SpaceX : explosion au sol en Floride

SpaceX : explosion au sol en Floride

Le 1er septembre, la firme SpaceX procédait à des essais au sol de son lanceur Falcon 9 pour un décollage le 3 lorsqu’une explosion s’est produite. Le lanceur et le satellite israélien Amos-6 ont été détruits.

En Floride, la firme SpaceX créée par le milliardaire Elon Musk voici un peu plus de 10 ans travaille sur 2 pas de tir. Le SLC-40 de la Cape Canaveral Air Force Station d’où il procède à des lancements commerciaux de satellites, mais aussi à ceux de sa capsule cargo Dragon à destination de la Station Spatiale Internationale pour le compte de la NASA. Situé à quelques kilomètres, l’autre est le LC-39A du Kennedy Space Center qui a servi au programme Apollo et aux navettes de l’agence américaine. SpaceX est en train de le modifier afin de l’utiliser comme base de départ de ses lanceurs, que ce soit l’actuel Falcon 9 ou son futur Falcon Heavy plus puissant.

Explosion sur le SLC-40 de SpaceX

L’installation concernée par l’explosion constatée par de nombreux témoins ce 1er septembre à 09h07 heure locale de Floride s’avère être le pas de tir SLC-40 de la Cape Canaveral Air Force Station. L’accident ne s’est toutefois pas produit lors d’un lancement. En effet, aujourd’hui, SpaceX devait procéder à un test de son lanceur Falcon 9 sur le pas de tir en allumant les propulseurs du 1er étage, mais sans envol. Une procédure habituelle pour cette firme. C’est ce samedi 3 septembre que le Falcon 9 devait amener sur orbite le satellite israélien de télécommunications Amos-6.

La vidéo ci-dessous montre la destruction du lanceur (à 1:10).

SpaceX a indiqué que son lanceur et sa charge utile (le satellite Amos-6) avaient bien été détruits lors de l’explosion de ce 1er septembre. La raison de la défaillance n’est pas précisée, évoquant une «anomalie sur le pas de tir». Le communiqué de la firme privée américaine affirme cependant que personne ne se trouvait sur le SLC-40 en application de mesures de sécurité.

De son côté, le 45th Space Wing de l’armée de l’air américaine qui gère la Cape Canaveral Air Force Station a souligné que les «rapports initiaux n’indiquent aucune victime et aucun risque pour la sécurité du public».

Par la suite, SpaceX et Elon Musk ont apporté quelques détails. Tout d’abord, il a été confirmé que l’accident était survenu avant la mise en route des propulseurs du 1er étage et que personne n’avait été blessé. Concernant l’explosion, Elon Musk préfère la qualifier de «feu rapide». Dans un tweet, il précise que la perte du lanceur s’est produite «pendant les opérations de remplissage en ergols» et parle d’une «origine au niveau du réservoir d’oxygène de l’étage supérieur». Il faut se garder de toute conclusion hâtive. Le patron de SpaceX ne met en effet nullement en cause le réservoir d’oxygène du deuxième étage du Falcon 9. Il constate ce qu’on peut voir sur la vidéo, à savoir que l’embrasement a pour origine une zone qui se situe au niveau de ce réservoir. Quant à dire si c’est au sein de ce réservoir, ou en périphérie à proximité immédiate, il est trop tôt pour l’affirmer et seule l’analyse des données permettra de déterminer les raisons de la défaillance. Elon Musk conclut d’ailleurs par un sobre «Cause encore inconnue. Plus à venir».

SpaceX - explosion

Images de l’explosion envoyées sur Twitter par des personnes sur place.
Crédit : DR