Quand les satellites surveillent les panneaux solaires

Quand les satellites surveillent les panneaux solaires
Le spatial a plus d’un tour dans son sac pour améliorer l'efficacité des cellules photovoltaïques.


meteosat
Les satellites utilisent couramment des panneaux solaires pour s’alimenter en électricité. Ici, une image d’artiste d’un Meteosat de l’organisme européen EUMETSAT. Les données des satellites météo peuvent aussi servir à optimiser le rendement des panneaux solaires sur Terre.
Crédit : ESA-D. Ducros


Les panneaux solaires ont été utilisés dès les débuts de l’ère spatiale puisqu’en mars 1958 (soit 5 mois après Spoutnik), le satellite américain Vanguard 1 inaugura cette source d’énergie sur orbite. Aujourd’hui, une cellule photovoltaïque classique au silicium a un rendement d’environ 16 %, ce qui signifie que 16 % de l’énergie solaire reçue est transformée en électricité. Avec l’arséniure de gallium, le rendement bondit à 28 % et c’est pourquoi on retrouve cette solution sur de plus en plus de sondes spatiales, par exemple Vénus Express de l’Agence Spatiale Européenne. Mais les panneaux solaires en arséniure de gallium s’avèrent plus chers à fabriquer. Toutefois, le spatial peut améliorer l’efficacité des cellules photovoltaïques d’une autre façon, plus indirecte et pas forcément attendue…

Des satellites météos pour améliorer les rendements
Une société italienne, Fly-by, a utilisé le programme de transfert de technologie de l’Agence Spatiale Européenne afin de mettre en place une double logique d’optimisation des panneaux solaires en faisant appel aux données d’EUMETSAT, l’organisme européen chargé de gérer les satellites météos européens. Tout d’abord, les informations disponibles servent à repérer les meilleurs sites (ceux qui bénéficient donc d’un bon ensoleillement) ou à déterminer très précisément la surface de panneaux solaires réellement nécessaire pour produire l’électricité demandée. Se dispenser d’installer trop de cellules ou au contraire être obligé d’en rajouter après-coup génère dans les deux cas de substantielles économies.

panneaux solaires - solar pannels
Cette installation solaire située à Rome voit son rendement surveillé par satellite. Toute baisse de production d’électricité qui ne s’explique pas par les conditions météo déclenchera un diagnostique technique.
Crédit : Flyby Srl


Après ce qu’on pourrait appeler un véritable bilan solaire, Fly-by utilise ensuite les données des satellites météos afin de surveiller le bon fonctionnement des panneaux. En effet, une baisse de rendement est toujours délicate à interpréter tant elle peut provenir d’une défaillance du système que d’un ensoleillement réduit en raison d’une couverture nuageuse. Mais la société italienne est en mesure de déterminer en temps réel le rendement théorique d’une installation solaire à un endroit donné en fonction de la situation météo constatée par les satellites d’EUMETSAT : si la production d’électricité s’avère en retrait, on sait alors qu’il faut intervenir et on évite que des panneaux fonctionnent longtemps en dessous de leur rendement optimal. Surveillés par satellite, les panneaux solaires seront ainsi plus efficaces.

Sur cette page Enjoy Space, retrouvez la Terre vue par les satellites d’EUMATSET.

Publié le 20 octobre 2009

     

     

     

    Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, la Cité de l’espace ferme ses portes du jeudi 29 octobre jusqu’à nouvel ordre.

     

     

    Nous vous remercions de votre compréhension.