Record de longévité pour Metesoat 7

Record de longévité pour Metesoat 7
En service depuis septembre 1997 et construit par Thales Alenia Space, Meteosat-7 a battu le record de longévité pour un satellite météo géostationnaire de l’opérateur européen EUMETSAT : plus de 17 ans et 4 mois !

 

Image d’artiste montrant Meteosat 7 sur orbite.Crédit : EUMETSAT

Le temps qu’il fera demain, ou dans quelques jours, la surveillance des tendances climatiques : autant d’informations dont nous ne pouvons plus nous passer. La météorologie fait de plus en plus appel aux satellites, véritables sentinelles de notre atmosphère qui fournissent aux météorologues les données dont ils ont besoin pour les bulletins que nous consultons quotidiennement. En Europe, les satellites météo sont gérés par l’organisme EUMETSAT à la tête d’une flotte de 7 «sentinelles robotiques» dont 4 sur orbite géostationnaire. Depuis cette position à 36 000 km, ils regardent la même portion de globe (images en temps réel sur cette page Enjoy Space). Ceux-ci sont baptisés de Meteosat suivi d’un chiffre, en l’occurrence Meteosat 7, 8, 9 et 10. La continuité des chiffres est trompeuse car Meteosat 8, 9 et 10 sont des satellites dits de deuxième génération (MSG – Meteosat Second Generation) tandis que Meteosat 7 est le dernier représentant actif de la première génération (MFG – Meteosat First Generation).

Depuis 2006, Meteosat 7 a été positionné de façon à surveiller l’océan indien. Il a acquis cette image le 27 janvier à midi heure française.Crédit : EUMETSAT

Justement, Meteosat 7 a été lancé le 2 septembre 1997 et le 24 janvier dernier il cumulait 17 ans, 4 mois et 23 jours de fonctionnement, dépassant de très loin sa durée de vie programmée. En effet, lorsque son fabricant Thales Alenia Space a livré Meteosat 7 à EUMETSAT, celui-ci était assorti en quelque sorte d’une «garantie» de 5 ans. Le dernier représentant de la première génération de Meteosat a donc fonctionné 12 ans de plus que prévu ! Et pour le moment, ça continue.
Rappelons que les satellites opèrent dans l’environnement agressif de l’espace, soumis à des contraintes thermiques et de radiations qu’aucune électronique couramment employée sur Terre ne supporterait (sans compter la phase du lancement avec de fortes vibrations et une exposition à volume sonore qui tuerait un être humain).
Cette longévité exceptionnelle (et un record pour un satellite géostationnaire d’EUMETSAT) n’empêche toutefois pas de préparer l’avenir car les données des satellites, et notamment ceux dédiés à la météo, doivent nous arriver en continu pour éviter tout «trou» dans la surveillance. C’est pourquoi la troisième génération de Meteosat (MTG – Meteosat Third Generation) est en ce moment même en cours de finalisation chez Thales Alenia Space qui en est l’industriel maître d’œuvre. Et à chaque nouvelle génération, les performances progressent. Ainsi, la première génération comme Meteosat 7 fournissait des images météo toutes les 30 minutes alors que la seconde le fait toutes les 15 minutes avec plus de résolution.

Publié le 27 janvier 2015