Un nouveau New Shepard pour Blue Origin

Un nouveau New Shepard pour Blue Origin

La firme fondée par le milliardaire Jeff Bezos a repris les vols d’essai de son système de tourisme suborbital. Le 14 janvier 2021, un quatrième et nouvel exemplaire de son lanceur et capsule New Shepard a ainsi atteint 107 km d’altitude.

Le 14 janvier 2021, la société Blue Origin a procédé avec succès au quatorzième vol d’un New Shepard, son petit lanceur surmonté d’une capsule conçu pour du tourisme suborbital. Le précédent s’était déroulé en octobre 2020 après 10 mois d’interruption.
La firme fondée en septembre 2000 par Jeff Bezos (également créateur du géant de la vente en ligne Amazon) mène de front plusieurs projets. Outre le New Shepard, il y a aussi le développement du lanceur orbital New Glenn annoncé un peu plus puissant qu’Ariane 5 et qui décollera de Floride. Sans oublier que Blue Origin est à la tête d’un consortium d’entreprises qui travaillent sur un concept d’atterrisseur lunaire pour le programme Artemis de la NASA.

NS4, le quatrième New Shepard

Le vol du 14 janvier concernait cependant le tourisme suborbital avec un quatrième et nouvel exemplaire du New Shepard, le NS4 pour New Shepard 4. Le premier de ces engins, le NS1, avait décollé le 29 avril 2015 sans parvenir à se poser. Tous les autres modèles ont toutefois réussi leurs missions. Ci-dessous, la vidéo de l’essai du 14 janvier  (décollage à 51:43).

Ce vol d’un peu plus de 10 minutes s’est déroulé sur le site texan de Van Horn attitré au New Shepard. Si la formule reprend celle des précédents exemplaires, ce NS4 accomplissait ici sa mission inaugurale et se distingue par une capsule dotée de tous les aménagements nécessaires à un vol habité (meilleure insonorisation, système de communication radio, régulation de la température et de l’air, etc.).

Quand Skywalker teste le New Shepard

Même si les 6 sièges passagers étaient équipés, personne n’était à bord une fois de plus, à part un mannequin baptisé Skywalker (allusion à la saga Star Wars) chargé de récolter des données.

Le mannequin Skywalker à bord de la capsule du New Shepard 4. Une idée de la vue offerte aux futurs passagers. Crédit : Blue Origin

Le mannequin Skywalker à bord de la capsule du New Shepard 4. Une idée de la vue offerte aux futurs passagers.
Crédit : Blue Origin

La capsule a atteint 107 km d’altitude, dépassant la frontière reconnue de l’espace à 100 km, avant d’atterrir sous ses 3 parachutes non loin du site d’envol. S’agissant d’un vol suborbital, il n’y a pas mise sur orbite. La partie lanceur est revenue se poser en rétropropulsion. Le système New Shepard est intégralement réutilisable. Le précédent exemplaire, le NS3, a ainsi volé 7 fois de 2017 à 2020. Blue Origin indique que le NS4 sera le modèle employé pour le premier vol habité, mais sans préciser de date. Le tarif des billets pour ce «bond» vers l’espace n’a toujours pas été communiqué. La firme privée accorde cependant beaucoup d’attention à l’expérience qu’elle compte vendre à ses clients. En effet, Blue Origin a détaillé que ce 14 janvier le lanceur avait initié une légère rotation sur lui-même de 2 à 3 degrés par seconde afin de «procurer aux futurs passagers une vue à 360 degrés de l’espace au cours du vol». Un argument qui s’ajoute à celui de la taille des vastes hublots (un par siège) de la capsule. La démarche de Blue Origin s’affirme ainsi différente de celle de son concurrent Virgin Galactic qui a équipé son avion-fusée SpaceShipTwo (6 passagers et 2 pilotes) de plus de hublots (12), mais plus petits.
Le marché du tourisme suborbital n’est pas le seul visé par Blue Origin et Virgin Galactic. Leurs engins respectifs offrent en effet aussi plusieurs minutes d’impesanteur propices à de nombreuses expériences scientifiques ou à des tests techniques, ce qui intéresse les sociétés privées, les universités, les laboratoires de recherche et même les agences spatiales (dont la NASA). Certains vol d’essai ont d’ailleurs déjà embarqué des expériences.

    INFORMATION PASS SANITAIRE 

     

    A partir du 21 juillet 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour accéder à la Cité de l’espace.

     

    Merci de votre compréhension,

     

    La Cité de l’espace