Jupiter : Hubble voit double

Jupiter : Hubble voit double

Le télescope spatial qui associe la NASA et l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a obtenu cet été un portrait de la plus grande planète du Système solaire qui détaille sa turbulente atmosphère dans le visible, mais aussi l’ultraviolet.

Cet été et plus exactement le 14 juillet, Jupiter était en opposition, c’est-à-dire que la Terre était entre la géante gazeuse et le Soleil. La distance nous séparant de la plus grande planète du Système solaire était alors la plus faible pour 2020. Peu après cette date optimale, l’observatoire orbital Hubble a été orienté vers Jupiter pour en accomplir le superbe portrait présenté ci-dessous.

Jupiter sous l’œil de la WFC3

Le 25 août 2020, les contrôleurs au sol ont programmé la caméra WFC3 d’Hubble pour saisir cette planète qui, à elle seule, concentre 2,5 fois plus de masse que toutes les autres planètes du Système solaire ! Jupiter était alors à 653 millions de kilomètres de la Terre.
La Wide Field Camera 3 est un dispositif d’imagerie de pointe qui a été installé dans la section instruments du télescope spatial en mai 2009, lors de la mission STS-125 avec la navette Atlantis. Il s’agissait du dernier vol d’un avion spatial de la NASA vers Hubble.

Jupiter par Hubble dans le visible le 25 août 2020. Crédit : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M. H. Wong (University of California, Berkeley) and the OPAL team.

Jupiter par Hubble dans le visible le 25 août 2020.
Crédit : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M. H. Wong (University of California, Berkeley) and the OPAL team.

Cette image a été saisie dans le cadre du programme OPAL (Outer Planet Atmospheres Legacy) qui consiste à employer Hubble afin de cartographier régulièrement Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune pour surveiller les variations dans leur atmosphère.
Ce cliché du 25 août montre bien sûr la célèbre Grande Tache Rouge, énorme anticyclone suivi par les observateurs depuis plusieurs siècles. Ces dernières décennies, on a constaté une diminution de sa taille, même s’il est aujourd’hui, avec une largeur de 15 800 km, tout de même toujours un peu plus grand que la Terre. Les données les plus récentes indiquent que la diminution de taille semble ralentir.
On note aussi Oval BA, un autre anticyclone plus petit surnommé Red Spot Jr (tache rouge junior). Il s’agissait au départ de trois formations ovales observées en 1939. Deux ont fusionné en 1998 avant d’absorber la troisième en mars 2000.

Sur le cliché d’Hubble, nous avons ajouté des repères pour la lune Europe, la Grande Tache Rouge et Oval BA. Crédit : Cité de l’espace avec NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M. H. Wong (University of California, Berkeley) and the OPAL team.

Sur le cliché d’Hubble, nous avons ajouté des repères pour la lune Europe, la Grande Tache Rouge et Oval BA.
Crédit : Cité de l’espace avec NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M. H. Wong (University of California, Berkeley) and the OPAL team.

On remarque sur la gauche Europe, l’une des quatre lunes dites galiléennes, car découvertes par l’Italien Galilée en 1610. Il s’agit là des quatre satellites naturels principaux (Europe, Io, Ganymède et Callisto) de la géante gazeuse qui en compte 79 répertoriés.
La caméra WFC3 d’Hubble peut aussi travailler dans le proche infrarouge et l’ultraviolet, des longueurs d’onde qui apportent des informations complémentaires au spectre visible. Cela donne l’image ci-dessous.

Jupiter avec les données dans le proche infrarouge et l’ultraviolet ajoutées à celle du domaine visible. Crédit : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M. H. Wong (University of California, Berkeley) and the OPAL team.

Jupiter avec les données dans le proche infrarouge et l’ultraviolet ajoutées à celle du domaine visible.
Crédit : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M. H. Wong (University of California, Berkeley) and the OPAL team.

Actuellement, la sonde de la NASA Juno tourne autour de Jupiter pour scruter la géante gazeuse. Deux futures missions vers le système jovien sont en préparation. La sonde JUICE (JUpiter Icy Moons Explorer) de l’Agence Spatiale Européenne doit ainsi décoller en 2022 pour atteindre son objectif 7 ans plus tard et étudier en détail les lunes Callisto, Europe et Ganymède. La NASA travaille de son côté sur Europa Clipper, une sonde consacrée à la lune glacée Europe (qui abrite un océan sous une épaisse banquise) et qui vise un envol vers 2025.

    INFORMATION PASS SANITAIRE 

     

    Depuis le 21 juillet 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour accéder à la Cité de l’espace.

     

    Merci de votre compréhension,

     

    La Cité de l’espace