L’Inde inaugure son centre des vols habités

L’Inde inaugure son centre des vols habités

Le 30 janvier, l’agence spatiale indienne ISRO a inauguré son centre consacré aux vols habités. Le Premier ministre du pays avait en effet annoncé en juillet 2018 un vol habité pour 2022.

L’Inde a depuis son indépendance affiché un intérêt prononcé pour le spatial. La plus grande démocratie du monde a progressivement mis sur pied sa propre famille de lanceurs et de satellites, essentiellement tournés vers les télécommunications et l’observation de la Terre afin de soutenir le développement économique et social.

L’Inde : le quatrième pays à envoyer des astronautes sur orbite ?

En effet, avec son infrastructure spatiale, le gouvernement indien s’assure de pouvoir communiquer dans les coins les plus reculés de son vaste territoire, les satellites de télécommunication apportant par exemple des programmes éducatifs. La gestion des ressources naturelles, autre point important d’une nation en développement, s’appuie sur les satellites d’observation de la Terre. De plus, l’ISRO (Indian Space Research Organisation) et son tissu industriel astronautique crééent une activité économique qui irrigue les universités et les entreprises nationales.
Il y a maintenant quelques années, l’agence indienne a initié un programme d’exploration scientifique avec la sonde lunaire Chandrayaan (en 2008) qui devrait être suivie d’une nouvelle mission cette année. En septembre 2014, grâce à Mars Orbiter Mission, l’Inde devenait le quatrième pays (après les États-Unis, la Russie, et l’Europe) à se poster avec succès sur orbite autour de Mars.

Le Human Space Flight Centre (HSFC - centre des vols habités) est situé au sein du quartier général de l’ISRO à Bangalore. Crédit : ISRO

Le Human Space Flight Centre (HSFC – centre des vols habités) est situé au sein du quartier général de l’ISRO à Bangalore.
Crédit : ISRO

Dans cette logique d’une astronautique indienne qui se diversifie au-delà des télécommunications et de l’observation de la Terre, l’ISRO a ajouté à l’exploration du Système solaire la volonté d’un programme de vols habités. Au départ discret, ce projet dit Gaganyaan a tout de même réalisé des essais importants sur plusieurs années. On citera le vol suborbital d’une capsule prototype (sans astronaute) de 3,7 tonnes en 2014 et appelée CARE pour Crew module Atmospheric Reentry Experiment soit expérience de rentrée atmosphérique d’un module d’équipage ! Puis le 5 juillet 2018, c’est carrément une tour de sauvetage qui a été testée. Sorte de fusée placée au-dessus du véhicule pour l’extraire en cas de problème (sur le pas de tir ou lors de la phase d’envol), elle a arraché avec succès la maquette d’un engin de 12,6 tonnes. On notera que le Human Space Flight Centre est dirigé par Unnikrishnan Nair qui fut le superviseur du test de la capsule CARE de 2014 et de celui de la tour de sauvetage en 2018.

Test de la tour de sauvetage d’un futur vaisseau habité indien le 5 juillet 2018 : l’ISRO a clairement indiqué qu’il s’agissait là du «premier d’une série d’essais pour qualifier un système d’évacuation de l’équipage qui est une technologie critique dans le cadre du vol spatial habité». Crédit : ISRO/Cité de l’espace

Test de la tour de sauvetage d’un futur vaisseau habité indien le 5 juillet 2018 : l’ISRO a clairement indiqué qu’il s’agissait là du «premier d’une série d’essais pour qualifier un système d’évacuation de l’équipage qui est une technologie critique dans le cadre du vol spatial habité».
Crédit : ISRO/Cité de l’espace

Point important, le pouvoir politique soutient le programme de vols habités Gaganyaan. Lors de la célébration 2018 de la fête de l’indépendance de l’Inde, le 15 août, le Premier ministre Narendra Modi a dit : «Nous avons décidé avec certitude qu’en 2022, lorsque l’Inde fêtera ses 75 ans d’indépendance, ou peut-être même avant, que de jeunes garçons et filles déploieront le drapeau tricolore dans l’espace».

Retrouvez cette déclaration dans la vidéo ci-dessous.

 

L’échéance de 2022 est ambitieuse si on prend en compte le fait qu’il ne reste que 3 ans à l’ISRO pour réaliser cette mission. Mais comme nous l’avons vu, l’agence ne démarre pas de zéro puisque des essais ont déjà été accomplis. En fonction depuis 2014, Narendra Modi a ajouté lors du discours d’août que «nous nous retrouverons alors avec fierté comme la quatrième nation qui a lancé une mission spatiale habitée avec succès».

Des officiels de l’ISRO devant la maquette échelle 1 du futur vaisseau spatial habité indien à l’Human Space Flight Centre de Bangalore. Cette capsule devrait décoller au sommet du lanceur GSLV MkIII également utilisé pour placer sur orbite des satellites géostationnaires. Crédit : ISRO

Des officiels de l’ISRO devant la maquette échelle 1 du futur vaisseau spatial habité indien à l’Human Space Flight Centre de Bangalore. Cette capsule devrait décoller au sommet du lanceur GSLV MkIII également utilisé pour placer sur orbite des satellites géostationnaires.
Crédit : ISRO

Cet objectif de quatrième place est atteignable car aujourd’hui, après (par ordre) la Russie (Union Soviétique à l’époque), les États-Unis et la Chine, aucune nation n’affiche un programme de vol habité suffisamment avancé pour ravir à l’Inde cette quatrième position. Il y a quelques années l’Iran communiqua sur une initiative apparemment axée sur un vol habité suborbital, mais il semble à l’abandon depuis 2017.