La France en confinement scrutée par Sentinel-5P

La France en confinement scrutée par Sentinel-5P

Les effets du confinement prononcé en raison du coronavirus n’échappent pas aux satellites. L’européen Sentinel-5P détecte ainsi une baisse de la pollution en France.

En réponse à la pandémie de SARS-CoV-2, le gouvernement français a décrété à partir du 17 mars 2020 un confinement afin de restreindre les déplacements et donc la circulation du virus. Les satellites d’observation de la Terre ont déjà montré que cette mesure sanitaire s’accompagne d’une baisse de la pollution en raison de l’arrêt partiel ou total d’activités industrielles ou des transports. La France ne fait pas exception.

Le dioxyde d’azote en chute

Le gaz qui est surveillé est le dioxyde d’azote et plus particulièrement sa concentration dans l’atmosphère. Ce composé chimique est en effet considéré comme un marqueur de la pollution puisqu’il résulte par exemple de la circulation routière ou d’activités industrielles. Toutefois, la mesure de sa concentration, même avec l’instrument TROPOMI (TROPOspheric Monitoring Instrument) du satellite européen Sentinel-5P, ne peut pas tout dire. Comme l’explique Henk Esked de l’Institut royal néerlandais de météorologie (KNMI), «les concentrations de dioxyde d’azote varient d’un jour à l’autre à cause des changements météorologiques». La solution consiste à analyser les données sur une dizaine de jours afin que «la variabilité météorologique s’égalise en partie». La carte établie alors montre l’impact du confinement sur la pollution en France.

Carte des concentrations de dioxyde d’azote en France du 14 au 25 mars 2020 à droite. Pour comparaison à gauche, la situation au même mois en 2019. Crédit : Cité de l’espace/contains modified Copernicus Sentinel data (2019-20), processed by KNMI/ESA

Carte des concentrations de dioxyde d’azote en France du 14 au 25 mars 2020 à droite. Pour comparaison à gauche, la situation au même mois en 2019.
Crédit : Cité de l’espace/contains modified Copernicus Sentinel data (2019-20), processed by KNMI/ESA

On note surtout une forte baisse dans la région parisienne, ce qui a été constaté pour d’autres grands centres urbains en Europe également concernés par un confinement. La carte ci-dessous détaille aussi les concentrations de dioxyde d’azote (comparaison entre 2019 et 2020 au mois de mars), mais cette fois-ci pour l’Espagne.

Carte des concentrations de dioxyde d’azote en Espagne du 14 au 25 mars 2020 à droite. Pour comparaison à gauche, la situation au même mois en 2019. Crédit : Cité de l’espace/contains modified Copernicus Sentinel data (2019-20), processed by KNMI/ESA

Carte des concentrations de dioxyde d’azote en Espagne du 14 au 25 mars 2020 à droite. Pour comparaison à gauche, la situation au même mois en 2019.
Crédit : Cité de l’espace/contains modified Copernicus Sentinel data (2019-20), processed by KNMI/ESA

On constate une baisse sensible du niveau de la pollution pour Madrid et Barcelone.
Sentinel-5P, équipé de l’instrument TROPOMI, est un des satellites d’observation de la Terre du programme Copernicus initié par l’Union Européenne dont le segment spatial est géré par l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Fabriqué par Airbus Defence and Space, il a été lancé en octobre 2017.

L’importance du traitement des données

Ce travail sur les concentrations de dioxyde d’azote souligne à quel point il est primordial pour l’Europe de disposer des compétences nécessaires à un traitement des mesures issues des satellites. Pour Josef Aschbacher, directeur des programmes d’observation de la Terre à l’ESA, cet exemple «montre l’importance des analyses complémentaires effectuées par différentes organisations partenaires» dont le KNMI fait partie.
L’ESA a indiqué que des pays d’Europe du Nord avaient fait l’objet d’observations et d’analyses de données analogues à celles présentées dans cet article pour la France et l’Espagne, mais que les conditions météorologiques avaient conduit à une trop grande variabilité. De nouvelles mesures sont prévues.

     

     

     

    Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, la Cité de l’espace ferme ses portes du jeudi 29 octobre jusqu’à nouvel ordre.

     

     

    Nous vous remercions de votre compréhension.