Hope tourne autour de Mars

Hope tourne autour de Mars

La sonde des Émirats Arabes Unis, appelée Hope ou Al Amal (espoir), s’est inscrite avec succès sur orbite autour de la planète rouge le 9 février 2021. C’est la première mission martienne de ce pays.

Au mois de juillet 2020, trois missions ont quitté la Terre en direction de la quatrième planète du Système solaire. Hope des Émirats Arabes Unis le 19 juillet, Tianwen-1 pour la Chine le 23 juillet et enfin le rover américain Perseverance le 30 juillet. Après un peu plus de 6 mois de voyage, ces explorateurs robotiques arrivent à destination et c’est Hope qui a commencé avec succès un mois de février 2021 sous le signe de Mars.

Les Émirats Arabes Unis autour de Mars

L’Emirates Mars Mission (EMM) est la première mission d’exploration planétaire de l’United Arab Emirates Space Agency, l’agence spatiale émiratie créée en 2014. C’est le Mohammed Bin Rashid Space Centre (MBRSC) de Dubai qui a été chargé de l’opérationnel. La sonde Hope (espoir ou Al-Amal en arabe), un cube de presque 3 m de côté sans les panneaux solaires, a été développée et assemblée en partenariat avec le Laboratoire de physique atmosphérique et spatiale (LASP) de l’Université américaine du Colorado, à Boulder. L’agence émiratie et le MBRSC soulignent que 200 de leurs ingénieurs ont participé à la conception et construction de la sonde dans une évidente logique d’acquisition de compétences pour le futur (un des objectifs affichés de la mission).

La sonde Hope (d’après un schéma de l’United Arab Emirates Space Agency). Crédit : Cité de l’espace/United Arab Emirates Space Agency

La sonde Hope (d’après un schéma de l’United Arab Emirates Space Agency).
Crédit : Cité de l’espace/United Arab Emirates Space Agency

Le décollage vers la planète rouge le 19 juillet 2020 a été confié au lanceur japonais H-IIA de Mitsubishi Heavy Industries. La sonde émiratie a ainsi commencé son périple de presque 500 millions de kilomètres depuis le centre Tanegashima au Japon.
Le 9 février 2021 marquait la date d’arrivée autour de Mars et plus exactement de la manœuvre d’insertion orbitale qui consiste à freiner suffisamment la sonde afin qu’elle devienne «prisonnière» du champ gravitationnel de la planète. La propulsion principale a démarré comme prévu à 15h30 Temps Universel pour une durée de 27 minutes. Mais il a fallu attendre 12 minutes pour que le signal radio confirmant le début de cette phase parvienne sur Terre. À la conclusion de la manœuvre et une fois la transmission venue d’Hope reçue par le centre de contrôle du MBRSC, la réussite de l’insertion fut annoncée.

Applaudissements des équipes au MBRSC lors de la réussite de l’insertion orbitale de la sonde Hope autour de Mars. Crédit : MBRSC/Cité de l’espace

Applaudissements des équipes au MBRSC lors de la réussite de l’insertion orbitale de la sonde Hope autour de Mars.
Crédit : MBRSC/Cité de l’espace

La sonde suit une orbite entre 1 000 et presque 50 000 km. Des paramètres qui seront par la suite modifiés (avec activation de la propulsion) pour atteindre une ronde autour de Mars allant de 20 000 à 43 000 km.

Science et Soft Power

De cette orbite, Hope étudiera essentiellement l’atmosphère de Mars grâce à ses 3 instruments embarqués, une caméra couleur EXI (Emirates eXploration Imager), un spectromètre infrarouge EMIRS (Emirates Mars InfraRed Spectrometer) et un spectromètre ultraviolet EMUS (Emirates Mars Ultraviolet Spectrometer). L’United Arab Emirates Space Agency a déjà annoncé sa volonté de partager les données acquises avec l’ensemble de la communauté scientifique internationale.

Les instruments de la sonde Hope (document en anglais du MBRSC). Crédit : MBRSC

Les instruments de la sonde Hope (document en anglais du MBRSC).
Crédit : MBRSC

Ce partage des données scientifiques correspond à la volonté politique affichée par les Émirats Arabes Unis d’être un acteur majeur de la société de la connaissance. Le jeune État fédéral qui fête en 2021 son cinquantenaire entend en effet ne plus dépendre pour son avenir de la seule économie du pétrole et met en avant la science et la technologie sans oublier de fortes ambitions pour le développement du tissu universitaire national. Le programme spatial, et bien évidemment la mission martienne Hope, symbolisent ces choix tout en y participant.
À ce titre, l’arrivée autour de Mars de la sonde Hope fut aussi un moment de «Soft Power» pour les Émirats Arabes Unis, soit l’occasion d’expliquer cette logique et de donner une image du pays au-delà des clichés. La communication de l’Emirates Mars Mission (EMM) met ainsi en avant la forte participation des femmes au sein des équipes techniques et scientifiques.
Le pouvoir en place a sans surprise montré son soutien. Peu après l’annonce de la réussite de l’insertion orbitale, le centre de contrôle du MBRSC recevait la visite du Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum (vice-président et premier ministre des Émirats Arabes Unis) et du Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan (frère du président des Émirats Arabes Unis et émir d’Abou Dabi).

Visite du centre de contrôle du MBRSC par les officiels le 9 février 2021. Crédit : MBRSC/Cité de l’espace

Visite du centre de contrôle du MBRSC par les officiels le 9 février 2021.
Crédit : MBRSC/Cité de l’espace

Cette visite peut aussi être vue en vidéo dans le tweet ci-dessous.

La mission de la sonde Hope, présentée par le MBRSC comme «le premier satellite météo de Mars» vise une durée de 2 années terrestres susceptible d’être prolongée.