La station Tiangong-2 est rentrée dans l'atmosphère - Cité de l'Espace

La station Tiangong-2 est rentrée dans l'atmosphère

La station Tiangong-2 est rentrée dans l'atmosphère

La petite station spatiale chinoise Tiangong-2 a été désorbitée ce vendredi 19 juillet. Comme prévu, elle a été détruite en pénétrant dans l’atmosphère au-dessus du Pacifique.

La plus grande partie de cette station s’est désintégrée en entrant dans l’atmosphère au-dessus du Pacifique, entre la Nouvelle-Zélande et le Chili, a indiqué le Bureau de l’ingénierie spatiale habitée de Chine (CMSEO). L’agence de presse chinoise Xinhua a précisé que la rentrée avait eu lieu à 21H06 (heure de Pékin), et que quelques éléments seulement ont atteint les eaux de l’océan, dans une zone sûre, prévue, du Pacifique sud.

Une station de 8,6 tonnes

Tiangong-2, deuxième laboratoire spatial de la Chine, avait été lancé le 15 septembre 2016 depuis la base de lancement de Jiuquan par une fusée CZ-2F/G.
Cette station spatiale d’une masse de 8,6 tonnes, d’une longueur de 10,4 m et d’un diamètre de 3,35 m, comprenait deux modules solidaires l’un de l’autre : le module expérimental, accueillant astronautes et charges utiles, et le module de service, avec notamment le système de propulsion.
Sa durée de vie prévue était de deux ans, et elle évoluait à une distance de 384 km de la Terre.

La vidéo ci-dessous (chaîne chinoise CGTN) montre les toutes dernières images transmises par une caméra placée à l’extérieur de Tiangong-2. On remarque une lueur qui est très probablement causée par le début de la rentrée dans l’atmosphère.

Vous devez accepter les cookies (preferences, statistics, marketing) pour afficher cette vidéo sinon cliquez-ici

Au cours de sa mission, Tiangong-2 avait été rejointe par un équipage de deux taïkonautes chinois, le général Jing Haipeng et Chen Dong, à bord du vaisseau Shenzhou 11. Ils y avaient séjourné 29 jours fin 2016. La station spatiale avait par ailleurs été ravitaillée par le cargo Tianzhou-1 en avril 2017, et avait relâché un micro satellite, Banxing 2.

Le premier laboratoire spatial chinois, Tiangong-1, avait été désorbité le 2 avril 2018, mais pas de façon contrôlée. En contrôlant la rentrée de Tiangong-2, la Chine démontre cette fois-ci son savoir-faire dans le domaine délicat de la maîtrise de la fin de vie d’un objet de grande taille sur orbite.

Vue du vaisseau spatial Shenzou (en haut) s'amarrant au laboratoire spatial Tiangong-2 (en bas), prise le 23 octobre 2016 par le micro satellite Banxing 2. Crédit: CCTV

Vue du vaisseau spatial Shenzou (en haut) s’amarrant au laboratoire spatial Tiangong-2 (en bas), prise le 23 octobre 2016 par le micro satellite Banxing 2.
Crédit: CCTV