Soyouz : retour vers l’ISS

Soyouz : retour vers l’ISS

Le 3 décembre, Anne McClain, Oleg Kononenko et David Saint-Jacques ont décollé vers la Station Spatiale Internationale à bord du Soyouz MS-11, marquant le retour en vol du vaisseau russe habité après l’accident du 11 octobre.

Depuis l’arrêt des navettes de la NASA en 2011, le vaisseau triplace russe Soyouz est devenu le seul moyen de transport habité à destination de la Station Spatiale Internationale (ISS). Les autres engins, japonais (HTV), russes (Progress) ou américains (Dragon et Cygnus) sont tous des cargos automatiques. C’est pourquoi l’accident du Soyouz MS-10 du 11 octobre risquait de poser un sérieux problème : tant que la cause de l’anomalie n’était pas comprise et corrigée, le principe était de ne plus procéder à des vols habités Soyouz, ce qui privait l’ISS de toute relève d’équipage. Mais le décollage réussi du Soyouz MS-11 ce 3 décembre signe un retour progressif à la normale et aussi le 100ème lancement orbital de 2018.

Ci-dessous, l’envol du Soyouz MS-11 à 12:31 heure française et 17h31 heure locale de Baïkonour au Kazakhstan.

L’accident du 11 octobre expliqué

La commission d’enquête russe a déterminé les causes de l’accident du 11 octobre du Soyouz MS-10. En raison d’une erreur lors du montage du lanceur Soyouz (qui porte le même nom que le vaisseau), une tige sur l’une des 4 fusées latérales a été tordue d’environ 6 degrés. Or, lorsque ces 4 fusées latérales ont été larguées après 118 secondes de vol et à une cinquantaine de kilomètres d’altitude, la tige défectueuse a empêché l’ouverture d’une vanne d’où sort de l’oxygène afin que la fusée s’éloigne suffisamment du lanceur. En conséquence, ce «booster» latéral a heurté le deuxième étage du lanceur, le rendant incapable de poursuivre sa mission. Le système de sauvegarde a parfaitement fonctionné puisque des moteurs placés sur la coiffe ont expulsé celle-ci avec le Soyouz MS-10 (mais sans son module de service). La partie capsule est ensuite revenue au sol sous parachute, sauvant l’Américain Nick Hague et le Russe Alexeï Ovchinin.
Cette vidéo de la NASA résume l’accident du 11 octobre en début de programme.

S’agissant d’une erreur de montage et non d’un problème de conception, un retour en vol accéléré a pu être envisagé via la mise en place de contrôles adéquats par l’agence russe Roscosmos et la société Energia (qui fabrique lanceur et vaisseau Soyouz) afin de ne pas reproduire  le même manquement aux règles d’assemblage du lanceur. Sans cette possibilité, les 3 locataires de l’ISS au moment de l’accident (l’Américaine Serena Maria Auñón-Chancellor, l’Allemand de l’Agence Spatiale Européenne Alexander Gerst et le Russe Sergey Prokopyev) auraient dû revenir sur Terre en laissant l’ISS inoccupée.

L’Expédition 57 réduite à 3 : Sergey Prokopyev, Alexander Gerst et Serena Maria Auñón-Chancellor. Crédit : NASA

L’Expédition 57 réduite à 3 : Sergey Prokopyev, Alexander Gerst et Serena Maria Auñón-Chancellor.
Crédit : NASA

 

Un nouvel équipage pour l’ISS : l’Expédition 58

Tel ne fut pas le cas grâce à cet envol réussi du 3 décembre. Le Soyouz MS-11 transporte l’Américaine Anne McClain, le Russe Oleg Kononenko et le Canadien David Saint-Jacques que l’on voit dans cet ordre de gauche à droite dans la photo ci-dessous prise quelques jours avant leur départ.

Crédit : NASA

Crédit : NASA

À bord de l’ISS, Alexander Gerst (qui commande l’Expédition 57) a salué par un tweet l’envol du Soyouz MS-11 qu’il a même réussi à prendre en photo !

Le fait que Nick Hague et Alexeï Ovchinin ne rejoigne pas l’ISS a cependant perturbé le planning. L’Expédition 57 qu’ils devaient compléter est du coup restée limitée à 3 personnes : l’emblème de mission a été changé en retirant leurs noms et laissant ceux de Auñón-Chancellor, Gerst et Prokopyev. Idem pour l’Expédition 58 ! Hague et Ovchninin devaient aussi y participer, mais le nouvel emblème ne comporte plus que les noms de McClain, Kononenko et Saint-Jacques.

Les emblèmes (ou patchs) de mission des Expéditions 57 et 58 avant (en haut) et après (en bas) l’accident du Soyouz MS-10 qui a entraîné le retrait des noms de Hague et Ovchinin. Crédit : NASA/Cité de l’espace

Les emblèmes (ou patchs) de mission des Expéditions 57 et 58 avant (en haut) et après (en bas) l’accident du Soyouz MS-10 qui a entraîné le retrait des noms de Hague et Ovchinin.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

À l’heure où nous publions cet article en ligne (le 3 décembre vers 20h50), le Soyouz MS-11 s’est amarré à la Station Spatiale Internationale et les écoutilles ont été ouvertes : McClain, Kononenko et Saint-Jacques ont alors rejoint Auñón-Chancellor, Gerst et Prokopyev à bord de l’ISS (capture d’écran de NASA TV ci-dessous). Cependant, ces 3 derniers reviendront sur Terre le 20 décembre prochain.

Quant à Nick Hague et Alexeï Ovchninin, leur séjour dans l’ISS n’est pas pour autant annulé en raison de l’accident du MS-10. Ils devraient décoller fin février 2019, accompagnés de l’Américaine Christina Hammock, à bord du Soyouz MS-12. Ils rejoindront le trio du MS-11 et l’ISS retrouvera une Expédition à 6 personnes.