Les passagers d’Artemis I

Les passagers d’Artemis I

Le vol inaugural du lanceur géant SLS de la NASA doit envoyer une capsule Orion autour de la Lune. La mission inhabitée emporte cependant quelques «passagers» comme le mannequin Moonikin ou des peluches à l’effigie de Shaun le mouton et Snoopy.

Après des années de développement, le Space Launch System (SLS) de l’agence américaine vise un vol inaugural pour cet été (désormais au plus tôt le 29 août). Dans sa version actuelle Block 1, le lanceur géant atteint 111,25 m de hauteur et un peu plus de 2600 tonnes au décollage. Il est en cours de préparation au centre spatial Kennedy en Floride pour Artemis I, sa première mission.

Le mannequin Moonikin Campos

Le but d’Artemis I, dans le cadre du programme Artemis de retour vers et sur la Lune de la NASA , consiste à envoyer autour de notre satellite naturel une capsule Orion inhabitée équipée d’un module de service fourni par l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Après plusieurs rondes lunaires, le vaisseau reviendra amerrir sur Terre, permettant ainsi de tester concrètement le schéma de vol d’Artemis II qui cette fois-ci emportera 4 astronautes.
Pour autant, la mission Artemis I n’est pas totalement dénuée de «passagers». Afin de mesurer la capacité d’Orion et de son module de service à maintenir un environnement adapté à des astronautes, un mannequin bardé de capteurs a été récemment installé à bord de la capsule.

Installation du mannequin Commander Moonikin Campos à bord de la capsule Orion d’Artemis I fin juillet. Le nom rend hommage à l’ingénieur Arturo Campos (photo à gauche). Crédit : Cité de l’espace/famille Campos/NASA

Installation du mannequin Commander Moonikin Campos à bord de la capsule Orion d’Artemis I fin juillet. Le nom rend hommage à l’ingénieur Arturo Campos (photo à gauche).
Crédit : Cité de l’espace/famille Campos/NASA

Le nom de Commander Moonikin Campos est un hommage à Arturo Campos (1934-2001). Né au Texas d’une famille américano-mexicaine, cet ingénieur en électricité a établi les procédures à suivre pour que la capsule d’Apollo 13 ait suffisamment d’énergie, assurant ainsi le retour sur Terre de Jim Lovell, Fred Haise et Jack Swigert.
Le mannequin Commander Moonikin Campos n’est toutefois pas le seul dispositif anthropomorphique conçu pour scruter le support-vie d’Orion. L’institut spatial allemand DLR et l’agence spatiale israélienne fournissent respectivement Helga et Zohar. Pour les deux, il s’agit de reproduction de torses féminins qui vont mesurer l’impact des radiations.

Zohar (premier plan) et Helga, les deux mannequins en forme de torses fournis par Israël et l’Allemagne. Crédit : NASA

Zohar (premier plan) et Helga, les deux mannequins en forme de torses fournis par Israël et l’Allemagne.
Crédit : NASA

L’étude de l’impact des radiations s’avère être un sujet crucial pour les futures missions lunaires étant donné que l’exposition subie vers, autour et sur notre satellite naturel est supérieure à celle de la Station Spatiale Internationale. Zohar est d’ailleurs équipée de la veste de protection AstroRad afin que la comparaison avec Helga permette d’évaluer l’efficacité du dispositif (conçu pour les hommes et les femmes).

Shaun et Snoopy

L’importance d’Artemis I au regard du programme lunaire américain auquel se sont associées les agences européenne, japonaise et canadienne, explique aussi la présence de «passagers» plus symboliques afin de s’adresser à un large public. Le célèbre chien philosophe Snoopy de la BD Peanuts de Charles Shulz sera ainsi du voyage en forme de peluche habillée d’une combinaison orange. Depuis le programme Apollo, Snoopy incarne la mascotte de la sécurité de la NASA.
La participation européenne (rappelons que l’ESA fournit le module de service d’Orion fabriqué par Airbus Defence and Space) sera symbolisée par Shaun le mouton. Le débrouillard herbivore a été créé par l’anglais Nick Park dans le cadre d’une aventure du duo comique Wallace et Gromit (films d’animation en stop-motion).

Shaun le mouton (gauche) dans une version peluche habillée d’une combinaison de l’ESA voyagera avec le chien Snoopy (droite). Crédit : Cité de l’espace/ESA/NASA

Shaun le mouton (gauche) dans une version peluche habillée d’une combinaison de l’ESA voyagera avec le chien Snoopy (droite).
Crédit : Cité de l’espace/ESA/NASA

Shaun le mouton célèbre en 2022 le 15ème anniversaire de la série télévisée d’animation qui lui est consacrée. Reprenant à son compte l’humour du personnage, le directeur de l’exploration habitée et robotique de l’ESA David Parker note que «bien que ce soit un petit pas pour un humain, c’est un pas de géant pour les agneaux» (en utilisant en anglais le terme inventé lambkind qui fusionne lamb pour agneau et mankind pour humanité).

Shaun et Snoopy ne seront pas les seuls «passagers» symboliques d’Artemis I. Comme il est de tradition pour des missions de cette importance, des éléments historiques feront le voyage à l’image d’un bout de tissu des ailes de l’avion des frères Wright (comme lors d’Apollo 11) ou un boulon de l’un des 5 moteurs F-1 du lanceur Saturn V d’Apollo 11 (issu du propulseur récupéré au fond de l’Atlantique à l’occasion d’une expédition financée par Jeff Bezos).
Associé depuis longtemps à la promotion des études scientifiques par la NASA, Lego sera représenté à bord d’Orion par Kate, Kyle, Sebastian et Julia. Ces astronautes miniatures reprennent les petits personnages de la célèbre marque danoise de jouets de construction (vidéo ci-dessous).

Rappelons enfin que celles et ceux qui avaient rempli à temps un formulaire en ligne, verront leurs noms enregistrés dans des mémoires informatiques installées dans Orion s’envoler vers la Lune.