L’opposition 2020 de Mars

L’opposition 2020 de Mars

La nuit du 13 au 14 octobre marque l’opposition de Mars millésime 2020. Autour de ces dates, la planète rouge est relativement proche et aussi assez haute dans le ciel pour mieux se soustraire à la turbulence atmosphérique, ce qui favorise son observation.

Mars et la Terre tournent autour de notre étoile à des vitesses différentes. Sans surprise, notre planète met 1 an (365 jours) à accomplir sa ronde autour du Soleil. Plus loin, Mars fait de même en presque 687 jours. Il en résulte que tous les 780 jours (26 mois), la planète rouge est dite en opposition, comprenez que le Soleil, la Terre et Mars sont alignés dans cet ordre. Et c’est le cas ce 13 octobre 2020.

2020 : une belle opposition

Cette année, l’opposition de Mars se produit durant la nuit du 13 au 14 octobre, plus exactement le 13 octobre à 23h20 Temps Universel (donc le 14 octobre à 01h20 du matin en heure de la France métropolitaine).

Schémas montrant la différence entre une opposition et une conjonction pour Mars. En octobre 2020, nous sommes en situation d’opposition. Crédit : NASA/Cité de l’espace

Schémas montrant la différence entre une opposition et une conjonction pour Mars. En octobre 2020, nous sommes en situation d’opposition.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

Comme le montre le schéma ci-dessus, la configuration d’opposition s’accompagne d’une évidente proximité de la planète rouge. C’est pourquoi les sondes sont envoyées vers Mars lors d’une opposition, en fait un petit peu avant pour des raisons d’optimisation de trajectoire puisque le voyage dure plusieurs mois. En 2020, les missions chinoise, émiratie et américaine ont donc décollé en juillet et arriveront à destination en février 2021.

Les orbites de la Terre et de Mars n’étant pas des cercles parfaits (celle de la planète rouge plus particulièrement), le jour de l’opposition n’est pas forcément celui où la distance entre les deux mondes est la plus faible. Ainsi, l’opposition de 2020 se déroule le 13 octobre, mais c’était le 6 octobre que l’écart Mars-Terre se trouvait réduit à 62,07 millions de kilomètres. Le 13 octobre, la distance sera passée à 62,7 millions de kilomètres. Autant dire que la différence ne se verra pas tout de suite !

Et il convient d’en profiter pour observer le quatrième monde du Système solaire, car l’opposition de Mars de 2020 est de qualité pour l’hémisphère nord. Certes, la distance n’est pas aussi rapprochée qu’en août 2003 (55,7 millions de kilomètres), mais le chiffre de 2020 reste excellent et surtout la planète s’élève aux latitudes de la France métropolitaine jusqu’à 50° dans le ciel. Or plus un astre est haut dans le ciel et moins sa lumière traverse d’atmosphère (donc de turbulence) pour nous parvenir, un paramètre crucial pour l’observation planétaire.

Mars en 2020 : que peut-on voir ?

À l’œil nu, on repèrera sans trop de mal l’éclat orangé de Mars à l’Est émergeant de l’horizon après le coucher du Soleil. Avec sa magnitude de -2,6 (un peu plus que Jupiter), elle s’imposera dans le ciel. L’idéal est d’attendre plus tard lorsque la planète rouge «montera», surtout si on veut pointer une lunette ou un télescope dans sa direction.

Carte pour repérer Mars le 13 octobre vers 23h et calculée pour Toulouse (mais similaire pour la France métropolitaine). Crédit : Stellarium/Cité de l’espace/Olivier Sanguy

Carte pour repérer Mars le 13 octobre vers 23h et calculée pour Toulouse (mais similaire pour la France métropolitaine).
Crédit : Stellarium/Cité de l’espace/Olivier Sanguy

Avec un instrument tel qu’une lunette ou un télescope, une opposition telle que celle de 2020 permet de noter que le disque martien n’est pas uniforme. On peut alors distinguer les grandes régions et même apercevoir cette année et selon les conditions d’observation la calotte polaire sud. Il ne faut surtout pas s’attendre à voir les détails montrés par les impressionnants clichés du télescope spatial Hubble et encore moins les sondes. Sur son blog Splendeurs du Ciel Profond, Laurent Ferrero a mis en ligne des dessins qui transmettent ce que l’œil humain est capable de discerner. Gardez à l’esprit que Laurent est tout de même un observateur avisé et entraîné !

Deux dessins de Mars par Laurent Ferrero réalisés lors de deux observations de Mars en septembre. On note que la planète tournant sur elle-même, on aperçoit des régions différentes. La calotte polaire sud est en haut en raison de l’inversion optique de l’instrument utilisé (une lunette de 125 mm de diamètre). Crédit : Laurent Ferrero

Deux dessins de Mars par Laurent Ferrero réalisés lors de deux observations de Mars en septembre. On note que la planète tournant sur elle-même, on aperçoit des régions différentes. La calotte polaire sud est en haut en raison de l’inversion optique de l’instrument utilisé (une lunette de 125 mm de diamètre).
Crédit : Laurent Ferrero

À la Coupole de l’astronome de la Cité de l’espace à Toulouse, en utilisant un télescope de 400 mm, le médiateur Arnaud Caron a saisi en image la planète rouge le 8 octobre.

Mars le 8 octobre avec le 400 mm de la Coupole de l’astronome de la Cité de l’espace. À droite, les principales régions sont pointées. Crédit : Arnaud Caron

Mars le 8 octobre avec le 400 mm de la Coupole de l’astronome de la Cité de l’espace. À droite, les principales régions sont pointées.
Crédit : Arnaud Caron

Tout le monde ne dispose pas d’un instrument suffisamment performant pour montrer au mieux Mars lors de cette opposition. Nous encourageons du coup les internautes qui nous lisent à se rapprocher des clubs d’astronomie près de chez eux dans le respect des mesures sanitaires. Des centres de culture scientifique organisent aussi des soirées.
Ainsi Thierry Duhagon, responsable de développement à l’association A Ciel Ouvert, souligne que «Mars fait bien évidemment partie du programme des soirées d’observation de la Ferme des Étoiles» près de Fleurance. Un protocole sanitaire strict a été mis en place avec distanciation physique, port du masque, places limitées et désinfection systématique de l’oculaire. Consultez le site web de La Ferme des Étoiles pour les dates et les tarifs.
Autre exemple, Yannick Lamotte de l’observatoire astronomique de Sabarat (une association) nous informe que le 10 octobre, une soirée sera consacrée à l’opposition de Mars. Horaires et tarifs sont à consulter en ligne afin de réserver. Là aussi, un protocole spécifique a été mis en place afin de respecter les consignes sanitaires.

Un duo Lune-Mars le 29 octobre

Enfin, il ne faut pas s’imaginer que, passé le 13 octobre, Mars perdra tout intérêt. La planète rouge s’éloignera certes de nous, mais le mois d’octobre restera favorable pour de belles observations. Novembre en revanche signera la fin progressive des belles conditions de 2020.
Le 29 octobre, on pourra aussi admirer, et là inutile d’instrument, car les yeux suffisent, un beau rapprochement entre la Lune et Mars. Le duo sera à regarder après le coucher du Soleil.

La Lune et Mars en duo dans le ciel du 29 octobre 2020. Carte calculée pour Toulouse à 20h mais similaire pour la France métropolitaine. Crédit : Stellarium/Cité de l’espace/Olivier Sanguy

La Lune et Mars en duo dans le ciel du 29 octobre 2020. Carte calculée pour Toulouse à 20h mais similaire pour la France métropolitaine.
Crédit : Stellarium/Cité de l’espace/Olivier Sanguy

La prochaine opposition martienne se produira le 8 décembre 2022. La configuration s’avère toutefois moins favorable qu’en 2020. Les observateurs aguerris estiment même qu’il faudra attendre l’opposition de septembre 2035 pour retrouver des conditions équivalentes à 2020.

 

Crédit de l’image titre : Arnaud Caron/Stellarium/Cité de l’espace/O. Sanguy