Explosion d’un Crew Dragon au sol

La capsule Crew Dragon du vol d’essai inhabité Demo-1 est ici récupérée après son amerrissage réussi du 8 mars. C’est cet exemplaire qui a été détruit lors d’un est réalisé le 20 avril en Floride.
Crédit : SpaceX

La capsule Crew Dragon du vol d’essai inhabité Demo-1 est ici récupérée après son amerrissage réussi du 8 mars. C’est cet exemplaire qui a été détruit lors d’un est réalisé le 20 avril en Floride.
Crédit : SpaceX

Le 20 avril, SpaceX a procédé a à un allumage au sol des propulseurs Draco et SuperDraco de sa capsule Crew Dragon, celle qui avait accompli avec succès la mission Demo-1 en mars dernier.
Lors de cet essai, le vaisseau devait rester au sol, installé sur une zone de la Cape Canaveral Air Force Station en Floride où se posent les étages des lanceurs Falcon 9. Le test s’est soldé par une explosion suivie d’un panache de fumée visible à distance comme le montre le tweet ci-dessous.

L’administrateur de la NASA Jim Bridenstine a indiqué sur le même réseau social que l’agence avait été avertie par SpaceX de ce qui a été appelé une «anomalie».
Le communiqué souligne que «c’est pourquoi nous testons» et assure que les «ajustements nécessaires» seront faits afin de continuer en sécurité le Commercial Crew Program. Ce dernier est le programme de la NASA par lequel l’agence confie au secteur privé le transport de ses astronautes vers la Station Spatiale Internationale. Les 2 sociétés retenues sont SpaceX et Boeing.

Le Commercial Crew Program est régulièrement suivi par les membres de l’Aerospace Safety Advisory Panel (ASAP), un organisme indépendant établi en 1968 et qui surveille la sécurité des opérations menées par la NASA. Lors d’une réunion du 25 avril, Patricia Sanders qui est à la tête de l’ASAP a indiqué que l’anomalie s’était produite à l’occasion de la mise à feu des propulseurs SuperDraco. Ces derniers sont plus puissants que les Draco chargés des manœuvres orbitales et servent à extraire le Crew Dragon de son lanceur si un accident survient pendant le décollage. Les SuperDraco ont déjà été testés à de nombreuses reprises, notamment en 2015 (vidéo SpaceX ci-dessous) avec un essai d’extraction de la capsule depuis le pas de tir.

A l’heure où cet article est posté, aucune hypothèse n’a été avancée par SpaceX ou la NASA pour expliquer les causes de la défaillance. Une vidéo censée montrer l’explosion a circulé sur les réseaux sociaux, mais ni l’agence américaine ni la firme privée n’ont commenté son authenticité. Il est probable que cet imprévu retarde le calendrier des vols Crew Dragon. La capsule détruite devait servir à un autre test, celui d’une éjection en cours de lancement, afin de donner le feu vert au premier vol habité dit Demo-2 pour l’été 2019 ou avant la fin de l’année.