Test réussi pour le Crew Dragon

SpaceX a réussi un test crucial le 13 novembre à la Cape Canaveral Air Force Station.
La firme privée a été retenue par la NASA pour transporter ses astronautes vers la Station Spatiale Internationale (ISS) sur la base de contrats commerciaux dans le cadre du Commercial Crew Program. Après le vol automatique aller-retour vers l’ISS (appelé Demo-1) réussi en mars dernier, la capsule Crew Dragon utilisée avait été détruite lors d’un essai statique mené au sol le 20 avril. Le problème a été identifié : une fuite dans les propulseurs SuperDraco a permis au comburant peroxyde d’azote d’atteindre un clapet en titane et la réaction entre les deux a provoqué une explosion. Les SuperDraco servent à éjecter la capsule et donc sauver l’équipage en cas d’anomalie sur le pas de tir ou lors du lancement.
Le 13 novembre, les SuperDraco modifiés pour éviter la fuite ont été mis à feu avec succès sur une capsule Crew Dragon au sol (photo communiquée par la NASA ci-dessous).

La NASA a précisé que les données récoltées lors de cet essai sont analysées afin de confirmer que tout s’est déroulé comme attendu. Le calendrier SpaceX pour le Commercial Crew Program comprend un autre test important. La société fondée par le milliardaire Elon Musk doit procéder à un lancement inhabité durant lequel la capsule utilisera ses SuperDraco pour s’éloigner en urgence de son lanceur Falcon 9. Le succès de cet essai grandeur nature est exigé par la NASA avant d’accorder son feu vert à la mission Demo-2 qui verra le premier vol habité d’une Crew Dragon vers l’ISS. Les astronautes assignés à ce vol sont Bob Behnken et Douglas Hurley.

L’équipage de la mission Demo-2 : Bob Behnken (à gauche) et Douglas Hurley. Il doit s’agir du premier vol habité d’une capsule Crew Dragon de SpaceX.
Crédit : NASA/Cité de l’espace

L’autre firme retenue pour le Commercial Crew Program est Boeing qui a récemment mené une démonstration de «pad abort» pour sa capsule CST-100 Starliner. Un vol inhabité vers l’ISS similaire au Demo-1 est planifié pour le 17 décembre.
Rappelons que depuis l’arrêt des navettes en 2011, les Etats-Unis ont perdu leur autonomie pour les vols habités et la NASA doit payer plusieurs dizaines de millions de dollars les places à bord du Soyouz russe. Le Commercial Crew Program doit restaurer l’indépendance américaine en la matière en faisant appel au secteur privé.