Les Émirats Arabes Unis en route vers Mars avec Hope - Cité de l'Espace

Les Émirats Arabes Unis en route vers Mars avec Hope

Les Émirats Arabes Unis en route vers Mars avec Hope

La sonde Hope, ou Al-Amal (« l’espoir » en arabe), des Émirats Arabes Unis a été lancée ce week-end vers Mars, autour de laquelle elle doit se mettre en orbite en février 2021 pour étudier l’atmosphère de la planète.

Hope a été lancée dimanche 19 juillet à 21H58 GMT (lundi à 6H58, heure du Japon) par un lanceur japonais H-2A depuis la base spatiale de Tanegashima, sur l’île du même nom. Ce lancement a eu lieu 55 ans après le premier survol de Mars par un engin fabriqué par l’Homme, la sonde américaine Mariner 4 (14 et 15 juillet 1965), qui avait envoyé les premières photos de l’astre prises de l’espace.
La sonde doit atteindre son objectif en 2021, année du cinquantenaire de la création de l’Etat fédéral des Émirats Arabes Unis, à l’issue d’un voyage de sept mois. Elle sera placée sur une orbite elliptique de 44 000 km d’apogée et 22 000 km de périgée.

Ci-dessous, enregistrement du direct officiel du lancement (décollage à 55:00)

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici

Site web de la mission Hope

Hope : étudier l’atmosphère de Mars

Haut de 2,9 mètres pour un diamètre de 2,7 mètres, cet orbiteur de 1 500 kilos a été développé par le Centre spatial Mohammed Bin Rashid à Dubaï, en partenariat avec le Laboratoire de physique atmosphérique et spatiale (LASP) de l’Université américaine du Colorado, à Boulder.

Hope au sol juste avant d’être expédiée au Japon fin avril pour son envol vers Mars. Crédit : UAE Space Agence Agency/MBRSC

Hope au sol juste avant d’être expédiée au Japon fin avril pour son envol vers Mars.
Crédit : UAE Space Agence Agency/MBRSC

L’orbiteur Hope permettra d’étudier l’atmosphère et ses phénomènes météorologiques (tempêtes de poussière, changements de température…) de la planète pendant une année martienne (687 jours terriens) pour mieux comprendre comment Mars, autrefois chaude et humide, est devenue une planète froide et sèche. Pour ce faire, elle étudiera notamment les relations entre les couches supérieures et inférieures de l’atmosphère.

Image d’illustration de la sonde émiratie Hope. Crédit : UAE Space Agence Agency/MBRSC

Image d’illustration de la sonde émiratie Hope.
Crédit : UAE Space Agence Agency/MBRSC

Un duo pour Mars : Hope et Maven

Hope est dotée de trois instruments scientifiques principaux : une caméra à haute résolution, un spectromètre ultraviolet pour mesurer les traces d’oxygène et d’hydrogène, et un spectromètre infrarouge pour mesurer la température, le taux de vapeur d’eau, observer les poussières… Sa mission complétera celle de la sonde américaine de la NASA Maven, sur orbite autour de Mars depuis 2014 et qui en étudie la haute atmosphère et l’ionosphère. Les deux sondes ont pour responsable scientifique le même laboratoire, le LASP de l’université de Boulder.
Cette mission martienne est un nouveau pas dans l’espace pour les Émirats Arabes Unis : en septembre 2019, l’Émirati Hazza al-Mansouri avait rejoint la Station spatiale internationale (ISS) à bord d’une capsule russe Soyouz.

Image d’artiste de la sonde américaine Maven. Crédit : NASA

Image d’artiste de la sonde américaine Maven.
Crédit : NASA

Mars Hope est la première des trois missions qui doivent être lancées cet été vers Mars, avec la chinoiseTianwen-1 (un orbiteur et un rover) entre le 20 et le 25 juillet, et l’américaine Mars 2020 avec son rover Perseverance, qui sera lancée à partir du 30 juillet.

Le lancement de la mission européenne Exomars 2020, également prévu pour cet été, a été reporté en 2022.