Aidez Thomas Pesquet à faire sa valise

Aidez Thomas Pesquet à faire sa valise

L’astronaute français de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) doit décoller pour sa deuxième mission, Alpha, en 2021. Sur son compte Twitter, il a demandé des idées pour les «objets, symboliques ou personnels» qu’il emmènera.

Dixième Français dans l’espace lors de sa mission Proxima de novembre 2016 à juin 2017, Thomas Pesquet s’entraîne en ce moment pour ce qui sera son deuxième séjour à bord de la Station Spatiale Internationale. L’astronaute de l’ESA s’envolera avec une capsule Crew Dragon de SpaceX.

La valise personnelle de Thomas Pesquet pour Proxima puis Alpha

Les astronautes en mission ont le droit d’emporter des éléments personnels. Toutefois, la logistique des vols spatiaux limite la masse et le volume de ce qui peut être emmené. De plus, tout objet doit respecter des critères de sécurité stricts, par exemple tout ce qui est inflammable est sans surprise interdit. Tout ce qui peut dégager une odeur trop forte aussi !
Classiquement, les femmes et les hommes en mission emportent ce qui peut leur rappeler leurs proches sans oublier des objets qui seront ensuite offerts à des amis sachant qu’ils sont allés sur orbite.
Sur son compte Twitter, Thomas Pesquet a carrément lancé un appel à idées en ce qui le contenu de sa «valise» pour sa mission Alpha !

Vous pouvez réagir sur son post Twitter d’origine.

On notera que le cliché accompagnant ce tweet n’est pas une préparation des éléments personnels du Français de l’ESA pour la mission Alpha à venir. Il s’agit de son «kit personnel» de Proxima. On remarque d’ailleurs la présence de l’autocollant I Love Space de la Cité de l’espace de Toulouse. Thomas Pesquet avait même photographié celui-ci dans l’ISS (ci-dessous).

L’autocollant de la Cité de l’espace photographié par Thomas Pesquet dans le poste d’observation Cupola de l’ISS (à gauche) lors de sa mission Proxima en 2016-2017. Crédit : ESA/Thomas Pesquet/Cité de l’espace

L’autocollant de la Cité de l’espace photographié par Thomas Pesquet dans le poste d’observation Cupola de l’ISS (à gauche) lors de sa mission Proxima en 2016-2017.
Crédit : ESA/Thomas Pesquet/Cité de l’espace

Outre les restrictions liées à la sécurité évoquées précédemment, il faut aussi tenir compte d’une place et d’une masse plutôt limitées. Un document de la NASA précise ainsi que le «Personal Preference Kit» ne peut pas dépasser au total une masse de 0,682 kg et que tout doit rentrer dans un paquet de 12,82×20,51×5,13 cm. Si vous trouvez ces chiffres alambiqués, sachez qu’ils sont plus simples en mesures anglo-saxonnes : 1,5 livre et 5x8x2 pouces. Ces règles datent du programme de la navette spatiale de l’agence américaine. Elles ont peut-être évolué pour les capsules du Commercial Crew Program au titre duquel la NASA fait appel aux sociétés privées SpaceX et Boeing pour le transport de ses astronautes.

Enfin, n’oublions pas que, lors de Proxima, Thomas Pesquet avait aussi amené avec lui une pierre de Mars qui lui avait été confiée par la Cité de l’espace. Il a expliqué la démarche au cours de cette vidéo tournée à bord de la Station (cliquez pour regarder sur YouTube).

 

     

     

     

    Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, la Cité de l’espace ferme ses portes du jeudi 29 octobre 18h jusqu’à nouvel ordre.

     

     

    Nous vous remercions de votre compréhension.