La NASA confie ses scaphandres au privé

La NASA confie ses scaphandres au privé

Continuant sa logique d’appel à la concurrence, la NASA a sélectionné Axiom Space et Collins Aerospace pour lui fournir via des contrats commerciaux ses futurs scaphandres, y compris ceux qui serviront à marcher sur la Lune.

Côté américain, les scaphandres utilisés pour les sorties extravéhiculaires depuis la Station Spatiale Internationale (ISS) sont vieux de plusieurs décennies. Pour les remplacer, la NASA a décidé de recourir à une logique de contrat de prestations commerciales.

Scaphandres en mode commercial

Les deux sociétés retenues dans le cadre de ce marché sont Axiom Space basée à Houston au Texas et Collins Aerospace à Charlotte en Caroline du Nord. Leur sélection a fait l’objet d’un direct vidéo de l’agence américaine depuis son Johnson Space Center de Houston le 1er juin (enregistrement ci-dessous).

Axiom Space et Collins Aerospace remportent donc un appel à concurrence de l’Exploration Extravehicular Activity Services ou xEVAS. Jusqu’à maintenant, qu’il s’agisse des actuels EMU (Extravehicular Mobility Unit) utilisés depuis l’ISS (et avant depuis les navettes) ou des précédents notamment pour Apollo, la NASA était propriétaire de ses scaphandres, même s’ils étaient fabriqués par des industriels privés. Désormais, Axiom Space et Collins Aerospace mettront au point les futurs scaphandres puis les loueront à l’agence américaine assurant leur entretien et mise à disposition. Ce recours à une logique de prestations selon des tarifs préalablement fixés continue une nouvelle façon de fonctionner de la NASA avec les entreprises aérospatiales déjà en place pour les vaisseaux cargo et plus récemment avec les capsules Crew Dragon de SpaceX. Il en est de même pour l’atterrisseur lunaire que SpaceX doit mettre au point pour le programme Artemis.

Des nouveaux et des anciens

Et à propos du programme Artemis de retour vers et sur notre satellite naturel (évoqué dans l’exposition Lune – Épisode II de la Cité de l’espace), les scaphandres qu’utiliseront les prochains marcheurs et marcheuses lunaires seront donc propriétés d’Axiom Space ou Collins Aerospace. L’appel à deux prestataires donne à la NASA une flexibilité. Par exemple, si un type de scaphandre connaît un problème technique, un deuxième reste disponible.
La mise au point et le suivi opérationnel d’un scaphandre spatial, sorte de mini-vaisseau autonome, demandent un savoir-faire très spécifique et le choix des deux sociétés pourra étonner.

Deux scaphandres pour EVA (Extra Vehicular Activity) emblématiques de la NASA. Celui d’Apollo à gauche et, à droite, de type EMU, ici lors d’une sortie depuis l’ISS. Aussi bien Axiom Space que Collins Aerospace intègrent des sociétés qui ont travaillé sur les précédents scaphandres ou combinaisons pressurisées de la NASA.<br /> Crédit : NASA/Cité de l’espace

Deux scaphandres pour EVA (Extra Vehicular Activity) emblématiques de la NASA. Celui d’Apollo à gauche et, à droite, de type EMU, ici lors d’une sortie depuis l’ISS. Aussi bien Axiom Space que Collins Aerospace intègrent des sociétés qui ont travaillé sur les précédents scaphandres ou combinaisons pressurisées de la NASA.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

Toutefois, ces nouveaux acteurs en la matière font en fait appel à des «anciens». Ainsi, la firme Axiom Space fondée en 2016 pour commercialiser des vols habités privés (voir leur mission Ax-1) travaillera avec Paragon Space Development Corporation, KBR et surtout David Clark Company. Cette dernière fabrique des combinaisons pressurisées depuis les années 1940 et a ainsi conçu celles du programme Gemini et les ACES (Advanced Crew Escape Suit) portées par les astronautes des navettes à partir de 1994. De son côté, Collins Aerospace créée en 2012 est issue d’une fusion avec Hamilton Sustrand (et avant Hamilton Standard) qui est intervenue sur les scaphandres Apollo puis les EMU actuels en s’occupant du système de support-vie (essentiellement la partie «sac à dos»). De plus, pour ce nouveau contrat, Collins Aerospace s’associe avec Oceaneering et ILC Dover. Cette dernière compagnie est celle qui fabriqua les scaphandres Apollo.
Le contrat xEVAS signé avec la NASA représente un potentiel de 3,5 milliards de dollars jusqu’en 2034. Cela n’implique cependant pas qu’Axiom Space et Collins Aerospace se partagent cette somme. Selon la nouvelle logique commerciale, cela signifie que l’agence américaine pourra au maximum dépenser cette somme d’ici 2034 en prestations auprès de ses fournisseurs en la matière.