Proxima au plus près des astronautes

Proxima au plus près des astronautes

Avec Proxima, la réalisatrice Alice Winocour évoque tout en finesse et justesse le vécu des astronautes avant leur départ en mission. Un sujet rarement abordé et pour lequel l’Agence Spatiale Européenne a apporté son concours. En salles le 27 novembre.

Jouée par Eva Green, la Française Sarah Loreau de l’Agence Spatiale Européenne est sélectionnée pour une mission de 1 an à bord de la Station Spatiale Internationale. Elle doit partir avec l’Américain Mike (interprété par Matt Dillon) et le Russe Anton (Aleksey Fateev) et finir un entraînement éprouvant tout en acceptant de se séparer de sa fille de 8 ans Stella (Zélie Boutant). Une séparation qui pour la réalisatrice Alice Winoucour (voir son interview vidéo plus bas) fait écho à l’éloignement de la Terre qui se profile pour l’astronaute.

Tourné sur les lieux de travail des astronautes

Lorsque ce n’est pas un simple prétexte, le spatial n’est pas un sujet si facile que ça à aborder au cinéma. La complexité des procédures, la lenteur de certaines opérations en raison des mesures de sécurité et d’autres facteurs font que les cinéastes sont souvent contraints de s’éloigner très sensiblement de la réalité pour raconter une histoire. Avec Proxima, la réalisatrice Alice Winocour a voulu se pencher sur l’aspect humain via une approche certes fictionnelle, mais profondément ancrée dans ce que vivent les astronautes. Alors que la plupart du temps les conseillers spécialisés interviennent en cours de production pour apporter quelques corrections, Alice Winocour a rencontré de nombreux professionnels du secteur spatial avant d’écrire son film. Il en ressort une authenticité rare amplifiée par le choix de tourner sur les lieux mêmes de travail des astronautes, principalement l’European Astronaut Centre de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) à Cologne, le centre d’entraînement de la Cité des Étoiles près de Moscou et enfin le cosmodrome de Baïkonour.
Dans l’interview ci-dessous, l’astronaute de l’ESA Claudie Haigneré nous explique comment ce film lui a «fait revivre, avec un petit de nostalgie, mais beaucoup de bonheur et d’attention, la façon dont on parcourt le chemin pour devenir à un moment donné l’astronaute qui va partir».

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici

Convaincue de la pertinence de l’approche intimiste du film Proxima vis-à-vis du métier d’astronaute et de certaines de ses difficultés et exigences, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a apporté son concours à Alice Winocour et son équipe de tournage. Ainsi, le centre d’entraînement de Cologne a-t-il servi de décor à plusieurs scènes, en conformité avec le souci d’authenticité de la réalisatrice. L’ESA précise que cette aide s’est faite sans contrepartie financière. Plusieurs employés de l’agence font partie des personnes consultées par Alice Winocour lors de la conception de son scénario et on notera que l’astronaute français Thomas Pesquet joue même son propre rôle à l’occasion d’une scène. L’astrophysicien Sylvestre Maurice de l’IRAP (Intitut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) de Toulouse fait aussi partie du casting, donnant une courte réplique et ayant prodigué des conseils pour que certains dialogues sonnent justes.

Une avant-première à la Cité de l’espace «où tout a commencé»

Cette volonté d’être au plus près du monde spatial qu’elle filmé a valu à Alice Winocour un accueil enthousiaste lors de l’avant-première de Proxima qui s’est déroulée le 5 novembre dernier à la Cité de l’espace de Toulouse. Très émue, la réalisatrice a expliqué au public qu’elle était heureuse de revenir là «où tout a commencé». La Cité de l’espace fut en effet le début pour elle de sa démarche consistant à recueillir les témoignages des gens travaillant dans le spatial. Sur scène pour un débat avec la salle après la projection, étaient d’ailleurs présentes certaines des personnes l’ayant aidé et conseillé : les astronautes Jean-François Clervoy et Claudie Haigneré, l’astrophysicien Sylvestre Maurice et Jules Grandsire qui représentait l’ESA.

Sur la scène de la salle IMAX de la Cité de l’espace après l’avant-première de Proxima (de gauche à droite) : les astronautes Jean-François Clervoy et Claudie Haigneré, la réalisatrice Alice Winocour, l’astrophysicien Sylvestre Maurice et Jules Grandsire qui représentait l’ESA. Crédit : Cité de l’espace/Manuel Huynh

Sur la scène de la salle IMAX de la Cité de l’espace après l’avant-première de Proxima (de gauche à droite) : les astronautes Jean-François Clervoy et Claudie Haigneré, la réalisatrice Alice Winocour, l’astrophysicien Sylvestre Maurice et Jules Grandsire qui représentait l’ESA.
Crédit : Cité de l’espace/Manuel Huynh

Dans l’interview qu’elle nous a accordée (voir ci-dessous), Alice Winocour explique pourquoi elle a décidé de se pencher sur ce qu’il se passe avant la mission alors que souvent le cinéma s’intéresse à la mission elle-même : «Quand j’ai commencé à découvrir un peu cet univers, à faire des recherches, je me suis rendue compte qu’en fait toute cette préparation, toutes ces années d’entraînement, tous ces efforts que les astronautes faisaient pour quitter la Terre c’était quelque chose qu’on voyait très peu finalement dans les films».

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici

«Ça m’a intéressé de montrer un personnage de super-héroïne mais qui est aussi mère» nous a également confié Alice Winocour, car Proxima est aussi un portrait de femme, interprété avec talent par Eva Green. Le film montre de plus un métier probablement peu connu du grand public, celui qui consiste à épauler les astronautes en gérant une partie du quotidien qu’il n’ont plus le temps de suivre lors des entraînements. Dans le rôle de Wendy, l’actrice Sandra Hüller synthétise en fait plusieurs personnes et transmet tout en sensibilité la difficulté d’une telle tâche.
Proxima se veut donc proche du vécu des astronautes et y parvient en évitant les clichés habituels.
On notera que l’astronaute de l’ESA Luca Parmitano a eu droit récemment à une avant-première du film à bord de la Station Spatiale Internationale.

Avant-première de Proxima pour Luca Parmitano à bord de l’ISS. Crédit : ESA

Avant-première de Proxima pour Luca Parmitano à bord de l’ISS.
Crédit : ESA

Alice Winocour nous a appris le 5 novembre à la Cité de l’espace que l’Italien est un fan d’Eva Green et qu’il était même intimidé par la présence de l’actrice au centre d’entraînement russe près de Moscou lors du tournage ! Qu’elles soient du ciel ou du grand écran, s’approcher des étoiles apporte toujours sa part de rêve.

Proxima sort les écrans en France le 27 novembre.