TESS trouve un monde habitable

TESS trouve un monde habitable

L’observatoire spatial de la NASA dédié à la recherche de mondes en dehors de notre Système solaire a trouvé sa première planète d’une taille comparable à la Terre qui orbite en zone habitable.

Le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) est un satellite équipé de 4 caméras qui observent une assez large portion de la voûte céleste. La zone visée change tous les 27 jours afin de balayer l’ensemble du ciel.
Le but n’est pas de faire des images, mais de recueillir les courbes de luminosité de nombreuses étoiles car quand leur éclat diminue d’une certaine façon, cela peut trahir le fait qu’un de leur monde leur passe devant, bloquant une partie de la lumière. Ce qu’on appelle la méthode du transit. C’est ainsi que TESS a détecté la présence d’une exoplanète de la taille de la Terre située en zone habitable, TOI 700 d.

3 mondes autour d’une naine rouge

TOI 700 d est l’une des 3 exoplanètes repérées par TESS autour d’une étoile de type naine rouge située à 100 années-lumière de nous. Les deux premiers mondes, TOI 700 b et c sont trop proches de la naine rouge pour entrer dans la catégorie habitable. Au contraire, TOI 700 d orbite dans ce qu’on appelle la zone habitable, c’est-à-dire la fourchette de distance où de l’eau liquide pourrait exister à la surface d’une planète. Plus près, il fait trop chaud et plus loin trop froid. Il faut bien sûr que d’autres conditions soient réunies, notamment une atmosphère de densité suffisante.

Schéma du système planétaire autour de l’étoile TOI-700 à 100 années-lumière. L’exoplanète TOI 700 d orbite en zone habitable (en vert) de cette naine rouge a 24 millions de kilomètres de distance. TOI signifie Tess Object of Interest (objet de TESS intéressant). Crédit : NASA

Schéma du système planétaire autour de l’étoile TOI-700 à 100 années-lumière. L’exoplanète TOI 700 d orbite en zone habitable (en vert) de cette naine rouge a 24 millions de kilomètres de distance. TOI signifie Tess Object of Interest (objet de TESS intéressant).
Crédit : NASA

Les données de TESS croisées avec celles du télescope spatial infrarouge Spitzer indiquent que l’exoplanète TOI 700 d orbite autour de son petit soleil en seulement 37 jours terrestres, ce qui implique qu’elle en est très proche, en fait environ 24 millions de kilomètres à comparer à la distance Terre-Soleil de 150 millions de kilomètres.

TOI 700 d est-elle habitable ?

Comment une planète si proche de son étoile peut-elle alors être en zone habitable ? La réponse est la naine rouge TOI-700, une étoile plus petite que notre Soleil et qui fournit moins d’énergie. Du coup, la zone habitable est plus proche. La proximité pose toutefois quelques problèmes. En raison de celle-ci, les astronomes estiment que TOI 700 d subit très probablement un verrou gravitationnel et qu’elle présente donc toujours la même face vers son étoile causant potentiellement un monde surchauffé d’un côté et extrêmement froid de l’autre. Cependant, des modèles climatiques théoriques poussés ont montré que de tels mondes pouvaient éviter les extrêmes de température avec des couvertures nuageuses épaisses ou grâce à des vents qui répartissent la chaleur.

TOI 700 d si c’est un monde doté d’une épaisse couverture nuageuse. Rappelons que ces images sont des illustrations ou des modèles théoriques calculés et non des photos : ils sont en effet bien trop distants pour qu’un télescope en fasse le moindre portrait. Crédit : NASA - Goddard Space Flight Center

TOI 700 d si c’est un monde doté d’une épaisse couverture nuageuse. Rappelons que ces images sont des illustrations ou des modèles théoriques calculés et non des photos : ils sont en effet bien trop distants pour qu’un télescope en fasse le moindre portrait.
Crédit : NASA – Goddard Space Flight Center

En l’état actuel des données récoltées, il est impossible d’affirmer que TOI 700 d est habitable. En revanche, il s’agit bien de la première exoplanète de la taille de la Terre située en zone habitable… trouvée par TESS ! Il y a moins de 20 mondes connus situés en zone habitable autour de leur étoile, dénichés par d’autres télescopes, dont une poignée de la taille de la Terre. Les astronomes attendent beaucoup de la prochaine génération d’observatoires à l’image du télescope spatial JWST et son miroir de 6,5 m consacré à l’infrarouge ou, au sol, le gigantesque ELT européen doté d’un miroir de 39 m. On devrait alors être capable de déterminer par spectroscopie la composition des atmosphères de ces mondes lointains et ainsi mieux jauger leur habitabilité potentielle.

Ci-dessous, une vidéo de la NASA expliquant la découverte de TESS.

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici