La FAA rappelle à l’ordre Virgin Galactic

La FAA rappelle à l’ordre Virgin Galactic

Le 11 juillet, Virgin Galactic accomplissait avec succès un vol suborbital avec son fondateur Richard Branson. L’avion-fusée étant sorti de la zone aérienne autorisée, la FAA interdit tout vol à la compagnie en attendant le résultat de l’enquête.

Cet été, la course au tourisme suborbital entre milliardaires a vu le Britannique Richard Branson atteindre son but le 11 juillet 2021 avant l’Américain Jeff Bezos le 20 juillet. Mais la FAA (Federal Aviation Administration), l’agence gouvernementale des États-Unis chargée du contrôle des activités aériennes, a son mot à dire.

Course au suborbital

Les compagnies Virgin Galactic de Richard Branson et Blue Origin de Jeff Bezos visent toutes les deux le marché du tourisme spatial suborbital qui consiste à transporter des passagers au-dessus de la frontière de l’espace mais sans mise sur orbite.
Virgin Galactic a opté pour la solution d’un avion-fusée piloté et amené en altitude par un aéronef porteur alors que Blue Origin a choisi une capsule au sommet d’un petit lanceur automatisé. Point commun : les véhicules sont intégralement réutilisables.
Le 11 juillet, Virgin Galactic procéda au vol de son SpaceShipTwo Unity depuis le Spaceport America au Nouveau-Mexique. L’avion-fusée fut largué à 14 km d’altitude et alluma sa propulsion afin d’atteindre 86,1 km, dépassant la frontière de l’espace à 80 km selon les critères américains (vidéo ci-dessous).

Unity était piloté par Dave Mackay et Michael Masucci avec comme passagers Richard Branson et 3 dirigeants de Virgin Galactic (Beth Moses, Colin Bennett et Sirisha Bandla).
Le 20 juillet, c’était au tour de Jeff Bezos de décoller à bord du véhicule mis au point par ses équipes, une sorte de démonstration de confiance. Il était accompagné de son frère Mark, de l’Américaine Wally Funk et du néerlandais Oliver Daemen. La capsule de Bue Origin culmina à 105 km, au-dessus de 100 km, frontière de l’espace selon le critère de la Fédération Aéronautique Internationale.

Unity n’a pas respecté son plan de vol 

Ces vols suborbitaux se font sous un régime d’autorisations délivrées par la FAA (Federal Aviation Administration). L’agence fédérale ne se charge pas en effet que de l’aérien et s’occupe aussi des lancements spatiaux.
Or, plusieurs articles de médias américains ont révélé que pendant l’ascension, les pilotes du SpaceShipTwo Unity avaient été alertés par une lumière rouge que l’avion-fusée ne suivait pas la bonne trajectoire. Celle-ci n’était pas assez verticale et le retour en phase planée risquait de ne pas pouvoir rejoindre le Spaceport America. Un arrêt de la propulsion semble être la procédure prévue dans un tel cas, mais cela voulait aussi dire que la frontière des 80 km ne serait pas atteinte. Richard Branson n’aurait pas devancé Jeff Bezos… Les pilotes Dave Mackay et Michael Masucci aux commandes ont redressé la situation et permis à l’engin de continuer. Toutefois, lors de la phase de retour, Unity est sorti de l’espace aérien autorisé pour ce vol pendant 101 secondes. C’est cet écart que la FAA pointe. L’agence a diligenté une enquête pour comprendre ce qu’il s’est passé et surtout pour s’assurer que personne au sol n’a été mis en danger. La logique est que si les passagers peuvent prendre un risque, tel ne doit pas être le cas des populations. En conséquence, la FAA a demandé à Virgin Galactic de n’effectuer aucun vol tant que l’enquête ne sera pas conclue.

    INFORMATION PASS SANITAIRE 

     

    A partir du 21 juillet 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour accéder à la Cité de l’espace.

     

    Merci de votre compréhension,

     

    La Cité de l’espace