Encore du spatial au festival des jeux de Cannes

Encore du spatial au festival des jeux de Cannes

Pour son édition 2019, le Festival International des Jeux de Cannes a une fois de plus montré que l’espace restait une thématique en vogue au sein des jeux de société modernes.

Rappelez-vous, l’année dernière, ce festival consacré aux jeux de société décernait son prestigieux As d’Or (en catégorie Expert) à Terraforming Mars où de 1 à 5 joueurs tentent de faire de la planète rouge un monde semblable à la Terre pour que l’humanité puisse s’y installer. Pour la 33ème édition qui s’est déroulée du 22 au 24 février, les As d’Or n’ont pas cette fois couronné une thématique astronautique. Toutefois, on la retrouve parmi les nominés (on en parle plus bas) et il était aisé de constater que le spatial servait souvent de toile de fond.

Moon : une lune pour Ganymede

Course tendue et tactique pour amener avant les autres ses astronautes vers la lune de Jupiter Ganymède, le jeu éponyme a été un beau succès de 2018 pour l’éditeur français Sorry We Are French (nous en parlions dans cet article). Du coup, une extension est annoncée pour 2019 et elle apportera plus de profondeur. On devra notamment tenir compte de conseillers académiques qui exercent leurs fonctions sur la Lune, celle de la Terre. Appelée Moon, cet ajout est un clin d’œil assumé et voulu par l’éditeur Emmanuel Beltrando à cette année qui marque le cinquantenaire d’Apollo 11.

Emmanuel Beltrando de Sorry We Are French présente l’extension Moon du jeu Ganymede. Crédit : Olivier Sanguy

Emmanuel Beltrando de Sorry We Are French présente l’extension Moon du jeu Ganymede.
Crédit : Olivier Sanguy

Le dessinateur Oliver Mootoo a de nouveau concocté une superbe illustration pour la boîte. Cette fois-ci elle évoque les rêves de grandioses bases lunaires qui reviennent au goût du jour avec le nouvel élan qui se confirme vers notre satellite naturel, qu’il s’agisse des projets de la NASA ou des missions robotiques à l’image de celles menées par la Chine.

Une exoplanète en verrou gravitationnel pour Solenia

Solenia de Sébastien Dujardin et édité par Pearl Games (Belgique) a été nominé dans la catégorie Tout Public de l’As d’Or 2019. S’il n’obtient pas cette récompense, il offre de toute évidence une approche très poétique de la thématique spatiale qui mérite qu’on y prête attention.

Grâce à un plateau astucieusement construit à base de larges tuiles, vous parcourez les faces diurne et nocturne de Solenia à la recherche des ressources nécessaires pour les habitants. Crédit : Olivier Sanguy

Grâce à un plateau astucieusement construit à base de larges tuiles, vous parcourez les faces diurne et nocturne de Solenia à la recherche des ressources nécessaires pour les habitants.
Crédit : Olivier Sanguy

Avec Solenia, vous devez passer les ressources du côté nuit d’une exoplanète à son côté jour et réciproquement. Le travail artistique de Vincent Dutrait donne une touche quasi onirique à ce jeu qui se base sur le fait qu’existe une planète dotée d’une face en permanence orientée vers son étoile et l’autre plongée dans une nuit perpétuelle. Fantaisie ? Non, car la Lune est en rotation synchrone, ce qui signifie qu’elle tourne sur elle-même dans le même temps qu’elle met à orbiter autour de la Terre. Ce verrou gravitationnel (conséquence des effets de marée) explique pourquoi nous voyons toujours la même face de notre satellite naturel depuis notre planète. Ce phénomène de verrou gravitationnel se retrouve avec d’autres lunes du Système solaire comme Charon pour Pluton ou encore Encelade pour Saturne. Les astronomes pensent que plusieurs exoplanètes sont elles aussi concernées : elles présentent donc toujours la même face vers leur étoile, créant un monde divisé entre le jour et la nuit. On le voit, l’étrange Solenia repose sur un postulat réel en astronomie !

Space Gate Odyssey, la nouvelle odyssée de l’espace

On ne quitte pas les exoplanètes avec Space Gate Odyssey chez l’éditeur français Ludonaute. L’auteur Cédric Lefebvre imagine que, dans le futur, la colonisation de mondes autour d’autres soleils que le nôtre passera par des portails spatiaux (façon Stargate).

Cédric Lefebvre et son Space Gate Odyssey chez Ludonaute. Un jeu pointu qui exigera de bien réfléchir à la façon dont on construit et exploite sa station spatiale. Crédit : Ludonaute/Marie Ange Sanguy

Cédric Lefebvre et son Space Gate Odyssey chez Ludonaute. Un jeu pointu qui exigera de bien réfléchir à la façon dont on construit et exploite sa station spatiale.
Crédit : Ludonaute/Marie Ange Sanguy

Et comme il est précisé dans la règle : «Pour des raisons liées à la physique et autres aspects quantiques, ces portails ne peuvent être construits que dans l’espace». De 2 à 4 joueurs vont donc assembler leur station spatiale avec des modules et ensuite l’utiliser au mieux afin d’envoyer des colons vers des exoplanètes habitables. Le but ? Devenir la confédération la plus influente. Clin d’oeil, les mondes de Space Gate Odyssey portent tous des noms de scientifiques (Hawking, Susskind, Planck, Fermi, etc.) ou celui de l’astronaute Michael Collins d’Apollo 11.

Cosmonautique vintage avec Space Explorers

Les 50 ans d’Apollo 11, c’est aussi l’occasion de ne pas oublier son contexte, à savoir celui de la course à l’espace dans un climat de guerre froide entre les États-Unis et l’URSS. Un thème retranscrit via les images très «vintage» façon soviétique du jeu d’origine russe Space Explorers.

En avant vers le cosmos camarades ! Space Explorers reprend des images clés de la course à l’espace (célèbre portrait de Youri Gagarine en mode dessin sur la boîte). Crédit : Olivier Sanguy

En avant vers le cosmos camarades ! Space Explorers reprend des images clés de la course à l’espace (célèbre portrait de Youri Gagarine en mode dessin sur la boîte).
Crédit : Olivier Sanguy

Il s’agit là d’un jeu de collection de cartes qu’il convient de bien sélectionner et choisir afin que leurs capacités se combinent au mieux (dans le jargon ludique, on parle de combotage). C’est rapide et nerveux. Blam Edition prépare une version française pour le mois d’avril prochain.

Et bien d’autres jeux existent

Impossible dans cet article de faire la liste exhaustive des jeux à thématique spatiale lors de ce Festival International des Jeux de Cannes qui a accueilli 110000 visiteurs en 2019 (une progression de 10% par rapport à 2018). On constate toutefois qu’elle se retrouve dans des styles de jeux de société de plus en plus variés, allant du familial au chevronné.

Crédit : Olivier Sanguy / Marie Ange Sanguy

Crédit : Olivier Sanguy / Marie Ange Sanguy

3 exemples parmi d’autres…
Le gros jeu de gestion et d’exploration SpaceCorp 2025-2300 devrait être édité en français par Nuts! Publishing (lien web).
Cosmic Factory de Gigamic est un jeu familial d’assemblages de tuiles dans un temps déterminé (lien web).
La Conquête de Sereis est un affrontement stratégique et tactique pour le contrôle d’une planète dans un univers SF. Sweet Games prévoit sa sortie pour la fin de cette année (page Facebook).