Passager de Virgin Galactic, Richard Branson lance le tourisme suborbital

Passager de Virgin Galactic, Richard Branson lance le tourisme suborbital

Le milliardaire Richard Branson et trois autres passagers ont lancé dimanche 11 juillet le tourisme suborbital à bord du vaisseau SpaceShipTwo VSS Unity de Virgin Galactic, qui a atteint l’altitude de 86 km.

Les quatre premiers touristes de l’espace après leur vol suborbital le 11 juillet 2021 à bord de l’avion-fusée SpaceShipTwo. De gauche à droite : l’ingénieur Colin Bennett, l’instructeur Beth Moses, la vice-présidente de l’entreprise Sirisha Bandla, le fondateur de Virgin Galactic Richard Branson Crédit: Virgin Galactic

« C’est exceptionnel, une expérience unique dans une vie », s’est exclamé, enthousiaste, le patron de Virgin Galactic alors que l’avion-fusée planait vers un atterrissage parfait sur Spaceport America, le centre d’où il avait décollé une heure auparavant, dans le désert du Nouveau-Mexique.
Le SpaceShipTwo, placé sous un avion porteur formé de deux carlingues, le White Knight 2 dénommé VMS EVE, avait décollé à 08H40 locales (16H40 heure de Paris), une heure et demie après l’heure prévue, s’élevant en spirales dans un ciel sans nuages.
Lâché à 15 000 m d’altitude, dirigé par deux pilotes, l’avion-fusée a alors allumé son moteur, se projetant à la verticale, et à trois fois la vitesse du son (mach 3, soit 3 700 km/h), à l’altitude maximum de son vol.

 

whiteknight

Le VMS WhiteKnight avion-porteur du SpaceShipTwo, l’avion-fusée qui a transporté des passagers dont Richard Branson pour le premier vol suborbital touristique Crédit : Virgin Galactic

Assis dans des sièges élégants dans la carlingue dotée de 12 hublots sur les côtés et au plafond, les quatre passagers ont pu observer la courbure de la Terre et un ciel sombre, même en plein jour. Puis ils ont flotté dans la cabine, vivant l’expérience de la micropesanteur pendant trois minutes. L’avion-fusée s’est ensuite posé après un vol de près d’une heure au total, qui a fait entrer l’espace dans l’ère du tourisme spatial suborbital.

 

cabine

Intérieur de la cabine de l’avion-fusée SpaceShipTwo qui a emporté les quatre premier touristes de l’espace, dont Richard Branson Crédit : VirginGalactic

Les images du vol, retransmises en direct par de nombreuses chaînes de télévision, ont montré tour à tour les traînées laissées dans le ciel par les réacteurs de WhiteKnight, Richard Branson, 70 ans, souriant quelques minutes avant le largage de SpaceShipTwo, les passagers flottant dans la carlingue, puis, une fois à nouveau dans leurs sièges, se congratulant.
« Félicitations à l’équipage, à l’ensemble des ingénieurs », a déclaré Richard Branson.

Richard Branson avant Jeff Bezos

En réussissant cette première expérience de tourisme suborbital, Richard Branson a brûlé la politesse à Jeff Bezos, autre milliardaire. Le fondateur d’Amazon a en effet prévu d’aller dans l’espace suborbital avec des passagers à bord de la fusée New Shepard de sa société Blue Origin le 20 juillet, date du 52e anniversaire de l’atterrissage sur la Lune de Neil Armstrong lors de la mission Apollo 11 en 1969.
Richard Branson, pour ce premier vol touristique, était accompagné de membres éminents de son équipe : les pilotes Dave Mackay et Michael Masucci, l’ingénieur Colin Bennett, l’instructeur des astronautes de Virgin Galactic, Beth Moses, et une vice-présidente de l’entreprise, Sirisha Bandla.
En annonçant son projet de participer à ce vol, il avait expliqué dans un tweet : « J’ai toujours été un rêveur. Ma mère m’a appris à ne jamais abandonner et à atteindre les étoiles. Le 11 juillet, c’est l’heure de convertir ce rêve en réalité ». A peine revenu de l’espace, il s’est exclamé : « C’était tout simplement magique ».

 

équipage branson

Le pilote Dave Mackay, l’ingénieur Colin Bennett, l’instructeur Beth Moses, le fondateur de Virgin Galactic Richard Branson, la vice-présidente de l’entreprise Sirisha Bandla, et le pilote Michael Masucci.
Crédit: Virgin Galactic

Il s’agissait 22e vol d’un SpaceShipTwo, et sa quatrième mission avec équipage et au-delà de 80 km d’altitude. Le premier vol avec équipage avait eu lieu en 2010, et un tragique accident en 2014 avait coûté la vie à l’un des deux pilotes.
Virgin Galactic, qui aurait déjà recueilli plus de 600 réservations pour ses vols à quelque 250 000 dollars, compte organiser des vols réguliers à partir de 2022. La société a reçu le 25 juin dernier l’autorisation de l’Administration fédérale de l’Aviation américaine (FAA) pour transporter des passagers.
Il s’agit de touristes transportés par une société privée – Virgin Galactic – alors que les 7 touristes spatiaux qui ont déjà rejoint la Station spatiale internationale (ISS) – le premier fut Dennis Tito en 2001 – ont volé à bord d’une capsule Soyouz de l’agence spatiale russe Roscosmos.

 

Dennis Tito

Le premier touriste de l’espace, Dennis Tito, à son retour d’un séjour dans la Station spatiale internationale en 2001
Crédit : Nasa

La controverse sur l' »espace »

L’exploit d’envoyer des touristes dans l’espace avec SpaceShipTwo, n’est toutefois pas exempt de controverses.
La première porte sur l’altitude atteinte par l’avion-fusée, 86 km. Richard Branson estime que ses passagers ont atteint l’espace en s’appuyant sur une définition de la limite de l’espace à 80 km, reconnue par l’agence spatiale américaine, la Nasa, et l’armée de l’Air américaine. Alors que la Fédération aéronautique internationale fixe à 100 km la limite pour atteindre l’espace, dite ligne de Karman.
Le lanceur récupérable New Shepard de Jeff Bezos, pour sa part, emmènera ses passagers au-delà des 100 km.

 

Shepard

Lancement de la fusée New Shepard le 11 décembre 2019
Crédit : Blue Origin

Par ailleurs, des défenseurs de l’environnement commencent à poser des questions sur les conséquences désastreuses, selon eux, de ces vols touristiques : implantation de centres spatiaux, pollution due au lancement des fusées… Et cela pour le plaisir de quelques millionnaires.
Enfin, pour le premier spationaute français, Jean-Loup Chrétien, il faut remettre les choses à leur place. Tout en se félicitant de la réussite du vol de Richard Branson, il a souligné :  » C’est très bien, mais pas comparable » avec les missions des astronautes professionnels tels que Thomas Pesquet, actuellement à bord de l’ISS.

    INFORMATION PASS SANITAIRE 

     

    A partir du 21 juillet 2021, le pass sanitaire est obligatoire pour accéder à la Cité de l’espace.

     

    Merci de votre compréhension,

     

    La Cité de l’espace