent dès la naissance de leur soleil.

Depuis une vingtaine d’années, la recherche des exoplanètes (des planètes qui tournent autour d’autres étoiles que le Soleil) révolutionne l’astronomie. Avec des milliers de mondes découverts au compteur, il semble évident que la formation de planètes autour d’étoiles est un phénomène très répandu pour ne pas dire banal. Ce qui étonne aussi est la grande diversité des exoplanètes et notamment les «jupiters chauds», des géantes gazeuses qui orbitent très près de leur soleil. Mais une découverte rendue publique le 20 juin s’avère encore plus surprenante avec une exoplanète de ce genre située proche d’une étoile très jeune.

L’astronome Jean-François Donati nous explique V830 Tau

En effet, et pour la première fois, une équipe internationale menée par Jean-François Donati, directeur de recherche CNRS à l’IRAP/OMP (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie – Observatoire Midi-Pyrénées) a détecté un «jupiter chaud» autour d’une jeune étoile d’à peine 2 millions d’années. Cette étoile est V830 Tau à 430 années-lumière de nous.

Dans la vidéo ci-dessous, Jean-François Donati, interviewé à la Cité de l’espace de Toulouse, nous explique l’importance de cette découverte.

C’est grâce à l’instrument ESPaDOnS installé sur le télescope Canada France Hawaï (situé sur le mont Mauna Kea à Hawaï) que l’exoplanète de V830 Tau a été débusquée. Cette géante gazeuse est 100 fois plus proche de son étoile que Jupiter ne l’est du Soleil.
Ce qui est intéressant est le fait que V830 Tau est très jeune avec 2 millions d’années, l’équivalent d’une semaine pour sa vie stellaire ramenée à une existence humaine. Il s’agit donc de la première preuve que de telles géantes gazeuses apparaissent dès le début des processus de formation planétaire. Comme nous l’explique Jean-François Donati, on peut dès lors imaginer que notre propre Système solaire a lui aussi connu de tels mondes à ses débuts, mondes qui ont fini happés par le Soleil !

Cette découverte valide l’approche retenue pour SPiRou, un nouvel instrument qui est en quelque sorte le successeur d’ ESPaDOnS et qui sera intégré à l’IRAP à Toulouse. Fruit d’une collaboration internationale, ce spectropolarimètre équipera en 2017 le télescope Canada France Hawaï et cherchera plus particulièrement les exoplanètes des naines rouges, ces petites étoiles qui représentent tout de même 80 % de la population stellaire de la galaxie. De nouvelles découvertes en perspective !